Archives pour la catégorie Réflexions, pensées …

Merci !

A la suite de mes derniers textes, où je mentionnais pas mal mon avidité de liberté, j’ai eu droit à pas mal de questions et critiques quant à mes idées, mon mode de vie et les voies controversées par lesquelles je communique tout cela. Je me permets alors une petite clarification.

Ça fait maintenant pas mal d’années que ma vie et mes possessions tiennent dans un sac de 50 litres. Comme beaucoup  j’ai commencé par partir quelques semaines ou quelques mois. Lors de ces premiers voyages, on apprend et découvre énormément sur le monde et soi même. On vit des moments magiques que l’on voudrait partager avec les siens. Cela va d’un ciel éblouissement étoilé, à un sourire croisé ou encore à une aventure hors du commun. On pense à ses amis, sa famille, on voudrait que eux aussi découvrent ça et ouvrent leur esprit sur un monde qui n’est pas si moche que ce l’on voudrait leur faire croire.

On voudrait en même temps qu’ils voient la relativité de leurs problèmes dont ils se rongent l’échine à côté de ceux qui sourient malgré une vie bien plus compliquée.

Bref on passe ces semaines, ces mois à s’enrichir et découvrir, et dans le même temps on a hâte de rentrer pour raconter……

Quand on retrouve les nôtres qui demandent alors c’était comment ? Pas trop dangereux ? Pas trop dur?? On a beau essayer de retranscrire ce que l’on a traversé, de dénoncer le mensonge flagrant dont nous sommes victimes .. mais c’est impossible et malheureusement on se sent alors seul et incompris, à peine de retour on oublie cette magie, on retombe dans la spirale des factures à payer, du frigo à remplir et de la voiture à polir .

J’ai vécu cette vie en alternance pendant des années, dans la frustration de l’incompris qui petit à petit oublie

Alors aujourd’hui en écrivant et publiant au fur et à mesure pas mal de détails de ma vie, certes vagabonde mais néanmoins privée, j’ai trouvé mon moyen de montrer aux miens et à plus ce que je fais vraiment et ce que mes voyages et mes aventures sont réellement.

Et même si je suis à des milliers de kilomètres de vous tous, je ne me suis jamais senti moins seul depuis que je sais, que beaucoup enfin comprennent ma démarche et à travers elle le monde qui nous entoure.

Merci de me lire et d’accepter mes yeux comme regard …..

A vous là-bas….

Fuite ou Fun ????

Il est , je crois , d actualite de debattre sur le fait que le voyage , en particulier au long cours ou encore le nomadisme prolonge est un moyen de fuir . C est souvent avec legerete que l on me pose la question . Mais c est avec serieux que je me la suis pose ces derniers jours . En ce qui me concerne la reponse est oui et non.

Je rencontre beaucoups de voyageurs qui me disent avoir quitte leur pays car ils avaient du mal a s y sentir bien et integres , voire qu ils y avaient de gros problemes . Mais en approfondissant la conversation , je m apercevais souvent que ces gens la ont des problermes sociaux dans n importe quelle contrees traversees pour peu qu ils y restent quelques temps. Alors ils continuent de se deplacer laissant derriere eux un chaos relatif . Cette sorte de voyageur , pour sur , est en fuite , a la reherche de quelque chose qui n existe pas. Inconsciement ils ont peur de se retourner et d affronter le fait que le probleme n est pas dans le reste de l humanite mais bien enfoui dans leur propre chair , esprit , au coeur de leur histoire .

Puis il y a ceux , souvent Francais toujours issu de pays economiquement avances, qui sont a la recherche de lenteur , de sympathie , d humanite…. Ceux la , a mon avis sont en fuite egalement , car le voyage et meme l expatriation sont des manieres de se mettre dans le role de l invite , de l individu de passage, celui a qui on ne montre pas les vrai problemes et qui au cas ou ils les deceleraient , ne se sentent pas concernes et par politesse eviteront la question . Puis comme souvent a des milliers de kilometres de la maison , ils oublient aussi de se soucier des problemes de leur pays , ils se deconnectent petit a petit des news et ont alors tres vite une vision du monde plus belle que celle presentee des media.

Au retour , c est la douche froide!!!

En effet , dans l inertie des beautes traversees et de l insouciance vecue , ces voyageurs ne peuvent plus supporter la tristesse et l anxiogeneite du climat de la vie ”normal” A peine rentres ,ils ne veulent pas se reintegrer ,ils veulent repartir…. cette fois ils veulent fuir pronant que la vie est mieux ailleurs, alors qu ils n ont , a mon avis, qu une vision deformee du monde qu ils ont decouvert. Certains , avalent leur salive amere et se reintegre malgre tout tandis que d autre feront tout pour repartir … Je trouve ca , tres dommage car au lieu de reprendre la fuite ou de se reintegrer a tout prix, pour quoi ne pas importer la sagesse acquise , la lenteur de vivre experimentee , l insouciance vecue….Car je suis persuade qu une vie cool et heureuse est possible partout , mais comme tous ceux qui la recherchent et ont les competences de la trouver se barrent , on tourne en rond….

Dans une societe aussi psychorigide que l est la societe francaise , je comprend que l epanouissement de certains caracteres particuliers soit difficile a assumer, mais plutot que de ronger son frein et se ranger a contre coeur dans un rang ou l on a l impression de pas avoir sa place ou alors de d opter pour la fuite expatriatique ou vagabonde , pourquoi ne pas assumer ses convictions au sein meme de cette societe afin de la faire avancer . Il est bien dommage que dans un si beau pays , on soit juger parceque on en envie d avoir les cheveux bleus , le nez perce ou de travailler le moins possible ou que sais je encore , et ce sans parler des differences raciales ou d orientations sexuelles. Mais si ceux qui se sentent differents fuient ou se fondent frustres dans la masse….ben on reste ou on est….

De plus ,j lors d un premier voyage , on apprend enormement a se connaitre a etre celui ou celle que l on est reellement. Plus de cache social puisque on ne connait persone et personne ne nous connait. Cet anonymat soudain est le soleil que notre esprit , notre nous personel, avait besoin pour eclore et rayonner de toutes ses couleurs .Et nous rejetons alors souvent la faute du bien etre assorti a cette revelation de nous meme a nous meme sur la contree traversee ou les gens rencontres. Mais nous n en sommes en fait les uniques responsables .

Tout cela combine nous fait croire et dire que c est tellement mieux ailleurs….

En ce qui me concerne, et je m apercois que je ne fais pas partie de la majorite des voyageurs, la route , la vagabonderie m apportent l excitation et l adrenaline dont mes cellules ont besoin .

J aime ne pas savoir de quoi sera fait demain , ni ou je serais la semaine prochaine .

J aime regarder une carte et poser mon doight sur son point culminant ou cette peninsule la bas au bout et decider d y aller soit en stop, en velo ,a pied ou sur les mains si c est possible.

J aime devoir dormir abriter de la pluie sous un pont alors qu une semaine avant j etais chef sur un yacht prive dans le port de Sydney .

J aime ces semaines de solitude enrayees par la rencontre accidentelle d un amour ephemere et sans avenir.

J aime pagayer dans un lagon bleu en compagnie de sirenes et d otaries le lundi et le mercredi lutter pour ma survie en haute montagne .

Bien sur , il y a des moments pas facile, comme par exemple quand je me retrouve seul de nouveau apres avoir partage de grands moments avec des comapgnons. Ces moments sont des occasions de remise en questions, de revalorisation de mon itineraire , de mise a jour , en informatique , on parlerait de defragmentation…. Puis apres quelques heures , quelques jours…ca repart de plus belle.

La vie sur la route m a appris arrondir mes angles tout en aiguisant mon esprit ,

Ces derniers temps j ai dormi avec des pinguins, une otarie a fait sa toilette sous mon canoe pendant que ces petits batifollaient a quelques metres , j ai marche sur des glaciers , j ai traverse les plus grands deserts du monde en stop , j ai navigue en compagnie de baleines a bosses , j ai passe des nuits sur des plages enflammees a guetter les kiwis en dessinant des reves entres les etoiles, j ai rencontre des anges et affronter des demons , j ai l impression de vivre sur une vague qui me fait deriver la ou je dois aller…..alors peut etre suis je en fuite , mais si c est le cas ,s il,vous plait n appeler pas le plombier et a tous je vous crie de toutes mes forces…….

FFFFF UUUUUUU YYYYY EEEEEEEE ZZZZZ !!!

 

Il est déjà tard …

Il est déjà tard et j’ arpente cette montagne depuis longtemps déjà, seul au milieu de toute cette vie, blotti sur la dernière corniche , je peux me reposer et analyser la situation. Le sommet est tout proche, à gauche un léger sentier sûr et tranquille y mène rapidement, puis il y a ce couloir raide et glissant, convoité par tout alpiniste.
Peu importe le chemin, la vue la haut sera la même, mais l air n aura pas le même gout.
Je suis confiant et ai du bon matériel, le moral est bon, même si de temps à autre un nuage vient cacher le soleil dans le ciel limpide, ce qui a pour effet d atténuer ma fougue et mon audace.
Je me repose, reprend des forces et réfléchis…

Ce voyage a commence il y a longtemps, je suis maintenant a Kuala Lampur, seul au milieu de toute cette vie, je profite de l hôtel pas cher et confortable pour me reposer et faire le point.
L Australie est toute proche , surtout si je prend l’ avion ici .
Pas cher et confortable.
Mais il y a la possibilité d un voilier a Bali, la voie nord, celle rêvée des voyageurs.
L argent est mon fil du rasoir, encore 1500 euro en poche.
J ai confiance….
je suis las,  me repose , reprends des forces et réfléchis…