Archives du mot-clé nouvelles

Cambriolage, coutume, pardon, amitié!!!

Il est 19h30 quand je décide de rejoindre mon bateau mouillé dans cette magnifique baie du Kuendu

La nuit est déjà sombre pour ce début de soirée , l’air est déjà frais pour ce début d’hiver .

Il semblerait que la lourde pesanteur des conditions atsmosphodépressive ait eut raison de la vie à des kilomètres à la ronde .

Silence , ténèbres et solitude .

Résolu à gagner seul mes marines pénates en ce si tout début de soirée.

Fatigué de cette journée de compétition d’ escalade , éreinté par ces sursauts d’émotions personnelles , c’ est avec abattement et fatalisme que je découvre que mon kayak a disparu.

Le seul moyen de transport qui me permettrait d’ exterminer cette journée dans la douceur d’une couette aux odeurs familières .

Assis dans un soupir … …résigné …

Puis un rire m’interpelle .Tâtonnant dans le noir je me dirige vers les éclats qui fuse dans ma direction . Un couple , derrière un rocher , lui une canne à pêche dans à la main , , elle , une topette aux lèvres .

Nous engageons la conversation , banalités , poissons et lendemain qui s’éveillent.

Pas envie , pas la force , pas la foie .

Ce n’ est qu ‘ en prenant congès que je demande légérement :

« ah, au fait , z’avez pas un vu passer un kayak ??

__Un Canoè rouge ???

__ Oui !!

___Ha mais si l’enkilé , y’ a 3 pti mecs qui l’ont embarquer sur un bateau y’a une heure !!! »

Instantanément , je sens la sueur coulée dans mon dos , mon cœur s’accélère ,je commence à trembler …

La raison de ce changement soudain d’état, ce sont mes pensées qui le provoque .

Je viens de réaliser que ceux qui m’ont dérobé mon kayak ….sont venus ici en annexe ….et que ….

.

A peine ais je le temps de finir ma réflexion , qu’ au loin un moteur rugit , qu’ au loin du mouvement surgit.

Une lumière entraînant des cris de joie ivre dégage à toute vitesse de la zone ou mon bateau est ancré , à toute allure ils s’enfuient de la baie .

Plus de doute , les bateaux ont été visité .

Debout dans un élan !!!! résolu !!!

Dans un réflexe ultraconecté , je me saisis de mon téléphone j’appelle Jérôme et Agathe : mes voisins de voilier .

En quelques mot balbutiés , je leur vomis la situation .Je sais qu’ils vont bouger !

Biiiiiipppp !

Mon téléphone m’avertit que sa batterie est au bout , comme d’hab jamais le bon moment !

Je compose le 17 , Mozart me répond , à peine ais je le temps d’écouter les 3/’ 4 du récital qu’une vois l’interrompt déjà !

Biiiiiiiip !!!

Je lui expose la situation brièvement : une annexe chargée de 3 lascars eux-même bien chargés en ethylène transportent le butin d’au moins 2 cambriolages , ils ont pris la direction de la ville, ils vont devoir débarquer quelque part il faud….

Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii…… . . . . .

Je sais qu ils ne bougeront pas

Je sais ou je dois aller, je dois y aller vite !

C est donc à fond les ballons que j’enfourche mon scooter et démarre …enfin quand il le voudra bien …

Ca y est après quelques siècles d’acharnement sur le kick de la bestiole , le pétaradement en échappement libre de ma navette spatiale se fait enfin entendre .

Quelques minutes plus à tard , ensemble nous gravissons à la vitesse de 15 km/h la pente douce de cette route côtière que mon instinct me dit de suivre en urgence absolu .

L’occasion de mettre en application les exercices de sophrologie fraîchement appris .

Ma destination:une plage qui donne vue sur les différentes entrées des ports et marinas de la ville .

Statistiquement , c’est je pense l’endroit le plus pertinent !

Je rallume mon téléphone , et envoies un sms à Jérôme lui indiquant ma position puis ….

Silence , ténèbres et solitude !

Je me roule une cigarette , que je fume la tête dans les étoiles , dressé comme un i face à cet océan qui ce soir n’aura rien de pacifique  ! je réfléchis aux autres possibilités , aux déploiement possibles , j’avale chaque bouffée comme un élan de lucidité , je regarde la fumée évaporée de mes poumons comme une externalisation des tourments du moment .

A chaque goulée de gaz , j’aspire à la paix !

Quelques decénnies plus tard , mes compagnons de galère me rejoignent et profitons alors de leur téléphone chargée pour avertir les secours en mer et lancer un appel à tous les marins , quand soudain ….

Au loin un moteur rugit , qu’ au loin du mouvement surgit , une lumière entraînant des cris de joie ivre arrive sur nous . L ‘annexe chargée passe à quelques mètres seulement de la côte ou nous nous tenons impuissants. Nos yeux ahuris se demandent en silence ce qu’ils vont faire. La réponse est aussi lointaine que sombre , mais ils ont accosté sur un autre bateau , et un vacarme de transbahutage parvient à nos oreilles .

Ils pillent un autre voilier , à seulement 50 mètres de nous trois trépignant de colère , on ne peut rien faire . On retient de peu Agathe qui voulait se jeter à la nage à l’abordage .

On appelle alors gendarmerie maritime , police , Snsm , Mrcc , pompiers je crois même ( ma grand mère était pas dispo )

Tous même réponse , malgré leur évidente compassion et eux même témoins de leur propre insuffisance ….Désolé pas de bateau à l’eau , tenez nous au courant !

Je suis au téléphone avec la police , discutant de l’incongruité de la situation , quand soudain :

le moteur démarre :

«  —alors soit ils reprennent la mer , soit ils débarquent sur la plage …..

……. C est bon ils débarquent

—–OK , On arrive !! »

Je contiens mon bouillonnement, combien sont ils à les attendre , quel l’état d’ébriété anime leur folie violente, armés , c’est certain au moins d’armes blanches , y’ a jamais un sabre bien loin !

Néanmoins , Agathe et moi enfourchons mon discret bolide et prenons le chemin qui conduit à la zone de débarquement , nous croisons alors 2 silhouettes chargés de cabas , de panneaux solaires ? De moteurs ? …En tout cas ce sont bien nos affaires qu’ils déchargent . Cette vision est le choc éléctrique de la réalisation du drame relatif qui se joue .

Tout en croisant de très près l’infamie qui se joue , tout en saluant chaleureusement l’homme qui a fouillé ma vie , des visions d’horreur se bousculent au portillon de mes hallucinations .

J’imagine la délicatesse chirurgicale avec laquelle ils ont du soigneusement arraché , défoncé , retourné, éventré , tout ce qui passait dans leur main . La deuxième silhouette approchant chargée tout de même que la précédente , je vois alors l’image de mon bateau , ma maison , mon projet , mon ambition , mon rêve , violé , pillé , détaché ?, coulé ?…

Très vite la police arrive mais plusieurs aller retour de déchargement ont été fait entre leur annexe et leur maison …..

L’interpellation sans violence sera très rapide , les 2 garcons complétement saouls ne montreront qu’une résistance verbale de cestpasnousation ….m’sieur .

Nous comprenons très vite dès lors , qu ‘on pas s à faire un réseau de dangereux criminels , mais à des sales gosses en manque d’inspiration

Les agents nous annoncent , que même si il s’agit d’un squatt , c’est un domicile …la perquisition ne pourra avoir lieu que le lendemain 6h …

Il apparaît donc évident à nos esprits , que place nette sera faite d’ici là. J’alpague alors les quelques voisins et badauds que les lumières inhabituelles ont fait sortir de leur tanière .

«  Ecoutez moi tous !

Nous ce qu’ on veut , c’est récupérer nos affaires qui ont été volés sur nos bateaux . Trouvez nous les propriétaires de l’endroit, parents des ces 2 ivrognes , ou qui que ce soit de responsables dans le coin , et on gère ca entre nous ! »

Têtes basses et grommelement:ah non je connais personne !

Ok ! Je campe là !

La police partie embarquant avec elle les 2 sources de nos problèmes , les badauds présents qui ne connaissaient pas nos 2 délinquants quelques secondes auparavant , s’avérent être la mère du fils de l’ un , le frère de l’autre et affirment habiter ici …

C’est alors qu’ils nous accompagnent à l’intérieur , ou l’on trouve une partie de nos affaires:panneaux solaires , palmes , vaisselles sales , il est clair qu’ils ont TOUT embarquer , j’ai envie de crier et pleurer , mais je rigole !

Ensuite ils nous amènent à l’annexe laissée sur la plage , on y retrouve encore une partie du matériel . Jerrycan , nourrice ,mon disque dur et ses 5 ans de photos à travers la planète , mes derniers souvenirs numériques de mes ultimes instants en France ., je le tire du fond du bateau , de l’eau s’en écoule …J ai envie de crier , de pleurer ….je lève les yeux vers le ciel ,croise le regard des étoiles et je ris !!

On apprend maintenant que le bateau dernièrement accosté , appartient à Yoyo …chef de bande ?

On s’y rend donc , et y découvrons une autre partie de nos affaires , jetées en vrac à travers le hublot ,caisses à outils , onduleurs , GPS , radars , vaisselles , linge …..

Je imagine encore l’état de ma gavotte , mon bateau!Pillé avec la douceur certaine d’ un d’un colibri qui butine !

Cette fois je’ n’ai plus envie de crier ,je n’ ais plus envie pleurer !

Et je ne rigole pas !

.

des images conséquentes d’un passé violent et les doux regards innocents des proches de mes 2 condamnés , me font desserrer les doigts du marteau qui animait mes pensées .

Je sais ce qu’ il faut faire ! J’ aspire à la paix !

De retour sur la plage , conscients que nos accompagnant du moment font de leur mieux pour rétablir la régularité nécessaire à cette situation , nous décidons de tous aller dormir , chacun chez soi …

Avant quoi, nous leur faisons part que dès demain , nous voudrions réunir parents , responsables coutumiers , frères , soeurs et qui voudra bien pour un geste , pour une explication franche et sincère , pour régler cette histoire , dignement , justement et intelligemdemdemment

Rendez vous demain  !

Je vous passe ici les quelques incohèrences administratives , de police et de justice ; mais demande expressément claire est faite de nos souhaits de régler autant que faire se peut cette histoire plus humainement que judiciairement .

« On préfère que les gamins viennent réparer leurs conneries , nous dédommagent directement , et surtout s’excusent et nous rencontrent plutôt que de croupir sur de l’urine séchée à même le sol en compagnie de vrais formidables cinglés. On veut qu’ils palpent la honte de leur familles innocentes , qu’ils vivent les conséquences de leur légèreté sur le quotidien à nous , qu’ils suent pour oublier les traumatismes matériels et moraux . Mais surtout , on voudrait être capables ensemble d’en rire dans quelques temps »

Voilà en gros le plaidoyé tenu en guise de plainte au procureur .

Mais il y a eu flagrant délit ….la décision de la suite appartient aux textes judiciaires .

Temps des constatations !

C’est le cœur battant que Jérôme et moi nous rendons à bord en ce dimanche matin !

Mais le cyclone nous a épargné ! Les stigmates d’une intrusion violés sont toujours douloureux , mais la relativisation faite avec la catastrophe imaginée , me donne le sourire!Tout est sens sus dessous , sale , et des choses sont cassées , mais en 1 h , la gavotte à déjà meilleure mine , le reste les gamins s’ en chargeront .

Au loin un 3eme voilier , d’ ou se dégage une annexe qui file droit vers moi .

-J ai été visité , me lance-t- il , il me manque pleins de choses , mon bateau est saccagé.

  • Nous aussi , mais par chance , on a retrouvé les idiots et une bonne partie des affaires , et je pense qu’on a les tiennes ! Lui répondis-je en savourant la décontraction apparente de son visage .

Très vite on fait l’inventaire des pièces retrouvées , de son nom Mattieu retrouve presque tout , Jérôme aussi ….moi pas !

Nous lui exposons la façon dont nous voulons gérer la crise , il approuve !

16h , l’heure de RDV fixée pour la coutume.

Il fait beau , le temps est calme

Jérôme , Agathe , Mattieu et moi nous rendons chez la bande , armés d’une bouteille de kava , que nous offrons et dégustons tous ensemble en guise de préambule . Surpris par le nombre de personnes présentes , je réalise combien le message est passé , combien l’envie de résoudre cette situation via le mécanisme coutumier est compris et apprécié , je ne réalise cependant pas que je m’apprête à vivre un de mes moments de vie des plus intenses .

Mais ce que je sais , à ce moment , c’est que nous sommes sur le bon chemin !

Le kava diffusé dans mes veines aidant .

Dans mes bras un tissu ,un billet de 1000 cfp ,tous debout en ronde improvisée le regard en bas je prend la parole . :

«  Nous tenions, Agathe , Jérôme , Mattieu et moi-même , propriètaires et habitants des voiliers cambriolés la nuit dernière , par vos jeunes . Nous tenions à faire connaissance avec vous , les vieux , les frères , les soeurs , les mamans de ce jeunes .

Nous voulions devant le respect que nous devons à la culture que vous représentez , pratiquer ce geste , qui vient de vos vieux , transmis depuis la nuit des temps de génération en génération. Il représente la structure fondamentale de la tradition culturelle du PEUPLE KANAK . C’est en pratiquant ce geste que nous voudrions marquer l’évidence du respect que l’on a envers lui , envers vous !

C est en pratiquant ce geste que nous voudrions vous démontrer notre gratitude pour l’accueil que votre peuple nous a fait depuis notre arrivée .

C ‘est en pratiquent ce geste , que nous voudrions présenter nos excuses pour cette intrusion policière de la nuit dernière au sein de votre domicile .

Il y a longtemps mes aieux ont violé votre terre , et les droits dédiés à votre peuple .

Vous Kanak avec humilité et intelligence ,vous avez su , sans excusez ni oublier , vous avez su pardonner , rendant possible la beauté contemporaine qui caractérise notre pays aujourd’hui .

Car , même si dans certaines strates politico-médiatiques , on voudrait nous faire croire à des hostilités systématiques entre les différentes ethnies qui font la richesse de cette terre aujourd’hui,

La réalité du terrain , elle , m’a prouvé , avec certitude , que ce qui anime les relations humaines de ce grand caillou , c’ est la fraternité .

Partout ou je me déplace depuis que je suis sur cette terre , j ai l’impression d’être en famille .

Pour ça je vous dit bravo et merci !

Ceci a été rendu possible grâce à la capacité à vous , peuple Kanak, de pardonner.

Au regard du passé , posons nous la question!!que s’est il passé cette nuit ??

Si nous aussi , nous voulons accéder à la dignité d’être humains , alors nous nous devons , sans oublier , sans excuser , mais pardonner et laisser une chance à la rédemption

Je m’avance vers le banc installé à côté du chef représenté , et y dépose les biens de mes bras en ajoutant , :

« voici le geste symbolique ,que j’espère vous accepterez , symbole de ces nouveaux liens créés »

En choeur : OLE

Silence

Le ciel se couvre

Puis , Albert , chef désigné de la délégation présente , prend calmement la parole , pesant chaque mots en ramassant ces offrandes :

«Ce geste comme l’a dit David , a été transmis par nos vieux , il est le symbole de la culture à nous : le peuple Kanak . Il est la clé d’accès chez nous , en faisant ici , là , vous êtes entrés chez par la bonne porte.

Ce qui nous réunit , c’est la connerie, à 3 petits mecs , hé ben nous, voilà on va tous faire pour réparer la connerie aux 3 p’ti cons , parce que , nous les kanaks , on fait pas ca , on est pas des voleurs …

Aujourd’hui , on pleure , demain on rit ,

voilà »

En choeur OLE

Silence

Les feuilles des arbres commencent à remuer violemment

Mattieu à son tour , moins formalisme , plus direct

«  Nous , on portera pas plainte , on veut que les jeunes sortent vite de garde à vue . On a exprimé ca clairement aux autorités concernées . Par contre , on va oublier , on va pas excuser …nous on veut le plus vite possible qu’ils réparent leur connerie , y des choses qui sont perdues , il faut les racheter , des choses , qui sont salies , il faut les nettoyer , des choses qui sont cassées , il faut les réparer

C est tout »

En choeur : OLE

la pluie s’abbat en trombe , nous restons quoi sous les toles qui nous protégent succintement

Puis une mamie et un papy , un Manou et un billet dans les mains font coutume dans la coutume

La voix chargée d’émotions , les bras agitée de colère , elle ne dit pas elle scande .

«  on est désolé !! nous si c est les jeunes à nous , ils font des bêtises comme ça , c’est qu on a raté quelque chose, c est la faute à nous !!

Si les bateaux à vous , ils sont cassés , on va faire un bingo pour les réparer, »

Sa voix s’élève au fur et à mesure que cette improbable tempête augmente en intensité

« Et si vous pouvez plus habiter dedans , et ben nous on a une maison , hé ben maintenant c’ est la maison à vous . »

Des larmes dans la voix , de l’émotion dans les yeux , elle et son mari sont si touchés si émouvants , que beaucoups ont du mal à contenir leur représentation .

«  et la tempête , c est le ciel qui nous montre sa présence ici , maintenant ,

c’est grave ce qu il se passe , mais maintenant on se connaît et y a plus personne qui va toucher aux bateaux , ils sont en sécurité là ou ils sont

Maintenant on a fait connaissance , il faut faire germer les graines de cette relation tout juste plantée.

Voila , achève-t elle en balançant ses bras d’avant en arrière comme pour balayer les mauvaises énergies autour d’elle , tandis que son mari dépose ses offrandes sur le banc

En choeur :OLEEEE

Silence

Je laisse quelques minutes de battements , je dois me reprendre avant de ramasser la coutume et conclure

……………………………………………………………………………………………………………………………………… 

J’avance lentement , je prends les cadeaux , en soufflant :

«  chez nous on dit : un mal pour un bien .

Dans quelques temps on aura oublier le cambriolage , mais resteront les liens créer aujourd’hui »

Tous ….OLEEEEEEEEE

Puis nous sommes allés dans la bonne humeur , tous voir la maison , offerte coutumièrement .

La tempête venue de nul part aura provoqué des vents de 50 nœuds par endroit , rarissime !