Archives pour la catégorie Nouvelle caledonie

Cambriolage, coutume, pardon, amitié!!!

Il est 19h30 quand je décide de rejoindre mon bateau mouillé dans cette magnifique baie du Kuendu

La nuit est déjà sombre pour ce début de soirée , l’air est déjà frais pour ce début d’hiver .

Il semblerait que la lourde pesanteur des conditions atsmosphodépressive ait eut raison de la vie à des kilomètres à la ronde .

Silence , ténèbres et solitude .

Résolu à gagner seul mes marines pénates en ce si tout début de soirée.

Fatigué de cette journée de compétition d’ escalade , éreinté par ces sursauts d’émotions personnelles , c’ est avec abattement et fatalisme que je découvre que mon kayak a disparu.

Le seul moyen de transport qui me permettrait d’ exterminer cette journée dans la douceur d’une couette aux odeurs familières .

Assis dans un soupir … …résigné …

Puis un rire m’interpelle .Tâtonnant dans le noir je me dirige vers les éclats qui fuse dans ma direction . Un couple , derrière un rocher , lui une canne à pêche dans à la main , , elle , une topette aux lèvres .

Nous engageons la conversation , banalités , poissons et lendemain qui s’éveillent.

Pas envie , pas la force , pas la foie .

Ce n’ est qu ‘ en prenant congès que je demande légérement :

« ah, au fait , z’avez pas un vu passer un kayak ??

__Un Canoè rouge ???

__ Oui !!

___Ha mais si l’enkilé , y’ a 3 pti mecs qui l’ont embarquer sur un bateau y’a une heure !!! »

Instantanément , je sens la sueur coulée dans mon dos , mon cœur s’accélère ,je commence à trembler …

La raison de ce changement soudain d’état, ce sont mes pensées qui le provoque .

Je viens de réaliser que ceux qui m’ont dérobé mon kayak ….sont venus ici en annexe ….et que ….

.

A peine ais je le temps de finir ma réflexion , qu’ au loin un moteur rugit , qu’ au loin du mouvement surgit.

Une lumière entraînant des cris de joie ivre dégage à toute vitesse de la zone ou mon bateau est ancré , à toute allure ils s’enfuient de la baie .

Plus de doute , les bateaux ont été visité .

Debout dans un élan !!!! résolu !!!

Dans un réflexe ultraconecté , je me saisis de mon téléphone j’appelle Jérôme et Agathe : mes voisins de voilier .

En quelques mot balbutiés , je leur vomis la situation .Je sais qu’ils vont bouger !

Biiiiiipppp !

Mon téléphone m’avertit que sa batterie est au bout , comme d’hab jamais le bon moment !

Je compose le 17 , Mozart me répond , à peine ais je le temps d’écouter les 3/’ 4 du récital qu’une vois l’interrompt déjà !

Biiiiiiiip !!!

Je lui expose la situation brièvement : une annexe chargée de 3 lascars eux-même bien chargés en ethylène transportent le butin d’au moins 2 cambriolages , ils ont pris la direction de la ville, ils vont devoir débarquer quelque part il faud….

Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii…… . . . . .

Je sais qu ils ne bougeront pas

Je sais ou je dois aller, je dois y aller vite !

C est donc à fond les ballons que j’enfourche mon scooter et démarre …enfin quand il le voudra bien …

Ca y est après quelques siècles d’acharnement sur le kick de la bestiole , le pétaradement en échappement libre de ma navette spatiale se fait enfin entendre .

Quelques minutes plus à tard , ensemble nous gravissons à la vitesse de 15 km/h la pente douce de cette route côtière que mon instinct me dit de suivre en urgence absolu .

L’occasion de mettre en application les exercices de sophrologie fraîchement appris .

Ma destination:une plage qui donne vue sur les différentes entrées des ports et marinas de la ville .

Statistiquement , c’est je pense l’endroit le plus pertinent !

Je rallume mon téléphone , et envoies un sms à Jérôme lui indiquant ma position puis ….

Silence , ténèbres et solitude !

Je me roule une cigarette , que je fume la tête dans les étoiles , dressé comme un i face à cet océan qui ce soir n’aura rien de pacifique  ! je réfléchis aux autres possibilités , aux déploiement possibles , j’avale chaque bouffée comme un élan de lucidité , je regarde la fumée évaporée de mes poumons comme une externalisation des tourments du moment .

A chaque goulée de gaz , j’aspire à la paix !

Quelques decénnies plus tard , mes compagnons de galère me rejoignent et profitons alors de leur téléphone chargée pour avertir les secours en mer et lancer un appel à tous les marins , quand soudain ….

Au loin un moteur rugit , qu’ au loin du mouvement surgit , une lumière entraînant des cris de joie ivre arrive sur nous . L ‘annexe chargée passe à quelques mètres seulement de la côte ou nous nous tenons impuissants. Nos yeux ahuris se demandent en silence ce qu’ils vont faire. La réponse est aussi lointaine que sombre , mais ils ont accosté sur un autre bateau , et un vacarme de transbahutage parvient à nos oreilles .

Ils pillent un autre voilier , à seulement 50 mètres de nous trois trépignant de colère , on ne peut rien faire . On retient de peu Agathe qui voulait se jeter à la nage à l’abordage .

On appelle alors gendarmerie maritime , police , Snsm , Mrcc , pompiers je crois même ( ma grand mère était pas dispo )

Tous même réponse , malgré leur évidente compassion et eux même témoins de leur propre insuffisance ….Désolé pas de bateau à l’eau , tenez nous au courant !

Je suis au téléphone avec la police , discutant de l’incongruité de la situation , quand soudain :

le moteur démarre :

«  —alors soit ils reprennent la mer , soit ils débarquent sur la plage …..

……. C est bon ils débarquent

—–OK , On arrive !! »

Je contiens mon bouillonnement, combien sont ils à les attendre , quel l’état d’ébriété anime leur folie violente, armés , c’est certain au moins d’armes blanches , y’ a jamais un sabre bien loin !

Néanmoins , Agathe et moi enfourchons mon discret bolide et prenons le chemin qui conduit à la zone de débarquement , nous croisons alors 2 silhouettes chargés de cabas , de panneaux solaires ? De moteurs ? …En tout cas ce sont bien nos affaires qu’ils déchargent . Cette vision est le choc éléctrique de la réalisation du drame relatif qui se joue .

Tout en croisant de très près l’infamie qui se joue , tout en saluant chaleureusement l’homme qui a fouillé ma vie , des visions d’horreur se bousculent au portillon de mes hallucinations .

J’imagine la délicatesse chirurgicale avec laquelle ils ont du soigneusement arraché , défoncé , retourné, éventré , tout ce qui passait dans leur main . La deuxième silhouette approchant chargée tout de même que la précédente , je vois alors l’image de mon bateau , ma maison , mon projet , mon ambition , mon rêve , violé , pillé , détaché ?, coulé ?…

Très vite la police arrive mais plusieurs aller retour de déchargement ont été fait entre leur annexe et leur maison …..

L’interpellation sans violence sera très rapide , les 2 garcons complétement saouls ne montreront qu’une résistance verbale de cestpasnousation ….m’sieur .

Nous comprenons très vite dès lors , qu ‘on pas s à faire un réseau de dangereux criminels , mais à des sales gosses en manque d’inspiration

Les agents nous annoncent , que même si il s’agit d’un squatt , c’est un domicile …la perquisition ne pourra avoir lieu que le lendemain 6h …

Il apparaît donc évident à nos esprits , que place nette sera faite d’ici là. J’alpague alors les quelques voisins et badauds que les lumières inhabituelles ont fait sortir de leur tanière .

«  Ecoutez moi tous !

Nous ce qu’ on veut , c’est récupérer nos affaires qui ont été volés sur nos bateaux . Trouvez nous les propriétaires de l’endroit, parents des ces 2 ivrognes , ou qui que ce soit de responsables dans le coin , et on gère ca entre nous ! »

Têtes basses et grommelement:ah non je connais personne !

Ok ! Je campe là !

La police partie embarquant avec elle les 2 sources de nos problèmes , les badauds présents qui ne connaissaient pas nos 2 délinquants quelques secondes auparavant , s’avérent être la mère du fils de l’ un , le frère de l’autre et affirment habiter ici …

C’est alors qu’ils nous accompagnent à l’intérieur , ou l’on trouve une partie de nos affaires:panneaux solaires , palmes , vaisselles sales , il est clair qu’ils ont TOUT embarquer , j’ai envie de crier et pleurer , mais je rigole !

Ensuite ils nous amènent à l’annexe laissée sur la plage , on y retrouve encore une partie du matériel . Jerrycan , nourrice ,mon disque dur et ses 5 ans de photos à travers la planète , mes derniers souvenirs numériques de mes ultimes instants en France ., je le tire du fond du bateau , de l’eau s’en écoule …J ai envie de crier , de pleurer ….je lève les yeux vers le ciel ,croise le regard des étoiles et je ris !!

On apprend maintenant que le bateau dernièrement accosté , appartient à Yoyo …chef de bande ?

On s’y rend donc , et y découvrons une autre partie de nos affaires , jetées en vrac à travers le hublot ,caisses à outils , onduleurs , GPS , radars , vaisselles , linge …..

Je imagine encore l’état de ma gavotte , mon bateau!Pillé avec la douceur certaine d’ un d’un colibri qui butine !

Cette fois je’ n’ai plus envie de crier ,je n’ ais plus envie pleurer !

Et je ne rigole pas !

.

des images conséquentes d’un passé violent et les doux regards innocents des proches de mes 2 condamnés , me font desserrer les doigts du marteau qui animait mes pensées .

Je sais ce qu’ il faut faire ! J’ aspire à la paix !

De retour sur la plage , conscients que nos accompagnant du moment font de leur mieux pour rétablir la régularité nécessaire à cette situation , nous décidons de tous aller dormir , chacun chez soi …

Avant quoi, nous leur faisons part que dès demain , nous voudrions réunir parents , responsables coutumiers , frères , soeurs et qui voudra bien pour un geste , pour une explication franche et sincère , pour régler cette histoire , dignement , justement et intelligemdemdemment

Rendez vous demain  !

Je vous passe ici les quelques incohèrences administratives , de police et de justice ; mais demande expressément claire est faite de nos souhaits de régler autant que faire se peut cette histoire plus humainement que judiciairement .

« On préfère que les gamins viennent réparer leurs conneries , nous dédommagent directement , et surtout s’excusent et nous rencontrent plutôt que de croupir sur de l’urine séchée à même le sol en compagnie de vrais formidables cinglés. On veut qu’ils palpent la honte de leur familles innocentes , qu’ils vivent les conséquences de leur légèreté sur le quotidien à nous , qu’ils suent pour oublier les traumatismes matériels et moraux . Mais surtout , on voudrait être capables ensemble d’en rire dans quelques temps »

Voilà en gros le plaidoyé tenu en guise de plainte au procureur .

Mais il y a eu flagrant délit ….la décision de la suite appartient aux textes judiciaires .

Temps des constatations !

C’est le cœur battant que Jérôme et moi nous rendons à bord en ce dimanche matin !

Mais le cyclone nous a épargné ! Les stigmates d’une intrusion violés sont toujours douloureux , mais la relativisation faite avec la catastrophe imaginée , me donne le sourire!Tout est sens sus dessous , sale , et des choses sont cassées , mais en 1 h , la gavotte à déjà meilleure mine , le reste les gamins s’ en chargeront .

Au loin un 3eme voilier , d’ ou se dégage une annexe qui file droit vers moi .

-J ai été visité , me lance-t- il , il me manque pleins de choses , mon bateau est saccagé.

  • Nous aussi , mais par chance , on a retrouvé les idiots et une bonne partie des affaires , et je pense qu’on a les tiennes ! Lui répondis-je en savourant la décontraction apparente de son visage .

Très vite on fait l’inventaire des pièces retrouvées , de son nom Mattieu retrouve presque tout , Jérôme aussi ….moi pas !

Nous lui exposons la façon dont nous voulons gérer la crise , il approuve !

16h , l’heure de RDV fixée pour la coutume.

Il fait beau , le temps est calme

Jérôme , Agathe , Mattieu et moi nous rendons chez la bande , armés d’une bouteille de kava , que nous offrons et dégustons tous ensemble en guise de préambule . Surpris par le nombre de personnes présentes , je réalise combien le message est passé , combien l’envie de résoudre cette situation via le mécanisme coutumier est compris et apprécié , je ne réalise cependant pas que je m’apprête à vivre un de mes moments de vie des plus intenses .

Mais ce que je sais , à ce moment , c’est que nous sommes sur le bon chemin !

Le kava diffusé dans mes veines aidant .

Dans mes bras un tissu ,un billet de 1000 cfp ,tous debout en ronde improvisée le regard en bas je prend la parole . :

«  Nous tenions, Agathe , Jérôme , Mattieu et moi-même , propriètaires et habitants des voiliers cambriolés la nuit dernière , par vos jeunes . Nous tenions à faire connaissance avec vous , les vieux , les frères , les soeurs , les mamans de ce jeunes .

Nous voulions devant le respect que nous devons à la culture que vous représentez , pratiquer ce geste , qui vient de vos vieux , transmis depuis la nuit des temps de génération en génération. Il représente la structure fondamentale de la tradition culturelle du PEUPLE KANAK . C’est en pratiquant ce geste que nous voudrions marquer l’évidence du respect que l’on a envers lui , envers vous !

C est en pratiquant ce geste que nous voudrions vous démontrer notre gratitude pour l’accueil que votre peuple nous a fait depuis notre arrivée .

C ‘est en pratiquent ce geste , que nous voudrions présenter nos excuses pour cette intrusion policière de la nuit dernière au sein de votre domicile .

Il y a longtemps mes aieux ont violé votre terre , et les droits dédiés à votre peuple .

Vous Kanak avec humilité et intelligence ,vous avez su , sans excusez ni oublier , vous avez su pardonner , rendant possible la beauté contemporaine qui caractérise notre pays aujourd’hui .

Car , même si dans certaines strates politico-médiatiques , on voudrait nous faire croire à des hostilités systématiques entre les différentes ethnies qui font la richesse de cette terre aujourd’hui,

La réalité du terrain , elle , m’a prouvé , avec certitude , que ce qui anime les relations humaines de ce grand caillou , c’ est la fraternité .

Partout ou je me déplace depuis que je suis sur cette terre , j ai l’impression d’être en famille .

Pour ça je vous dit bravo et merci !

Ceci a été rendu possible grâce à la capacité à vous , peuple Kanak, de pardonner.

Au regard du passé , posons nous la question!!que s’est il passé cette nuit ??

Si nous aussi , nous voulons accéder à la dignité d’être humains , alors nous nous devons , sans oublier , sans excuser , mais pardonner et laisser une chance à la rédemption

Je m’avance vers le banc installé à côté du chef représenté , et y dépose les biens de mes bras en ajoutant , :

« voici le geste symbolique ,que j’espère vous accepterez , symbole de ces nouveaux liens créés »

En choeur : OLE

Silence

Le ciel se couvre

Puis , Albert , chef désigné de la délégation présente , prend calmement la parole , pesant chaque mots en ramassant ces offrandes :

«Ce geste comme l’a dit David , a été transmis par nos vieux , il est le symbole de la culture à nous : le peuple Kanak . Il est la clé d’accès chez nous , en faisant ici , là , vous êtes entrés chez par la bonne porte.

Ce qui nous réunit , c’est la connerie, à 3 petits mecs , hé ben nous, voilà on va tous faire pour réparer la connerie aux 3 p’ti cons , parce que , nous les kanaks , on fait pas ca , on est pas des voleurs …

Aujourd’hui , on pleure , demain on rit ,

voilà »

En choeur OLE

Silence

Les feuilles des arbres commencent à remuer violemment

Mattieu à son tour , moins formalisme , plus direct

«  Nous , on portera pas plainte , on veut que les jeunes sortent vite de garde à vue . On a exprimé ca clairement aux autorités concernées . Par contre , on va oublier , on va pas excuser …nous on veut le plus vite possible qu’ils réparent leur connerie , y des choses qui sont perdues , il faut les racheter , des choses , qui sont salies , il faut les nettoyer , des choses qui sont cassées , il faut les réparer

C est tout »

En choeur : OLE

la pluie s’abbat en trombe , nous restons quoi sous les toles qui nous protégent succintement

Puis une mamie et un papy , un Manou et un billet dans les mains font coutume dans la coutume

La voix chargée d’émotions , les bras agitée de colère , elle ne dit pas elle scande .

«  on est désolé !! nous si c est les jeunes à nous , ils font des bêtises comme ça , c’est qu on a raté quelque chose, c est la faute à nous !!

Si les bateaux à vous , ils sont cassés , on va faire un bingo pour les réparer, »

Sa voix s’élève au fur et à mesure que cette improbable tempête augmente en intensité

« Et si vous pouvez plus habiter dedans , et ben nous on a une maison , hé ben maintenant c’ est la maison à vous . »

Des larmes dans la voix , de l’émotion dans les yeux , elle et son mari sont si touchés si émouvants , que beaucoups ont du mal à contenir leur représentation .

«  et la tempête , c est le ciel qui nous montre sa présence ici , maintenant ,

c’est grave ce qu il se passe , mais maintenant on se connaît et y a plus personne qui va toucher aux bateaux , ils sont en sécurité là ou ils sont

Maintenant on a fait connaissance , il faut faire germer les graines de cette relation tout juste plantée.

Voila , achève-t elle en balançant ses bras d’avant en arrière comme pour balayer les mauvaises énergies autour d’elle , tandis que son mari dépose ses offrandes sur le banc

En choeur :OLEEEE

Silence

Je laisse quelques minutes de battements , je dois me reprendre avant de ramasser la coutume et conclure

……………………………………………………………………………………………………………………………………… 

J’avance lentement , je prends les cadeaux , en soufflant :

«  chez nous on dit : un mal pour un bien .

Dans quelques temps on aura oublier le cambriolage , mais resteront les liens créer aujourd’hui »

Tous ….OLEEEEEEEEE

Puis nous sommes allés dans la bonne humeur , tous voir la maison , offerte coutumièrement .

La tempête venue de nul part aura provoqué des vents de 50 nœuds par endroit , rarissime !

Noumeatherapie!!

Salut la bande!! Je t avais , me semble-t- il , la derniere fois laisse , dans une atmosphere d une circoncision psychedellique , a la suite de laquelle il m aura fallu passe du temps dans mon sas de decompression interieur , qui bien que tres confortable n est pas du tout convivial .

A mon arrivee retour a Port Vila , je pense y sejourner quelques jours dans le but de recuperer , d accuser toutes les emotions passees et d analyser les nouveaux horizons ouverts .

J ai dans l idee de partir trainer mes guetres dans l archipel polynesien , y travailler pendant quelques mois…. Dans mon esprit , un os se dessine …… En bateau ou en avion je devrais dans tout les cas passer par la Caledonie…..comment passer une simple escale dans un pays que j ai failli appeler Maison ?? Comment n etre qu a quelques milliers de kilometres du mariage de Joe et Delf fin Novembre ?

C est en cette pleine tergiversation neuronale conjoncturelle de planification , que Super Genie Milie fit son apparition au travers , non pas d une lampe magique , mais de facon numerique…. par skype quoi !!!et me convainqu(it , a , asse , assames ??) de m attarder en kanaledonie .

Et voila comment c est parti

10h05 ; Jeudi 24 septembre ; j atteris a Noumea . La Tontouta , l aeroport international est a une 40 aine de km de la ville , mon sac et moi ne sommes expectes nul part , je savoure ce moment de solitude extreme au milieu d une foule de retrouvaille et de separation ; je maitrise ma reaparition libre de surgir ou et comme il me plaira . Triture entre l inertie sentimentale de mes recentes rencontres et la jouissance de fouler une terre connue , de m enivrer d une lumiere oubliee , de m abreuvrer de cet air particulier , de m eclater les tympans des moindres murmues aux accents familiers . Je flane au supermarche d a cote , simplement heureux d etre la ….puis j ai l envie soudaine de voir les potes …alors j envoie une serie de message au telephone : “ heho je suis la “ .

Plusieurs degaineront le leur , surpris de voir ce vieux numero s affichait…..

Mais Gwen m enverra ceci :

“je passe a la Tontouta ds 30 min ; je file donner la main pour preparer la journee de la transition citoyenne a la Foa ; y a besoin de monde . Ca te dit ?”

2 heures apres ; j ai rencontre une 20 aines de lutins ; j ai un rateau dans les mains et pas loin on decoupe le cerf(e) chasse le matin …

La journee de la transition citoyenne a lieu au coeur d un espace occupe par des gens qui ont developpe la permaculture et les initiatives ecologiques sur le caillou . Une petite communaute ; accueillant des wwoofers y vit et travaille la terre avec le plus grand respect pour celle-ci et celui de tous etres . Cette journee , qui sera un succes eblouissant , aura pour but de faire decouvrir aux caledoniens de toutes dimensions , cette nouvelle approche universaliste qui prend racine dans l esprit humanoide , sur tous les continents et, qui petit a petit pousse le capitalisme et ses noeud papillons vers la sortie .

The place to be , c est plus la croisette ou les barricades , c est dans ta cabane au sein de ta communaute, famille , bande , equipe , cirque , tribu , clan ; meute …. ensemble a regarder pousser votre potager et ces orchidess qui jaillissent de ce monde devaste .

Qui a dit que la revolution devra etre sanglante ? Elle est culturelle et cultivable ; notre arme c est la pioche , nos munitions sont les graines que nous faisons germes dans la terre et dans les tetes ….

On parle de toute une organisation , de plan de communication ; de strategie culturelle ; de rigueur et d exemplarite … Je ne remet pas du tout en cause le travail et la beaute des actions engagees , j ai le plus grand respect pour ces initiatives et les gens qui les engagent . Mais a ce moment dans ma tete le paradoxe tourbillone ; de voir toutes cette logistique pour apprehender et faire passer le message de la simplicite la plus nue de la d ou que je viens juste .

Un couple arrive avec un bebe que tout le monde gouzille a profusion ; d ou je debarque y a des gosses partout qui jouent le sabre a la main; ceux de 6 ans s occupent des plus jeunes et les adultes ne s en occupent pas ; au pire les petits sont colles au dos de la maman …..j avoue que c est cette image gazou gazi qui me donne : “Ze claque “

L atterissage ; il est la maintenant ; on prepare la journee de la transition ; la mienne est assez brutale .

Rechercher du boulot en terre inconnue , je sais faire . Quand j ai debarque a Dublin avec pas beaucoups de sous et encore moins de vocabulaire en anglais , meme pas peur que je disais dans ma voix etranglee et mon sourire etoufe .

Aillame note squairede !!!!

Je me rappelle ces heures d errances dans les rues mouillees que Janvier dans sa grande fierte s amusait a glacer … Ces moment de meditations d efforts concentriques ; ces instants de respirations controlees ; de calme a marche forcee…..aller, aller tu va y arriver …

Un echec , un renoncement et puis ca y est , je l ai fait …..je suis rentre , l interieur est rempli de geants ; qui braillent un jargon indescriptible … je respire ; suffoque et me retrouve de nouveau dehors .

Echec sans renoncement …

Personne a appeler , pas d echappatoir , seul sur Mars , sauf qu ici , putain ca caille …

Et puis un jour , ca y est j y suis …cramponne , pas rassure , le sourire silencieux mais fier de ma prouesse …Je l ai escalade ce putain de tabouret , je l ai commande cette putain de Guiness je l ai affronte ce putain de regard sympa du Pubman et les sourires brillants de ses clients ….moi qui y a pas si longtemps ; avait desfois peur de rentre commander du pain a la boulangerie de mon quartier ….….Jesuis sur la route de mon chemin…….

Quelques jours apres je vendrais des fruits et legumes sur les marches populaires du grand Dublin ; a grand coup de “ il est bon mon melon , il est bon “

Enfin je veux dire — “ ‘ It is euuuhh naille se melong ; z ate ail ave , kaume ainedeux test it “”

Putain que ca marchait ….je l avais l’ melon …et quand je l avais assez , alors je suis parti explore ; pis quand j ai eu besoin de thunes ….j ai a ce moment joue le coup d audace le plus pertinent de ma carriere ….Je me suis fait un CV de chef patissier alors que , j avais de peine obtenu mon Cap il y avait quelques annees deja , et surtout jamais exerce ….il le fallait le melon la …mais j etais en pleine periode d eructation , a mon echelle j avais gravi une marche si gigantesque, que plus rien ne me semblait insurmontable ; j appris l anglais a grande lampee ; et oui je me suis ramasse en tant que chef patisser , mais depatouille dans la cuisine alors que je n y avais jamais mis ces pieds ; parti dans la foulee en Colombie j y appris l espagnol ….et ouais …

aller aller envoyez la suite !! J ai des annees de vie a rattraper ….

De la colombie a la Norvege , il n y a qu un pas que je franchis des lors allegrement .

Et me voici dans cette lancee energicotique ; en plein mois de Janvier lache dans les rues d Oslo ….Meme pas peur!!!cette fois c etait vrai!! Sauf que la vie , cette fois , avait monte la barre d un cran …

Debarque a l aeroport le 17 janvier a 22h30…..Je vais pour retirer mes premieres devises Norvegiennes ; operation qui ne sera pas couronnee de succes …

— “ Invalid Card “ qu est me dit la becane ….

–“Ben la t es mal “ que je me repond …

…………….Silence , long silence ……..et puis ……encore du silence ……

Je garde les details trop long et trop poilant pour notre prochaine rencontre ; mais s en suit une periode de quelques semaines que je pourrais appeler :

“ David VS technology “ ; mene 4 a 0 pendant toute la duree du match ; David a su revenir au score in extremis alors que sa vie meme etait en danger ; superbe egalisation a la toute derniere minute . Il en profita meme pour mettre une bonne raclee a la providence qui le taraudait d un peu trop pres ….. et mon cher Thierry ; tout ceci en Norvegien .

4 mois plus tard je repartais de ce pays plusieursmillersdeuronaires .

Puis Paris , Geneve , Melbourne , Perth , Sydney et j en passe…. partout je trouvais du travail en quelques jours voire quelques heures .

Alors Noumea ?? easy ; why not ?

Mes experiences de boulot caledonien m avait montre le fort potentiel d opportunite qu offre ce pays ….

En une annee j avais appris les rudiments de la charpente et de l electricite en etant chef d entreprise ; j ai gagne exaequo le chanpionat de recensement territorial ( et un bon cheque ) ; j a ete loueur de velo et surtout chef gerant de ma chere Cabane a Lifou …..

En revenant a Noumea je n ai pas de langue a apprendre , il fait beau et chaud , j ai aujour d hui une experience sur laquelle je peux m asseoir voire m allonger , je connais le pays et surtout , surtout et surtout j y ais des potes voire de la famille ….

Bref tout ca pour dire que c est pas inquiet que je m y pointe la bouche en coeur …..et pourtant !!!

Vous voyez BipBip et le coyotte ??? l image du coyotte qui fonce comme un abruti continuant a courir au dessus du vide entre 2 falaises enormes , et qui a ce petit moment de lucidite ridicule face camera , saluant son public avant de se retamer ; avec acceptance certes …..mais sans elegance .

Apres quelques jours de festival de transition et de promenade d adaptation transitionel …me revoila a Noumea ….en quelques heures j a ouvert un compte en banque ; pris des rendez vous pour des entretiens d embauche ; mais surtout on me fait une super offre : chef gerant d un petit snack dans le nord de la caledonie…On est mercredi ; nous prenons rendez vous pour le lundi qui sui; t pour apres negociations prise de poste immediate …le poste est nourri loge ….

Facile / efficace / cool

J achete le scooter a Gwen ; un peugeot 2t , 50 cm3…….

De ces quelques jours de repit ; je profite de Noumea ; des potes et de la vie ….

Le dimanche matin ; contre avis de beaucoups de gens ; je met en route mon barda , ma vie et moi et on tient tous , sans se serrer .

Alors ca fait quoi de s apercevoir que tout ce qu on possede dans l existence tient sur un scooter ? Me demande la petite voix …ouf apparemment personne l a entendu ; regard discret a droite et gauche ; je la bayonne et la met dans le fond de ……de …..enfin au fond quoi ….

Bref me voila parti pour “the expedition “…..en fait il ne me faudra que 6 heures pour arriver a Nepoui…. Soleil , asphalte ; beaux paysages ; pensees meditatives et excellente musique me feront passer une journee des plus belles ou les kilometres s enchaineront sans anicroches , on me salue , me klaxonne , je m arrete faire le plein et plaisanter avec les motards que je croise , la vie est belle ; la caledonie est belle et ……toi aussi ..

Au cours de cette journee je Bippe mon contact patron plusieurs fois….pas de reponse ….Bip bip …

Je dors a l hotel de Nepoui….qui ne doit son succes ni a sa succenite ni au charme de la tenanciere encore moins a ses tarifs ……explosbitant !!

Le lendemain je me pointe au snack…personne ne m attend ; personne n est au courant de ma venue , et on ne cherche personne dans l instant …..la personne que j ai eu au telephone n etait apparemment pas tres au courant de la situtation……

C est ca aussi…..la caledonie ; c est ca aussi la vie et …toi …… c est ca aussi !

Bip Bip…

Alors la je vous regarde ; vous salue betement ; vous sourie niaisement , a mi chemin entre 2 falaises…..je vais me ramasser ….

Je reste calme , salue d un : “ ben tant pis on se rappelle ! “

Je remonte sur mon scoot , et j y vais ….

ou ? Ben je sais pas .

Faire quoi ? ( voir ligne juste au dessus )

J erre gravement jusqu a kone ( tu connais pas ?? on s en fout tais toi , c est moi qui parle ) .

Brutalement expulse de l euphorie de la vie grasse que je mene depuis des semaines ; je me rend soudain compte de l etroitesse de l arete sur laquelle j evolue ; de la profondeur abyssale qui m entoure plongeant dans des parois si lisses , sans prises apparentes .

L aplomb qui m encerle et celui dont je manque me donnent un vertigineux vertige … .

Le soleil brille mais le vent souffle .

Je decide d aller , encore une fois dans sa direction , mais quelle que soit la mienne , il parait me narguer , fierement s amuser de mon manque d aerodynamisme ….

Je m envole facilement , plane tres longtemps , mais si le vent tourne , alors la tour de controle ne m est d aucune utilite ….

Bref , il va falloir que je prenne le taureau par les cornes , mais la , j avoue n en avoir ni l envie ni l energie .

Ben l engin , t es mal la gamin ….

Puis au fur et a mesure de la journee ; des rencontres me donnent la lumiere ; des p’ti mots le chemin ; des appels amicaux l assurance , un regard le sourire , puis Clo et Gui…… leur appart ….!

Alors , illico scooto, je reprend la route bien decide a rien !!

En partance pour Lifou ; ils me confient ( a moi ?? preuve qu on se connait pas depuis longtemps ) les cles de leur pissenlis fraichement acquis et le soin d arroser leur appartement qui donnent deja de belles tomates .

A son seant , la plage , a peine plus loin un autre jardin , de corail celui la ….bref excatement de quoi refaire le plein de vide pendant quelques jours .

Le probleme , c est que je suis pas qu a plat ; je suis creve et que plus je regonfle plus l avarie s agrandit ….resultat je pompe , je pompe et je pompe ;

J ai juste la rue a traverser pour aller chercher des rustines ; mais putain le passage est cloute . ..

Le probleme c est que quand t es fatigue de pomper ; tu te retrouves avec les pneus a changer … Comment qui disait deja ?? Ah oui ; “ ben l engin ; t es mal la gamin !! “

Bref je passe une semaine a cote de mes pompes ( au cas ou ) ; j irais meme jusqu a perdre les cles de leur appartement , si gentiment prete ….je cherche des heures ; repasse partout ou je suis passe ; interpelle toutes les possibilites ; passent des annonces radiophoniques et envisage de refaire un double avant de changer les serrures .

Des heures durant je met mon corps ; mon esprit (dont sa presence est elle aussi parti en vacance) et celui de tous ce que je croise dans un etat second de stress primitif …..

Z avez deja vu , le film de Baffie ?? les cles de bagnoles ?? la chute ??

Si si ; z etaient dans ma poche !!!

TATIN … ben voila ; je vous jure…..Ben l engi/……oui , oui ,c est bon on a compris .

Je vous la corde ; c est drole …..mais very painful ….

Si avant j avais la bougeotte , la je crois que je fais une crise de bougithe aigue … J ai besoin dune cure de routine , d une bonne dose d habitude .

Ca peut paraitre etrange au sedentaire qui bosse 12 mois par an ….mais en voyage meme si on fait pas fleurir le PIB …qu est ce qu on le sollicite le burlingue …. toujours a plein regime l Intel pentium .

Bref ; je suis en plein Burn out ….

Alors ; il est temps d aller bosser pour se reposer ; mais la ; il me faut un taf sans engagement , sans ambitions , sans challenge sans horaires serait un must …ca parait chaud patate ….

T imagines l annonce : Homme cherche boulot n engageant en rien ; ne veut surtout pas fatiguer ; et si possible ne pas se lever le matin ;

—ben la , l eng MAIIIIIS TAAAAAA GUEULE TOI !!!!!

Et puis voila qu on me propose un job ….dans la cueuillette d huitre …

Alors tu me connais ; moi l inconnu …j y vais quoi !!

Boulot sympa ; pas chiant ; bonne equipe ; j y trouve le temps de mediter en auscultant la condition physique et minerale des protagonistes de mon nouvel element ….. et ca me fait un bien fou.

Depuis quand je me suis pas arrete a me demander combien il pouvait y avoir de gouttes d eau dans ce nuage ….

Seulement voila …on me paye 130000 franc CFP ….par semaine ????non par mois

Ben , l engin ( oui la tu peux y aller ) t es mal la gamin !!!

J en vois au fond qui plissent les yeux , pour tenter la conversion …attends , tes pas venu la pour se degimber la membrane ….ca fait du 850 euros net ….dans un pays qui est 1,5 fois plus cher que la France ….Noumea plus chere que Paris ….

Et surtout ; un pays ou beaucoups gagnent pas mal de fric ….

Les ecarts salariaux sont des gouffres plus grands encore que ceux suscites plus haut dans ce meme delicieux recit .

Un salaire pareil ne suffit pas a payer un loyer ….Et y a des gens qui se tartinent ca …et avec le sourire en plus …

Bon moi ; je fais une petite semaine ; sympathise avec quelques fines Claire , Marion et Adrien ..

Ca me vaudra le droit d aller gober quelques mamiferes ( oui ben sont tellement laiteuse ; que faudra reclassifier ) de cette espece au marche le Samedi ….et ca j aime bien .

Au lendemain du dernier jour de cette deconvenue amiable …je rencontre Frederik , DG de Amorino Pacific Sud ; il recherche un responsable de production ….alors t as compris ..si il faut un responsible , faut que Bibi soit dans le coup …

Le courant passe ; je commence demain … DIMANCHE ??? ben ouais .

Mais t avais pas dit repos ; tout ca …..??? aaaaarrrgh mais va t en ….

Bon serieusement ; Amorino c est une chaine de glace ….y en a partout dans le monde dont un magasin a Noumea ….et il cherche un Glacier …ca tombe bien ….je le suis ….si ; si je veux !!!

Et puis je sais que la glace c est easy ….et le voila mon boulot facile ; sans contrainte ; sans horaires ; sans “grandes “ responsabilites ….et pis meme si je double le salaire rapport aux huitres …c est quand meme pas byzance ….mais priorite a la remise en place de mes chacras fortement pertubes .…. ..

Les plus fins connoisseurs reconnaitront a la lecture de ces lignes ma liberte claviculaire ; signe d une convalescence deja bien engagee ….et d autres noterons mon evidente shizophrenie inspirationel facilement directionnee par mes lectures contemporaines ….En effet ; je viens de me taper un “ San Antonio” …que ceux qui comprendrons ; ne me pense pas arrogant au point de croire que j ai le piquant du bon vieux dard , a qui je voudrais , ici , rendre hommage ….

bye bye Lifou !!!

Cela fait maintenant 10 jours que j ai quitte Lifou, j y aurais alors passe a vitesse fulgurante les 7 derniers mois.
Cette ile restera pour moi une des etapes de ma vie des plus interessantes . J y ai rencontre des gens au parcours incroyable , le coeur rempli d humanite . Je me suis parfois confronte a la rudesse de certains acpect de la culture locale , mais j ai l impression d avoir su zigzaguer a travers les embuches tout allant parfois vers la difficulte , j y ais fait un nid que je savais pour toujours provisoire .
Des nombreux endoits que je traverse , peu me servent de reelle etape . Mais chaque fois que je choisi une de ces contrees comme telle , alors peu importe le temps que je compte y passer , je m y investi a 200% socialement . En nouvelle Caledonie , et a Lifou particulierement ,
Je ne sais quelle retenu , m a si longtemps empeche de vivre pleinement la vie .
Ce ne sera que dans les derniers mois que doucement je sortirais de cette lethargie .
De par mon job , ce sera plutot facile ….
En arrivant a Lifou ,j avais envie de rester ,non par enthousiame flagrant mais , pour vivre la vie des Iles .
Les Jobs salaries ne courant ni les rues ni les plages.( J ai bien fait un essai comme cuisinier dans un bar resto de We , la petite capitale , mais vraiment pas envie d un tel job ) Je me creusais alors la tete pour trouver un moyen et pouvoir gagner un peu d argent histoire de pas cramer ma cagnottte . Je proposais alors de lancer des visites guidees a velo pour les touristes qui debarquent regulierement depuis leur immense paquebot venu d Australie .
L idee semblait bonne , mais malheureusement les gens ayant le pouvoir coutumier de mettre le projet en place , n acceptaient sa realisation qu condition que je le fasse …..pour rien ..si ce n est les engraisser un peu plus .
Je fis quand meme un essai pour montrer le potentiel d une telle activite ainsi que la valeur ajoutee , qu en tout modestie , je pourrais apporter .
4 jours d activite intense qui fit gagner un petit pactole a cet escroc puant , qui se contentera de me jeter des cacahuetes en me disant que c etait ca ou rien ….5% du chiffre …..
Plus tard un petit gite , dans lequel je passais quelques jours , fin decembre . Me demanda , la veille , de leur faire le repas du 31 decembre …car ils avaient une 10 aine de reservation ….mais pas de menu , pas de cuisto et des frigos vides ….
J acceptais sans conditions prealables , le prenant comme un challenge et comptant sur leur gratitude par la suite …
Ce nouvel an se passa bien , les clients furent satisfaits par ma dure journee de travail dans cette cuisine immonde pleine de cafards .
Les patrons aussi .
Le surlendenain , mon velo charge , je m apprete a partir ….
____David , on a 10 clients qui viennent manger a midi …tu peux nous aider ???
Il etait 11h30 ….rien n etait pret , la cuisine salle , la vaisselle debordant de l evier ….et encore les frigos vides …seul un poisson gisait au fond du congel ….
Une sorte de conscience professionelle que je ne me connaissais pas me fait littelarement perdre pied .
J explose , les insultant quasiment de leur competente stupidite nefaste a l ensemble de la societe qu il represente si mal .
J accepte , mais je met tout le monde sans menagement sous mes ordres , et …..DAI DAI….meme les gosses se retrouvent soi avec une eponge , soi un couteau …
Branle bas de combat , personne ne pipe mot….
Les client arrivent , une famille Australienne, evidemment ici personne ne parle un mot d anglais ….c est encore moi qui les accueille .( en les aidant a escalader l immense marche de la terrasse….car evidemment y a pas d escalier et l autres acces et bouche par des poubelles .)
Le repas , malgre une attente certaine , se passe plutot bien .
A peine termine , je ne pense qu a partir . Mais Pascal ,le boss, me dit qu ensemble ,si je reste on pourrait faire un vrai resto ..il parle de travaux de refection de la cuisine , il echafaude de grands projets . Je lui dit que je reflechirais , mais en attendant lui demande combien il compte me payer pour ces prestations….
___On peut te faire 50% pour cent sur na note .
Me repond t il ….
J ai passe 5 nuits a camper sur place dans ma tente ….
Ma note s eleve a 5000 francs….
Decu , depite , degoute , ecoeure je fonce sur mon velo , dans la seule idee de faire mon sac et m en aller loin de cette endroit corompu ou les abrutis benis regnent en maitre et brident les initiatives des energies de leur sujets .
Je pedale a toute allure ,quand 25km plus tard je fais une pause sur la plage de chateaubriand , ou je rencontre Sophie …..
On discute un peu …tres vite elle me propose de l aide pour son snack ….Lakaban ….Je soupire et j accepte .
Quelques semaines plus tard , je me retrouve gerant de ce petit etablissement que fierement j aurais reussi a faire bien fonctionner ,en proposant une cuisine maison simple mais de qualite dans un cadre plutot sympa .
De nouveau confronte a cet egocentrisme coutumier consistant a ne voir que sbires dans le reste de la fraternite .
Cette fois les chaussures sales je la pietinearais et imposerais mes conditions ,ce qui me vaudra d entretenir des relations houleuses avec mes hotes .
De par ce job je rencontrerais plein de gens , puis me remettant a la plongee et apprenant la planche avoile . Je reconnecterais alors doucement avec le monde des humains ,dont j avais l envie prononcee d oublier .
Alors que je commence a me sentir bien entoure , que ma vie est confortablement interessante , je me sens alors pret a partir.
Le paradoxe de ma vie ici est a son paroxysme .
En tout cas j adresse un grand et franc merci a cette ile , a sa pluriculturalite , a sa beaute et surtout a ceux qui y animent sa vie malgre les brousailles epineuses .

Depuis le debut , je pense souvent a rentrer , tant de choses me manquent , et puis j ai vraiment l impression que le pacifique et moi ne sommes pas les toutereaux d une belle histoire .
Le quitter ??je ne pense pas , j ai envie de donner une chance a notre relation .
Alors aller ….mais ou ? Comment ? Seul toujours ?

Grande terre !!

Manger!!

Me crierent tous 3 dans un elan aussi autoritaire que spontane , ces 3 loustiques , que je reconnus aussitot pour etre ceux qui , quelques minutes auparavant , arrives a ma hauteur a bord de leur camionette dans l acenscion de ce col , avait alors violemment freine s adaptant a ma vitesse le temps de me lancer quelques encouragements avant de renfoncer le champignon autant que le klaxon dont le bruit fut etouffe par le brouha du moteur .

Aussi saouls que je suis essoufle , je n ai pas le coeur a accepter leur invitation ,mais il va me falloir etre diplomate et avale le pate propose .

Il y a 2 raisons au fait que je n ai pas envie d honorer leur spontaneite hospitaliere ,

La premiere , comme susdit, ils sont crames , et j ai jamais trouve agreable de supporter les gens dans des etats pareils .

La 2 eme , je me retrouve pour la premiere fois seul depuis des mois , et dans ma tete un bilan se dresse

Comme a mon habitude , je ferais donc un leger flash back pour recontextualiser tout ca .

Arrive sur le territoire en Avril dernier , j y avais trouve un emploi instantanement en tant que manoeuvre en charpente . Job ,que j occuperais jusqu en aout, et qui m avait permis de me balader a travers tout le territoire en m initiant a la complexite historicoculturel du pays .

Apres quoi , je m etais offert 2 semaines de sinecure bien payees en tant qu aprenti electricien, pour finalement me retrouver embrigader a travailler comme agent recenseur sur Noumea .

Emploi que je trouvais passionnant de par l engagement avec lequel je m y etais corps et ames jetes .Si bien que cela me vaudra d exploser les records de foyers recenses (550 a mon actif contre une moyenne de 150) ….prouesse bien modeste mais qui me vaudra un joli cheque , en plus de devoir frapper par hasard a la porte de l appartement de Marion ,une amie rencontree en Corse 5 ans auparavant…..

Quand je vous dis que le monde est petit .

Aussitot le recensement fini , c est une odysse qui commence .

D abord ce sera en Canoe kayak , le long de la Cote Oubliee , 4 jours de pagaie en pleine mer dans un environement isole et sauvage .

Marion sera de la partie tout comme Maud ,qui vit ici mais rencontree en Nouvelle Zelande , des amis a elle completeront l equipe .

Pagaie , sortie palmee ,feux de camps ,bivouacs ,un peu de frissons et pas mal d emotions .

Un court week end sur Noumea , puis Maud , Brunelle et moi allons alors gaiement parcourir les 4 jours de randonnee que composent le Gr nord de Nouvelle Caledonie . Le soir nous mangeons dans les tribus etapes qui nous accueillent , des plats delicieusement concoctes avec les produits du terroir local et dormons en case traditionnelle. Le denivele et les kilometres s enchainent , mais le chants des oiseaux ( on a meme ete juste desous un notou ) ,les panoramas et les baignades en riviere quotidienne suffisent a compenser des douleurs qui seront bien vite oubliees .

Cela ne faisaitt que quelques minutes que nos chemins s etaient separes quand cette belle bande alcoolisee avait alors decide dans un elan de me heler.

Dans la tourmente appropiee , je n avais pas le coeur a manger et encore moins a discuter .D autant qu au vu de leur etat d ebriete , leur discours si passione , n avait aucun interet .

Par crainte de les vexer, alors j acceptais meme la biere qu il m offrait ce qui eu pour effet de me decontracte et d apprecie ce moment , ou d ailleurs j appris :

–12 fois qu Alfonse qui me faisait face etait le beau-frere a David qui etait a ma droite

—47 fois (dont 28 en m etreignant fortement les epaules et 12 en me serrant violemment la main ) qu ils etaient comme des freres et que moi aussi j etais le leur .

—34 fois , qu ici c etait Kanaky .mais que moi je etais le bienvenu en tant que frere .

…………

Tous 3 sont de Tendo , c est justement la tribu minuscule ou je pensais passer la nuit le lendemain .

Au bout d une heure d une jaune rigolade , je m extirpe du groupe en promettant de les visiter a mon arrivee a Tendo .

J entame la descente . Je suis alors au sommet du premier col d un parcours que je me suis concocte au travers de la chaine et qui devra me faire ,au gre de quelques centaines de kilometres ,parcourir les pistes les plus recules du territoire . Mais le moment n est pas a l enthousiasme .

En a peine ½ heure , j arrive dans une superbe cocoteraie donnant directement sur la plage paradisiaque , je suis a ma destination du jour ….

Les premiers temps d une nouvelle solitude sont pour moi toujours tres difficile , il me faut a chaque fois quelques jours pour reapprendre a profiter seul .C est donc avec amertume que je contemplerais ce soir , les lumieres du soleil couchant qui sont pourtant superbes. Je donnerais cher pour partager ce moment .

Dans ma tete des rires resonnent …mais c est juste dans ma tete .

J hesite a raconter ici , l installation de mon hamac , qui , lui ,ne m a pas fait regretter d etre seul tant

je fis ridicule .

C etait la premiere fois que je m en servais , il faisait deja sombre et j avais probablement inverse quelques cordes et ficelles , si bien que lorsque, je dus faire ce grand pas , que chaque utilisateur de hamac connait bien , a savoir , la premiere fois on l on doit faire confiance a cette nouvelle monture , qui nous parait toujours trop fragile mais qui devra soutenir tout a coups tout notre poids . Eh bien lorsque apres une serie de fausses tentatives faites pour me rassurer quand a ce fait , je m engageais pour de bon a m y allonger et remettre mon sort entre sa toile …

Les cordes , virevolterent se tendirent et renverserent le hamac ….. et donc , son contenu , a savoir ….moi .

Non content de sa perfomance , en toute complicite avec la moustiquaire , que je croyais inoffensive et sous laquelle je m etais naivement introduit, ils me retinrent prisonnier a l interieur… c est a ce moment precis que , malgre l aide qu un semblable aurait pu m apporter, je me senatais heureux de ma condition de solitaire .

Il est , me semble t il , inutile de preciser quelles contorsions, ni meme quelles injonctions qui les accompagnerent me fallu t il pour sortir de ce mauvais pas ….

De toute facon j ai toujours aime dormir par terre….

Lever en meme temps que le soleil ,le coeur en convalescence …je me met rapidement en route pour cette tribu dont on m a fait l eloge ….Tendo .

Je parcourerais avec surprise les 27 km tres rapidement et y serait de bonne heure . J aurais donc plein de temps pour m y balader et revoir David …de la veille .

Cette fois il n est pas saoul , et il me sera tres agreable de passe cette journee en sa compagnie .

David , a 67 ans , une courte barbe blanche entoure son visage ride , sa casquette visse sur la tete laisse devine la calvitie qu elle cache . Malgre les 30 degre environant il ne quittera pas son epaisse veste militaire .Son regard qui jette sa generosite a la figure lui donne un air si touchant que l on ecouterait sa voix si calme des heures durant .. Sa femme decedee , il vit seul dans sa petite maison de tole. A l interieur , pas de fioriture , Thermos, theiere , boite de the , sucre ,quelques cuilleres sales , vieux journaux jaunis , baguettes de pain… envahissent la lourde table en bois que 2 bancs branlants couronnent reposant sur le sol en terre battue . Un fauteuil enplastique , qui semblant etre d un age avance , paraissant n avoir jamais servi trone dans le fond de la piece . Le fourneau a bois qui fume encore diffuse son atmosphere . Sur le mur derriere moi , accroches a une planche en carton sont diposes des dessins , que je crus realises de la main d un enfant….Mais David , fierement m apprendra qu il en est l auteur . Certains jours , m avouera t il , il passe des heures assis sur le banc leur faisant face , a les regarder , puis souvent il se leve pour en prendre un , qu il ameliorera de quelques touches improvisees .

David me parlera longuement , des traditions de sa culture ,de son histoire . Il me confiera qu il est inquiet quant a l avenir en pensant cette independance qui approche , et l insouciance de la jeunesse . Il m expliquera , que pour lui , l independance passe par une construction interieure du pays , la transformation des friches en terres agricoles , mais que les jeunes ne sont pas prets ,d apres lui ,a se mettre au travail…..il a vraiment l air touche quand il me parle de ca .

Le soir , je mange en famille , dans un petit gite juste a cote . Ce qui me frappa d abord , c est l enorme pied de Marijuana qui pousse a l entree de la cuisine …Julie , la gitiere , explosera de rire quant voir ma tete d ahuri et s amusera de plus lorsque le lendemain nous irons au champs ensemble , transportant sous le rire des vielles croisees ,une bouture de cette plante aux vertues mysterieuses . Nous la planterons a la tete du champs d igname…..sont fous ces kanaks , mais font marrer .

Apres le labeur , le reconfort , c est en cueillant et degustant un somptueux Jack que nous nous reconfortant en echangeant des histoires …..
Puis , il est temps pour moi de reprendre la route ….mais pas avant que Julie m est emballe mon dejeuner .

Pour situe geographiquement , je me trouve au nord de la grande terre , a 27 km de Hienghene et j envisage d emprunter la piste de la Ouayaguette . Cette piste construite il y a 10 ans seulement , a permis le desenclavement de cette region , qui n etait alors accessible ,qu a cheval ou a pied .

90 km de piste tres tres cabossee au denivele parfois impressionant .

Je serais contraint de souvent pousser le velo dans les cotes , et parfois meme le porter , ce sera debout sur les freins , la concentration a son maximum que les descentes se negocieront .

J y traverserais , vous imaginez , des endroits sauvages et des gens au mode de vie ou l autonomie est de mise .

Il me faudra toute la journee pour arriver epuiser a la tribu du haut coulna .Tres peu frequentee par les touristes , les blancs qui rodent dans ce coin , sont pour la plupart des scientifiques naturalistes.

En effet nous sommes sur les pentes du Mt Panie , le point culminant de l ile (environ1700m) .Cette zone est en grande partie interdite au public , pour des raisons difficiles a connaitre . Certains diront qu il est trop dangereux de s y aventurer ,d autres invoqueront des raisons coutunieres ou encore , de protection de la nature.

En effet , dans ce magnifique massif , on y trouve de nombreuses especes de plantes , d oiseaux , de reptiles etc qui y sont endemiques . On parle alors de microendemisme.

C est donc en veritable Pedalajones , la fierte entre les dents que je m immisce sans invitation dans cet univers ou personne ne m attend .

Je pose mon velo , contre le petit Fare, qui d apres les bancs installes faisant face a ce petit etre enchriste , me font devine qu il doit s agir de la chapelle .

—-Y a quelqu un , lancais je timidement ….

Le silence me repondis , je m engageais alors dans la petite allee , qu un alignement anarchique de miniscules petites cases dessinaient entre elles . Toutes mignonnes ,leurs entrees souvent ornees de jolies fleurs rouges , l herbe aussi rase que verte , et ce ciel d un bleu limpide , me donne l impression de vister un village hobbit apres que Gargamel y soit passe . Je m attend a apercevoir des petits etres m epiant derriere leur fenetre .

Je decendis , cette allee serpentante , tout en badigeonnant l air de ma voie rauque de formules de courtoisie , auxquelles personne ne repondit ….

Au bout de ce chemin , sans meme avoir croise quelqu un , un panneau m indique le gite chez Juliette , je contournerais le batiment a la recherche d une autre respiration . C est alors, a ce moment ,que la mienne s arreta nette .

Je venais de m avancais sur la terasse …..la vue y est a coupe le souffle.

Elle domine un canyon enserre , dans le fond duquel s ecoule une riviere que je devine etre la Ouaienne .

Un cheval y buvait tranquillement , tandis que des ballets d hirondelles jouaient dans cette profondeur qui leur etaient offertes .Les couleurs chaudes du soleil qui se couche apporterent la petite touche achevant de dessiner ce tableau de conte fee .

Puis j apercu la bas au loin un groupe d individu , semblant s atteler a une tache quelconque au bord de l eau qui paraissait si tranquille.

Je decidais de trouver le chemin qui conduisait a ces personnes , chemin qui me fit passer devant une case ou des enceintes crachaient un des morceaux vedettes de …..ABBA…

.—–dancing queen , you’re a dancing queen….

Atterissage direct …. moi qui croyais arriver chez des etres fantastiques , j ai maintenant peur de me retrouver face a une bande de Hippies suedois nus qui …..qui…..oh mon dieu …

Je continue neanmoins mon chemin , et lorsque je fus assez pret , je distinguais que les Suedois n en etaient pas , il s agissait en fait d une bande de femme et enfants qui faisaient la lessive . Je me sentis alors mal a l aise quant a mon intrusion spontanee . J e m arretais et fis en sorte qu elle s remarquerent ma presence….Quand ce fut chose faite , j esperais que l une d entre elles vinsse a moi …mais il n en fut rien , elles ne semblaient ni interessees ni incommodees par ma presence.

J allais alors vers elles me presenter ….on me dit de m installer au gite , qu il y a du cafe dans le placard et qu on se verra plus tard …

Je passerais la soiree au gite a discuter avec la jeune Laetitia , 19 ans ,qui a une energie et une ambition qui l honore . Elle envisage de partir en Australie bientot ,pour aller apprendre l anglais afin de pouvoir emmener les touristes du monde entier a la decouverte de sa terre et sa culture . David aurait ete ravie de la rencontrer .

Elle me mettra en garde contre les hordes de chiens , revenus a l etat sauvage qui vivent en meute tel des loups, meme si ils n attaquent jamais l homme , peuvent etre agressifs .Je n en croiserais heureusement aucun .

L aurore me surprendra deja en selle en direction de Ouayaguette . Apres une etape aussi difficile que belle , j atteindrais ce petit village de bout du monde dans l apres midi …juste avant qu un deluge qui durera 36 heures non-stop ne s abbatte sur ces montagnes …j y suis donc coince , le temps pour les creeks de se vider de leur eau et de liberer le passage .

J aurais alors le temps d aller a la rencontre du peuple qui a cette aventure pour routine.

Hostile , on est en droit de se demander pourquoi des gens sont venus s installer ici , alors que la vie cotiere y est tellement plus paisible ….la reponse tiens en un mot : colonisation .

En effet , les colons , a leur arrivee s approprierent les terres les plus fertiles et/ou les plus accessibles , chassant de fait de facon violentes les habitants originels . Les survivants resignes etaient alors contraints de s exterritorier vers dautres secteurs inhabites ….et c est a Ouayaguette par exemple qu il s installerent . Par gene , ou par pudeur , ce ne sera pas de la bouche de ces gens que j apprendrais cette histoire , malgre mes questions directes .

Les vieux me raconteront , l epoque ou ,pour aller a Hienghene ou se trouvait l ecole et toutes autres facilites . Il leur fallait 2 jours de marche . Maintenant c est a 2h de piste.

Un medecin vient une fois par mois visiter ses patients , entre autre la doyenne , qui a 104 ans et vit encore chez elle .

Gisele , ma logeuse , m apprendra que je suis le 2eme en 10 ans a passer en velo par chez eux.

La pluie cessee , la route sechee ,alors j en repris ses lacets.

Le soir j arriverais a Oueholle , apres une etape tres escarpee , mais je me rend vite compte que deja je suis sorti de l isolement et qu augment le peuplement .

Le lendemain ne se sera que bonheur , les gens interpelle par ma venue , n hesiteront pas a me stopper , me questionner , et souvent m offrir a manger . Je passerais ,comme promis ,rendre viste a la Mamie d Emilie , qui habite ici , je la surprendrais au champs a sarcler la terre , son fils me cueillera une papaye que j emporterais .

Papaye , mangue , pasteque , banane seront les menus providenciels qui me fissent rendre le sourire avec lequel il m avaient ete donne .

J arrivais a Ouegoa , lorque une voiture me fit une queue de poisson plutot serree pour m immobiliser . A peine eus je le temps de realiser , qu une femme que je reconnus par ses traits etre kanak , avait pourtant la peau blanche et les cheveux blonds…elle etait albinos (Non, elle n avait pas les yeux rouges )

____tu campes ou ?

____ah ben ca , repondis je , j en sais rien. Pourquoi?

Sans prendre la peine de me repondre , elle fouilla dans son coffre une glaciere, d ou elle sortit une barquette et des couverts qu elle me tendit .

___Tiens il me reste une salade de poisson .

Mes bras se tendirent pendant que mon esprit tentait d analyser la situation…

__C est combien? Demandais-je?

___ahaha, je vous ais passer tout a l heure , votre tete m a donne envie de vous aider, me lanca t elle en remonta dans sa voiture qu elle demarra aussitot…

Je ne savais comment prendre son interpretation de “ma tete” , mais ca tombait bien j avais grand faim .

Je me remis en selle afin de trouver un coin pour savourer ma pitance….

La meme voiture , a son bord la meme femme , arriva en sens inverse . Appel de phare et klaxon ,l accompagnerent , elle s arreta au mileiu de la route a ma hauteur .

—-j ai oublie de vous donne du pain , dit elle en me tendant 2 bouts de baguettes

—-ah ben oui , j allais quand meme pas manger sans pain , me surpris-je a prononcer seul sur la chaussee , regardant la Subaru s eloignait.

J explosais de rire alors que une larme aux origines inexpliquees coulait le long de mon nez ….sans doute une allergie .

Bien que delicieux je ne degustais pas son plat , je l incorporais a moi tel une offrande chamanique, en pensant a la beaute de tels gestes . Ce n est pas elle que je remercie , mais dans son ensemble l humanite ,qui bien souvent par raison decriee ,n est pas coupable de tout les faits reproches .

Le meme soir , toujours a Ouegoa ,je m apercus d un jeu dans mon pedallier , il me faudrait une cle.Je demande a la station service…ils n en ont pas , mais les tous les gens presents semblent disposes a vouloir m aider , mon aventure les impressione et les touche .

Un blanc qui s aventure ainsi au sein de leur culture , ne les laissent pas indifferents . Je suis fier de ca .

Bref , tous s interroge , a savoir ou pourrions nous trouver cette Bloody cle..

On va voir dans les garages , on telephone , on m offre un verre d eau , on revient avec la cle ,….c est repare .

L on invite alors au nakamal….

Le Nakamal est un endroit on l on sert du Kava . Le kava est est une boisson issue de l extraction du jus de racines de certaines plantes . Originaire du Vanuatu , elle est la bas bu lors de ceremonies destinees a entrer en communication avec les ancetres , les dieux , la nature ….

Ici , elle est devenue une sorte de boisson populaire , mais on aime ou on deteste . Les buveurs de kavas ont parfois la meme reputation que les fumeurs de Marijuana en France .

On reconnait un nakamal a la petite lanterne rouge qui s allume des le coucher du soleil indiquant tant son emplacement que son ouverture .

J adore l ambiance tres posee de ces endroits , on y parle lentement et doucement , dans une atmosphere souvent legererement enfumee tres peu eclairee. Pour “lever une selle” on doit aller a une sorte de comptoir , ou le tolier vous servira un “100” , un “200” ou meme un “300” si vous etes gourmand . Ce nombre correspondant au prix et au nombre de louche qui vous sera servie .

100 une louche ,200 2 louches …etc .

Vous vous retrouvez alors avec une demi noix de coco remplis d un liquide , jaunatre ou brunatre , que l on pourrait comparer a de la boue liquide . Pour boire on doit s eloigner rejoindre souvent un lavabo , parfois un simple robinet . “maloya” est le terme utiliser avant de lever . Vous avalez cul sec le contenu , qui vous surprendra par son amertume et son gout …..douteux .

Vous pouvez alors cracher , et vous rincer la bouche avant de rapporter la selle au comptoir et manger une cacahuete , un bout de fruit ou ce qu il y a a disposition .

Puis vous retourner vous asseoir laisser le produit faire son leger effet qui vous engourdira d abord les levres et les muscles de la machoires

Alors quelqu un vous dira , on leve? Vous recomencerez l operation autant de fois que desire , en general un debutant aura assez de 3 ou 4 selles , mais les grands buveurs ne les comptent pas .

L effet est une sorte de legere euphorie , un apaisement general de l esprit .

La soiree passee , je realise que je ne sais pas ou dormir , alors naturellement , Michou ,le tolier , m invitera a rester avec eux , nous dormirons, Michou , sa copine et d autres turbillons dans un container place a cet effet a l arriere de la paillotte.

En route pour Koumac , ou je retrouverais Emilie dans sa famille .

Emilie , c est celle a qui je dedie ces pages.

Nous nous sommes rencontres en Corse , en 2009 , a l occasion d une formation a la construction d une eolienne , que Solaria avait organise www.facebook.com/solaria . C est elle qui sera venue me cherchez a l aeroport a mon arrivee en Avril , depuis elle aura joue un role tres important dans mon epopee caledonienne.

De Ouegoa a Koumac , de la cote est a la cote ouest . En seulement une 40aine de km changement radical de décor et d ambiance. D une vegetation verte et luxuriante , on passe a des paysages qui rappellent l aridite du bush australien , de la tribu et ses champs on passe aux grandes exploitations d elevages bovines de plusieurs centaines d hectares .

40 km mais pas moins de 3 cols a franchir …..

Heureusement , le soir ce sera avec grand plaisir que je serais accueilli dans la chaleur familale du foyer d Emilie.

Joachim , son papa est originaire de Ouegoa . Parti en metropole pour ses etudes , il y rencontrera Evelyne qu il embarquera au pays quelques annees apres . Non sans avoir donne naissance a notre petite metisse preferee auparavant .

Tous 2 sont profs au college de Poum , le grand nord caledonien .

C est chez eux , dans leur belle maison que je passerais ce bon week end requinquant a savourer leur delicieuse cuisine , avant de prendre un bus pour le centre ouest afin de continuer mon aventure cycliste.

Je pris un bus , car je m interdis de circuler sur la RT1 , la route qui longe la cote ouest ou le traffic y est dense , les limites de vitesse pas respectees et les accidents nombreux.

Visualisons , la grande terre . Imaginer une longue bande de 400 km de long et de 40 km de large , une chaine de montagne la traversant en son milieu .Un denileve lent et regulier sur la cote ouest mais qui plonge a pic dans locean sur la cote est .

Une route fait le tour de ce caillou en en longeant la cote ,infernal a l ouest , elle est plus paisible a l est , puis a certains endroits , des transversales, c est a dire des routes qui relie l est a l ouest en coupant a travers la chaine .Il en existe 4 qui soient faites d asphaltes et qui sont frequentees . Pour les avoir parcouru maintes fois en stop , je me refuserait de les emprunter en velo .

Mais l ile est aussi traversee en plusieurs endroit par des pistes en terre , ce sont par ces chemins que je .traverserais . Le bus me conduira a Poya , au centre ouest , d ou je retraverserais du cote est , par une autre piste ausi belle que chaotique. Pour le dodo quotidien , je me contenterais de me presenter dans les tribus traversees ou le mement ou le soleil se couchait , et souvent l on m autorisait a poser le hamac( qui est maintenant bien dresse)dans les fares communs , sorte de grand preau ou des toilettes et parfois des douches sont installes a proximite .

Arrive de nouveau sur la cote est , je remonterais de nouveau vers le nord …mais cette fois par la petite route . Terrain plat , les alizees me soufflent dans le dos , souvent je croise un etal de mangues ou de fruits divers en libre service, les prix marque a meme le fruit , un bocal pose acote pour recevoir la monnnaie. Parfois une femme , joliment vetue de sa robe mission coloree , se tiens a proximite , nous permetteant quelques peu d echanger .

Je dors de maison commune en camping , je mande des sandwich , des fruits ou d excellent repas inopinement trouves au hasard de la route , souvent avales sur de superbes plages ou je me jetterais a l eau en guise de nage digestive .

Puis un jour , je devrais m arreter , pour rejoindre Noumea ou je sauterais sur le bateau qui me conduira vers les iles loyautes…..mais ca c est une autres histoire ….

Nouvelle caledonie, succintes presentations

Bonjour dans les chaumieres et les chalets , les squatts , les cabanes ou les villas ….. et a toi aussi la bas .
Comme susdit , et ce malgre les encourageantes invectives de certains , je n ais pas eu la plume tres prolifique ces derniers temps . Je me demandais d ailleurs moi meme bien pourquoi. Alors que je commencais juste a bien prendre gout a la besogne, d un coup l envie comme les idees s etaient evaporees . Je crois pourtant que la reponse est bien simple :comment aurais pu retranscrire , ne serait ce qu une etincelle , de cet eblouissant feu d artifice que fut ma vie ces derniers mois . Car les quelques fideles de ces pages , sauront reconnaitre mon devouement quant a ma volonte de leur faire vivre au plus pres, au plus profond , chaque sensation , chaque vibration que mon corps et mon esprit traversersent au cours de ces millers de kilometres parcourus .
C etait pourtant bien depourvu q,ue je me retrouvais face a la complexite de raconter la belle epopee que ce dernier pays traverse m avait offerte .
Assis sur la falaise a peine escaladee, les jambes dans le vide , j admire la vallee que je viens de quitter. Etourdi par sa beaute et bien qu encore tres essoufle , j ai envie de crier toute ma gratitude a ce qui m a permis d atteindre ce sommet sur lequel je suis fierement juche , je me demande , alors , comment pourrais je en decrire son accidentite qui transcende sa magie .
Mais avant de vous raconter les peripeties passees , je me dois de tenter de dresser le tableau du pays qui m a ouvert les bras . Je remercie d avance les quelques uns , qui me feront l honneur de suivre le fil qui compose cette toile si complexe .

Alors que dans les ecoles du caillou , jusqu a il y a peu , les enfants apprenaient a connaitre la longueur de nos fleuves , l histoire des gaulois et meme les numeros de nos departements , au detriment de leur propre concerne .Comme moi vous ne saviez peut etre meme pas exactement ou se situait sur une carte , la Nouvelle Caledonie , vous en aviez ,peut etre ,au mieux deja entendu parle , en bien ,grace a ses plages , sinon ,au pire, en raison des conflits politico-ethniques qui animent sa vie sociale .
Alors avant d entrainer ce recit a flatter mon ego , je me dois de poser les balises tentant de vous apporter quelques connaissances sur ses complexites historico/socio/geolo/grapho/politico/econimico/demographo/…Merde , V”la la Tourette qui me reprend…..
Ici , a Lifou , il est 2h du matin , en pensant dans quoi je m engage j inspire profondement , en vous souhaitant bon voyage …… c est parti.
La Nouvelle Caledonie est un petit archipel situe dans le pacifique , a 2 heures de vol a l est de L Australie , 2 h au nord de la Nouvelle Zelande , 1h a l ouest du Vanuatu et 22000 km de la France qu ici on appelle :la Metropole . Compose de 6 iles et d une multitude d ilots . La grande terre en est sa principale avec une superficie de 16000km carres . Lifou , Mare et Ouvea situees a son est (a droite) forment un ensemble appele les Iles loyautes . L ile des pins a l extreme sud de la grande terre et Belep dans le grand nord completent l harmonieux ensemble .
Les habitants appellent affectueusement “le caillou “ , soit l ensemble de l archipel , soit seulement la grande terre .
Au dernier recensement qui a eu lieu en 2009 , on comptait 250 000 mille personnes vivant sur le territoire, mais une grande partie de la population estime etre plus nombreux , et on en saura plus a ce sujet en decembre prochain , suite au resultat du dernier recensement qui a eu lieu en septembre dernier ,pour lequel d aileurs ,j ais eu la chance de travailler .
La densite de population tres faible , notemment dans les iles et le nord , en font une contree sauvage , idyllique pour l aventure nature .
Sa capitale , Noumea compte a elle seul pres de 100 000 ames .
La grande terre : 400 kilometres du nord au sud et 40 d est en ouest .Elle est traversee en son centre par une chaine de montagne qui culmine a 1600m .
Lifou fait la meme superficie que la Martinique , Lifou 9000 habitants , Martinique habitants.

Comme en Nouvelle Zelande, avant l arrivee de l homme, le seul mammifere qu on pouvait trouver etait , cette sorte de chauve souris vegetarienne , qu on appelle la roussette . Les nombreux cerfs ( prononce cerfe) , cochons , rats , chiens , chats, lapins ….sont des especes invasives importees par l homme , soit pour ses besoins , soit par accident . Elles sont des menaces pour la faune locale Composees essentiellement d oiseaux , dont beaucoups sont endemiques au pays . Plusieurs sortes de geickos et un nombre inquantifiables d especes d insectes finissent de completer le tableau relativement pauvre de la faune locale.
Concernant la flore, la richesse bien que pauvre , connait un taux d endemisme de 74 %, c est a dire que les ¾ des arbres , fleurs , plantes que l on trouve ici ……ne se trouvent qu ici sur la planete .

Le seul animal terrestre venimeux est le tricot raye , un serpent qui vit sur le littoral principalement sur terre mais qui va chercher sa pitance dans l ocean . Son venin , l un des plus puissant du monde n en fait cependant pas un danger pour l homme du fait de sa grande passivite .
Ensuite , au cas ou vous auriez la chance de fouler un jour cette terre magique , il vous faudra vous mefier des scolopendres et des guepes dont les piqures sont tres douloureuses , mais votre pire enemi , sera le moustique …..Bien qu il n y ait pas de paludisme dans le coin , ici il est vecteur de la dengue , du chickungunya et du zica….alors be careful….
Donc , sur la terre , c est plutot safe , par contre dans l ocean ,faudra faire un peu plus gaffe .

Entouree d une ceinture de corail qui forme la 2eme plus grande barriere du monde ,le lagon ainsi cree est un paradis pour les plongeurs ,les pecheurs et tous ceux qui aiment les sports nature aquatiques .La biodiversite y est d une richesse exceptionelle , et beaucoups , n hesitent pas a fierement le qualifier de pus beau lagon du monde , il est d ailleurs en grande partie calasse au patrimoine mondial de l unesco…..mais gare aux requins, vous etes ici chez eux .

Decouvert et cartographie par James Cook , a la fin du 18eme, de nombreux explorateurs se succederont ensuite sur ses cotes pour en estimer les richesses et exploiter les richesses . Mais les premiers a s installer seront les missionaires religieux dans le but de convertir et soumettre les peuples indigenes au christianisme.Protestants et catholiques se tireront la bourre pour precher et evangeliser.
La france anexera et colonisera le pays en 1853 .
A l instar des Anglais en Australie , l empire se servira de cette nouvelle terre pour desengorger ses prisons , et se servira du travail des bagnards pour amenager le pays .
La decouverte de richesses naturelles , comme l or ou le Nickel ainsi qu une propagande visant a encourager les francais dans la difficulte a tout quitter pour partir s installer sur ce caillou du bout du monde , inciteront quelques uns a devenir , des colons libres . Mais la rudesse de la terre d accueil n etant pas fait pour seduire les foules , beaucoups en repartiront , ceux qui resteront malgre les desillusions , trimerons pour travailler une terre ingrate en exploitant le peuple indigene et les immigrants venus d asie .
Les bagnards en fin de peine , quant a eux , se voit attribuer un lopin de terre.
Les descendants des colons libres et des forcats forment aujourdhui la communaute qu l on appelle “les caldoches” et qui representait en 2009 environ 5% de la population . Souvent a la tete de gigantesques exploitations agricoles et/ou d elevages, ou aux commandes des grandes compagnies locales et souvent impliques dans la vie politique , ils dominent et influencent la vie caledonienne malgre leur minorite demographique .
Japonais , javanais, vietnamiens et chinois seront importes pour fournir la main d oeuvre necessaire a l exploitation du nickel et aux tentatives de plantations de cafe .Leurs descendants sont souvent gerants de petits commerces a Noumea ,ou a la tete de petites entreprises du batiment .
Ils representent environ 10% de la population ,sont principalement concentres sur Noumea n interviennent et n influencent la vie locale que de facon tres discrete .
Plus recemment ,du fait du ralentissement economique general de la region , dont la Nouvelle Caledonie a semble moins patir que ses voisins francophones , une vague d immigration faite de Wallisiens , Futuniens et tahitiens a deferle sur le caillou ,a la recherche de salaires et de conditions de travail meilleures . Ils travaillent principalement dans le batiment , la securite , la peche et dans le tertiaire .Ils representent environ 12% de la population totale , sont surtout bases a Noumea ,et s impliquent plus , malgre la distance , dans la societe de leur ile d origine que dans la vie locale .
Les descendants des rebelles kabyles que l Etat Francais avaient exile lors de la colonisation du Maghreb ,enrichissent cette grande mosaique humaine qui peuple la Caledonie .
Puis il y a les Metros , ou “z’oreilles” qui viennent de la Metropole et qui sont
___soit en mission temporaire pour les differents services geres par l Etat , comme les militaires , les profs , les infirmiers , les agents administratifs….. que le cadre de vie et l indexation des salaires attirent.
___soit venus pour changer de vie ,beaucoups ont cree leur entreprise ou travaillent de facon liberale , .
Le “z or” a entre et 25 et 35 ans , veut vivre de nouvelles experiences et profiter de la vie…..
Ils representent pres de 30 % de la population , mais ce chiffre subit de grande variations du fait d une importante rotation. Les stats montrent que beaucoups ne resteront que 4 ans avant de rentrer ou de partir pour une autre destination. Depart souvent provoque par la sensation d eloignement de la famille .
Il contribue grandement au dynamisme economique ,culturelle et sportif du pays mais a une implication citoyenne plutot timide .

Puis enfin , bien sur , il y a le peuple autochtone , celui qui habite cette terre depuis environ 3000 ans , qu on appellera Kanak ou melanesien par la suite . Colonise , exploite , pille ,evangelise , ce peuple subi l oppressioon occidentale depuis plus de 200 ans , mais ce n est que dans les annees 40/50 qu il seront consideres comme citoyen de la republique Francaise et il faudra attendre la fin des annees 80 , et des evenements tragiques ,qui jeteront le pays dans une terrible discorde civile pour qu une reconnaissance totale de leur droits civiques soit etablie .

Au debut de la colonisation , les terres les plus fertiles etaient donnees aux colons blancs , apres en avoir chasse les habitants originels , qui eux etaient alors parques ,plus haut , plus loin dans la chaine et contraints de s installer autour d eglises et de temples fraichement bati pour les convertir . Sous le regime dit de l indigenat , les melanesiens, devaient , en guise de taxes , des jours de travail aux colons balncs qui les utilisaient pour les differents travaux fermiers ,de genie civile ou autre .
La rancoeur du a la privation de leur terre , et a la soumission a cette forme d esclavage pendant des annees , et le fait que les richesses du pays ne leur soient pas redistribuer ont ete en partie a l origine du soulevements des annees 80 .Je considere que les connaissances que j ais et les capacites limitees de redacteurs dont je jouis ne me donnent pas la legitimite d ecrire plus longuement a ce sujet extremement complexe .
Ils representent environ 45% de la population totale .Certains vivent a Noumea travaillent et sont 100% integres au systeme occidental meme si ils gardent un lien fort avec les traditions et leur tribu d origine , mais beaucoups des kanaks Noumeens n ont pas pu prendre le train en marche , et couper de leur culture ancestrale , ils errent dans l existence, perdus entre 2 cultures , ils ne semblent trouver appartenance dans aucune d elles , et a l instar de certaines banlieues des grandes villes du monde , Noumea connait un fort taux d exclusion , avec la misere qui l acccompagne : chomage , violence , echec scolaire, destruction des tissus familiaux ……. et surtout une grande consommation d alcool qui degenere souvent…
La grande majorite des Kanaks vivent dans des tribus en brousse , (comprenez en dehors du grand Noumea ),
La tribu est une appellation administrative , qui uni plusieurs clans. Imaginez une sorte de petit village ou les gens vivent en communautes regient par des regles et une hierarchie qui decoule de traditions ancestrales . Tout le monde ou presque a son champs ,il y fait de la culture vivriere qui contribue ,avec la chasse et la peche, a combler une partie des besoins des familles et de la tribu .
Certains travaillent a l exterieur et rapportent des “pieces” :de l argent ,qui permet de payer les factures d electricite , d acheter ce qui n est pas produit . Ce systeme, qui peut paraitre ideale est respectueux de l environnement, n est en fait possible que grace a l injection d argent de la part de l etat ou des collectivites . via les retraittes , les salaires des fonctionnaires , les aides …..
Il m est tres difficile de peindre le tableau sociale ,economique et politique caledonien , et je m en excuse mais j espere que ces quelques lignes vous auront eclaire un peu sur le pays qui m a ouvert grand ses bras durant ces derniers mois , et j encourage tous , a rechercher pour en decouvrir plus a son sujet .Vous devrez egalement comprendre , que les portraits depeints ne sont bien sur que des stereoytypes qui collent a une partie plus ou moins representatives , mais qu il est difficile de mettre tout le monde dans les cases que j ai dessine , encore une fois l idee est d esquisser un support pour servir aux differentes anecdotes et recits que je vais maintenant pouvoir vous raconter

Tiga!

Photo0003

il est encore tres tot , lorsque nous debarquons .Il nous aura fallu 3 heures d une traversee essorante ,pour enfin toucher cette terre somptueuse ,3 heures durant lesquelles les 4 lignes de traines n auront rien donnees .Le point de debarquement n etant pas tres clair , on jetera l encre a plusieurs dizaines de metres du rivage , nous forcant tous les 4 a un bain matinal dans une eau dont la temperature aussi douce que les nuances de bleus qui la parsement ,nous a offert un vrai regal , malgre le fait que nous ayons tous les bras charge de mon barda 

. Photo0005Joel , Paul , Jeremy et moi sommes tous aussi curieux qu excites a l idee d aborder pour la premiere fois , sur ce petit caillou miniscule , nomme Tiga ou seul 150 ames resident .

Joel est un pecheur de Lifou , c est le proprietaire du bateau ,un petit Stabicraft rouge de 6 metres propulse par un moteur de 240 chevaux . Paul et Jeremy ,des amis a lui , respectivement prof de sport et surveillant de college , en vacance , ils ne rechignent jamais a donner la main pour aller faire un coup de peche .

Ce matin ,j aurais ete a l origine d une diversion de plan , Joel m aillant propose de me deposer sur ce paradis, offre que j acceptais sans delai .

Seulement on n arrive pas comme ca , la bouche en coeur, a Tiga . L ile ne comptant aucune infrastructure touristique , pas un gite , pas un camping , pas un restaurant et est regit dans son integralite par la loi coutumiere . Ce qui signifie que chaque centimetre carre de l ile est en quelque sorte prive….il faut donc pour y sejourner …se faire inviter par un autochtone.

C est je pense la raison , pour laquelle , la veille , Joel m avait si legerement propose l aventure , croyant que je ne parviendrais pas a tisser les toiles necessaires a pareille entreprise .

Avant de pousser plus loin dans les details de cette epopee , afin que tous en comprennent le contexte , je me dois de revenir quelque peu en arriere .

Nous sommes le 18 avril 2009 , a Perpignan .Sous un soleil matinal radieux , nous pofinons le chargement du C25 , avec lequel , l expedition Solaria s enroutera vers le Burkina faso dans quelques minutes pour une mission de plusieurs mois .Le but sera de faire connaitre et tenter de developper les energies solaires thermiques , la concentration parabolique en particulier. .

Je ne suis au courant de ma participation a ce projet depuis seulement quelques jours , juste le temps pour moi de me rapatrier de Norvege ou je travaillais alors , d echanger mes skis contre mes shorts et sauter dans l aventure Solarienne.

Nous sommes 6 missiones sur le terrain , j ai rencontre mes compagnons 3 jours auparavant via Skype . Delphine fait partie de l equipe , elle en sera meme le chef . Ces quelques mois d aventure et de dur labeur en etroite collaboration , auront fait naitre une grande amitie entre nous .

A notre retour , nous continuerons la mission, du cote de la Corse . Delphine y rencontrera Joel qui la ramenera peu de temps apres, sur son ile natale …..Lifou.

Je savais depuis ce moment , que ma route passerait par cette ile ,la principale des loyautes ,un archipel Caledonien situe a 100 km a l est de la Grande Terre .

 Photo0081Photo0083

5 annees plus tard , m y voila.

Chaleureusement accueilli partout dans le pays depuis mon arrivee , a Lifou , l emotion assaisonnera cette hospitalite . Delphine et Joel , habitent une bien belle propriete. Une petite maison loge la cuisine , 2 chambres , et une salle de bain , un peu plus loin une grande case traditionelle kanak et son imposant toit de chaume se dressent , c est ici qu on dort , sur des matelas a meme le sol , tandis qu un leger feu somnole en quasi permanence afin d entretenir le vegetal qui compose son ensemble , puis un petit bloc sanitaire et un batiment/atelier faient de beton qu un toit en tole bleues chapeaute elegament completent les constructions .

Au fond 4 serres servent a faire pousser les salades , alors que le champs est en complete jachere , en raison des longues absences dernieres de Delf . Un parc a cochon et un poulailler accueillent une 20aine de poules et 9 cochons. Puis enfin , la vanilleraie , qui aura besoin encore d une annee ou 2 avant de pouvoir etre recoltee . Voila la recette d une vie paisible .

C est la que je reste en grande partie , mais ma bougeotte m invite a souvent a partir en vadrouille, et quand je suis chez eux , j essaie de donner un coup de main aux differentes taches.

*

Entre les averses trop frequentes , je m occupe d attirer le regard des passants de ce petit marche de brousse de Noel ou j aide Delphine a vendre ses porcelets vivants et les poissons de la peche de Joel . Malheuresement le mauvais temps aura raison de l affluence de l evenement .

Je comprend tout de suite , a la moue qui se dessine sur les levres d Elsa en regardant son telephone ,que notre vol est encore une fois annule .Elsa est une amie rencontree a Lifou , il y a quelques temps. Aujour d hui elle tient le stand voisin de l association pour laquelle elle travaille.

Il y a 2 semaines , elle devait se rendre pour son travail sur l ile d Ouvea , la plus septentrionale des iles loyautes . Connaissant mon envie d y aller , elle m avait proposee de me joindre a elle .

Mais notre vol avait ete annule a cause d une greve du personel de la compagnie aerienne. Nous avions alors reporte notre voyageet etions censes decolles demain , mais nous venons d etre informes d une nouvelle annulation , pour les memes raisons.

Le soir venu , sirotant une biere ,je ne cache pas ma blasitude . Joel pour me remonter le moral , me fit l eloge de Tiga et me proposa de m y amener .

Mais comme susdit , avoir un moyen de transport ne suffit pas pour aller a Tiga .

Le lendemain matin, j appelais les personnes suceptibles de pouvoir m aider dans cette requete , a savoir , comment me faire inviter pour quelques jours sur cette ile mysterieuse .

Je telephonais donc directement au chef de la tribu , qui habite Noumea…les negocaitions furent delicates , mais tres vite il me donna le numero d un de ses sujets , que j appelais sans tarder….j avais l invitation …on me demanda d amener juste des cigarettes et du pain , mais j emporterais tout un sac de victuailles … surtout de la biere et du vin.

Alors que nous croyions etre seuls , notre debarquement a sucite l etonnement de quelques curieux qui nous epient a travers la rangee de faux tabac et de pandanus qui forment une sorte de barriere naturelle entre l interieur de l ile et la plage de sable blanc qui ne mesure qu a peine plus de 5 metres de large mais s etend sur 2 kilometres . A peine en sommes nous remontes , que nous marchons sur l artere principale de l ile .Une route parallele a la mer , dont la jetee a cote de laquelle nous avons aborde en est le commencement , elle sillone jusqu au microdispensaire qui se situe au bout de la plage , 2 kilometres plus loin.

Nous nous engageons tous 4 , sur cette route , mais il nous faudra seulement quelques secondes pour nous faire interpeler.

Ce sont les habitants de la premiere maison qui nous helent…

___un coup de cafe??

on se regarde , hesitant ….

___ok , repondons nous , en nous engageant dans l allee .

Nous sommes accueillis , par un homme chauve , d une 50aine d annees a la brioche debordante . Joel se charge de nous presenter ,et d expliquer la raison de notre venue .

Notre hote ,Waijeme , en signe d approbation a notre intrusion , va s aseoir , nous faisant face sur un banc situe a l interieur de son preau . C est le signe qu il attend de nous “la coutume “ ,c est Jeremy qui s y colle .Il sort un billet de 1000 francs , qu il garde dans sa main pendant qu il prononce quelques mots de gratitude pour l accueil qui nous ait fait , gardant le regard bas et la voix cachee .Ce mini discours termine , il pose le billet sur la table et vient nous rejoindre .

Waijeme saisit le billet , c est le signe , que nous pouvons nous asseoir , ce que nous faisons dans le plus grand calme .

A son tour , il entame un discours nous rappelant que cette tradition leur vient des vieux , qu il est important de la respecter , car elle rappelle l humilite et le respect hierarchise suivant les regles coutumieres , il nous rappelle egalement que si l entree des cases est si basses , c est pour forcer celui qui s y introduit a s abaisser en signe de respect pour celui qui l habite.

Tous , durant ces palabres nous veillons a ne pas lever les yeux et a arborer une mine approbative .

___Oletti , qui signifie merci est le mot qui cloture sa coutume .

Les 3 garcons , a ma grande surprise , repondent alors en choeur en guturant ce mot dans une sorte de long rale plutot qu ils ne le prononcerent .

Ces paroles terminees sa femme, superbe dans sa robe mission jaune , une fleur de frangipanier coincee dans les cheveux apporta un thermos et une boite de nescafe . Le sucre etant deja sur la table .

Et la commenca une discussion a moitie en Francais a moitie en Langue , j ai du mal a suivre mais je sais qu ils font plus amples connaissances en parlant de leur famille .

Il est facile de comprendre que dans cette partie du monde , tout le monde est un peu famille avec tout le monde , et les liens familiaux etant tres importants , c est toujours avec plaisir qu ils aiment a decouvrir quels liens les unient . C est chose courante que lors d une rencontre avec plusieurs personnes, on vous retrace a plusieurs reprises la genealogie qui les soude , d autant plus importantes qu elle definit la position hierarchique de chacun face aux autres .

Car il y a des clans plus puissants que d autres , des familles plus influentes , des grands chefs et des petits chefs avec qui avoir un lien de parente quelconque offrent des facilites . Mais l age entre egalement en ligne de compte dans la position hierarchique .

Ici une personne appelee “vieux “ peut etre plus jeune qu une autre integree a la bande des jeunes .

Et chacun prend bien garde d occuper la place qu il doit dans le groupe ou il evolue .

Le leader d un groupe peut se retrouver arpette dans un autre , et il est parfois deconseille voire interdit a 2 personnes de pratiquer ensemble certaines acitivites.

La plupart des sites et des endroits appartiennent ,de facon coutumiere, a des gens donc a des clans , et il est parfois interdit pour les personnes d autres clans d acceder a ces sites …

J ouvre une parenthese dans ces guillemets , pour preciser que:

Lifou est divisee en 3 district , le Wetr au nord , Gaica au centre et Lossi au sud ….Tiga est rattachee au district de Lossi et depend de la Mairie de Lifou (qui est une commune )meme si la langue de Mare y est plus communnement parle.

Chaque district a un grand chef ,

Chaque district est divise en tribu , qui ont chacune un petit chef ,

Chaque tribu est divisee en clan , qui ont un chef de clan,

Chaque clan est divisee en famille , qui ont chacun un chef de famille ,

Tous ces role se transmettent de pere en fils .

Joel , est le cousin germain du grand chef de Gaica a lifou , et de ce fait il est en general respecte et le fait d arriver accompagne de lui , me mettra dans une position symbolique que me vaudra beaucoups d honneur .

Vous n avez rien compris ?…… moi non plus .

Bref , moi je bois un cafe , tranquille ….

Pendant ce temps la femme de Waijeme , a prevenu Danu de notre arrivee.

Danu , c est la personne qui va m accueillir chez lui .

La 60 aine , instituteur divorce a la retraite , les vestiges de ses cheveux blancs qui entourent l aureole de peau noire de son crane , paraissent etre les seuls temoins de son age . L oeil vif , le sourire eblouisant , il deborde d energie , et parait tres enthousiaste quand a mon arrivee.

Danu , possede une des rares voitures de l ile . Un pick up Isuzu blanc , contrairement a son proprietaire il parait vieux et fatigue ,mais tous 2 fument tout autant .

Le temps de charger les sacs et de sauter dans la beine du bulime et nous voila parti chez Danu ….a 300 metres de la .

Et la rebelotte , Danu va s asseoir sur son banc et nous fait face ….un leger regard vers mes compagnons me fait comprendre , que cette fois c est moi qui m y colle….seulement , je commettrais 2 erreurs….

le premiere sera de chercher dans mon sac l objet de ma coutume , ne l ayant pas prepare avant .

La deuxieme est de ne pas avoir pris de Manou ….Le manou est une piece de tissu qui s echange traditionnellement lors des coutumes . Mon statut d etranger me sauvera de l embarras mais provoquera quelques instants de genes pour mes acolytes .

Puis n ayant pas l habitude de ce genre de discours je bredouillerais quelques remerciements avant que lui , Danu , ne m offre un discours de bienvenue plus que touchant .

A ce moment je suis fier et heureux de pouvoir etre la .

Il est 9h00 , le soleil tape , la chaleur envahit l air….une biere fraiche serait un nectar divin declara Danu dans un rire qui en disait long ..

Je lui tend alors mon sac a dos en lui lancant un clin d oeil….hesitant , il tendit la main attrapant la besace , aussitot le poids dans ses mains , la fraicheur qui traversa la toile , lui fit comprendre que sa priere etait exhaucee… il se met alors a danser secouant le haut de son corps en chantonnant quelque air du pacifique ….

Je suis heureux de lui faire plaisir .

Ici a Tiga , il n y a qu une petite echoppe qui ne vend pas d alcool et n a pas de rayon frais . Alors meme si ils arrivent a garder quelques bouteilles de vins et d alcools quelconques …c est pas tous les jours qu on y boit une biere frappee…

C est pourquoi j avais pris soin de la conserver dans la glace a bord de “la passione” , le bateau a Joel .

Heureux de mon effet , c est dans une euphorie justifiee , que je brandis au dessus de nos tetes ce nectar divin en lancant un toast a mon arrivee a Tiga .

La biere bue , il est temps de raccompagner les camarades au bateau , une longue journee de peche les attend.

De retour chez Danu , je lui presente les petits cadeaux rapportes ,du vin , du jambon , du Cantal , du tabac , de la biere et du pain .

Tout content , il se lance dans la cuisne en me disant qu il va nous preparer un super repas pour midi. Lorsqu on se met a table , a 10h30, la bouteille et moi sommes a moitie plein .

Il nous a cuisine un perroquet bleu et un riz au coco ….Pour ceux qui se demanderaient si je suis encore saoul en ecrivant ces lignes , surement , mais je tiens a preciser que le perroquet est un poisson particulierement abondant dans les eaux du coin. Malgre sa couleur bleu flashie , qui permettrait de douter de sa comestibilite, c est un poisson delicieux .

Malgre la fatigue , le vin et la chaleur qui m accabblent , Danu et moi discutons beaucoups , et a mon grand plaisir , il ne me pose pratiquement pas de question ….pas besoin de ressacer mon histoire de saltimbanque une enieme fois.

Lui , a et a eu une vie vraiment passionante, j aime a ecouter ces voyages en metrople , sa rencontre avec le froid et la neige , l histoire de sa carriere , la vision qu il a de son pays , de la colonisation . et decette independence prochaine …

Photo0087 Photo0100

Tout a coup , un gros pick up rouge surgit dans la cour… C est Loue qui vient chercher Danu , pour monter au bingo du plateau ….

On me demande si je veux venir….

___je ne rate jamais , mais alors jamais , le bingo du plateau , dis je en en ouvrant la porte du vehicule pour aller m installer sur la banquette arriere .

Quelques secondes plus tard , nous sommes en route pour je ne sais ou ….mais je me disais que ca devait pas etre trop loin ,

On reprend alors le chemin emprunte le matin ,puis une route sur la gauche ,celle ci monte tres raide et Danu m apprit que sa voiture n etait plus capable de la grimper et c est pourquoi Loue etait venu nous chercher.

En haut de la cote , un vieux se traine , on s arrete pour le faire monter …..il est crame complet …

tiens une bouteille de JB dans ses mains qu il me tend en me bavant ses salutations .

On me fait savoir qu on est arrive sur le plateau , au sommet de l ile …on est a 32 metres .

Nous bifurquons sur une petite route sur la gauche pendant quelques secondes avant d arriver a son extremite .Loue est un des voisins des plus eloigne de Danu….ils habitent a 1 kilometre l un de l autre .

Je me rappelle alors , lorsque je vivais dans le bush Australien , et qu il fallait faire 80 km de piste ensablee pour rencontrer le voisinage , cette pensee me fit sourire .

Une maison , une case , un preau et un atelier forment l ensemble immobilier de l endroit . Sous le preau , une trentaine de femmes sont assisses par terre sur des nattes et jouent au bingo . Sur les tables , une serie de cocottes forme le buffet qui a du etre servi il y a peu.

A notre arrivee , Danu , n hesitant pas a interrompre la partie en cours , (et dieu sait qu ici on plaisante pas avec le Bingo ), presenta une coutume pour m introduire au sein de cette communaute . En langue , il me presenta pendant quelques minutes , apres quoi , une femme , qui me dira t on plus tard ,etre la mere du chef , me souhaita la bienvenue et me remercia pour mon geste au nom de toute la tribu . Emu de nouveau , c est en regardant mes pieds , que j invoquais toutes les formules de gratitudes que mon esprit ramolli me permettait, puis fondis en excuse d avoir interrompu la partie .

A peine avais je , prononce le mot “oletti” qu en reponse un veritable gazouillis venu de toute part repondit a mes paroles .

Danu et Loue , qui se tenaient a l ecart me firent signe de les rejoindre . On installa une natte a l ombre des cocotiers , puis tous saisirent une guitare ou un ukulele…et s ensuivit un apres midi musical agremente de whisky coupe a l eau de coco.

Incroyable , de voir que tous les hommes presents jouent de ces instruments a merveille et les accompagnent de chants magnifiques. Quelques jours plus tard j aurais l explication .

Une legende raconte qu il y a longtemps ,( chez les melanesiens , le temps ne defile pas de la meme maniere que chez les occidentaux , il y a longtemps , signifie un ordre temporel different et on ne doit donc pas forcement penser plusieurs siecles en arriere, mais simplement anterieurement ) , les vieux de l ile , confrontes a une terrible secheresse avait du faire le choix entre l eau et la musique ….ils choisisserent la musique… alors l eau disparue definitivement de Tiga , et les habitants eurents la pluie comme seulle ressource . Ce qui est toujours le cas aujour d hui ,l ile n ayant pas de nappe phreatique , chaque habitation est alors equipee d un systeme de captation des eaux de pluie raccordee a une citerne…..

Et si la pluie cesse de tomber …alors il le restera la musique …

De toute facon, depuis que j ai mis le pied sur l ile ….de l eau ….je n en ai pas bu une goutte!!!

Photo0102 Photo0103

Avant l eradication totale de mes neurones , je decide de descendre sur la plage voir le coucher de soleil qui s annonce magnifique ….Il est presque 19 h quand il nous aura quitter pour venir rechauffer votre hiver , a vous qui vivaient de l autre cote du monde .

A peine rentre a la maison qu a mis danu a ma disposition , je m effondre sur le lit pour ne rouvrir les yeux qu a la pointe du jour… il doit etre environ 4h30… en pleine forme j ai soif d aventure et de decouverte , l on m a vente les beautes du lagon qui entoure l ile , alors a peine mon cafe avale , je suis en route, mes palmes , mon masque et mon tuba dans mon sac .

Dans l aurore naissante , j apercois une femme qui etend son linge , a proximite du feu allume qui servira sans doute a faire chauffer le cafe , un leger signe de main dans sa direction me vaudra un grand et respectueux

____Bonjour David , tu bois cafe ??

Je vais a elle, tailler un bout de gras quelques minutes .

Puis quand je regagne la route , un velo me depasse

____bonjour david , Tu vas Baigner???

on discute quelques instants .

Plus loin une maison , Bob Marley y est deja invite .

____eh david , fumer?

Etc >>>>>

Car meme si je n ai pas rencontrer tout le monde , ils savent qu un blanc , un “kamajah” rode sur l ile et ils connaissent tous mon prenom .

Charmante , la marche pour aller a la plage aura ete bien plus longue que prevue …

Je decide de nager en longeant la jetee. A seulement quelques metres du bord , le corail prend la place du sable et offre deja une palette de couleur magnifique ou quelques poisons semblent s egayer de ma presence . La profondeur varie entre 50 cm et 2 m , j ai l impression de voler au dessus de ce décor sublime . Puis au niveau du bout de la jetee ,… le tombant ….

Tout a coup le platier s arrete net , et je me retrouve flottant a une 20 aine de metres au dessus du sable .

L eau d un bleu marine profond offre une visibilte extraordinaire . Je zigzague entre les piliers qui maintiennent la jetee . Je ne suis pas seul ,de nombreuses aiguillettes stagnent a la surface en un banc dense et compact . Dessous elles , evolue tranquillement un Fugu assez mastoque .

Puis quelques perroquets , une carangue et d autres especes offrent un ballet radieux dans ce décor somptueux . Je quitte la jetee pour longer le tombant qui se separe en plusieurs endroits creant de nombreuses failles et cavites d ou jaillit, ou se terre une faune multicolore .Les coraux sont de toute beaute et la vue a 360 degre offre un spectacle qui comble mon manque de montagne . Tout a coup , une tortue , elle , avait du me voir avant car je n aurais le loisirs que de l observais decamper a toute allure . Souvent moins farouches , il est parfois possible de nager quelques instants en leur compagnie , ce ne sera pas le cas cette fois , mais ma deception sera de courte duree , car c est a ce moment precis que je l apercois , instantanement j ai le souffle coupe , et c est avec gratitude que le regarde s eloigner…devant moi , vient de passer un requin pointe blanche .

D ici , je sens la crispation , de certains qui en lisant ceci , crieront une fois de plus au fou .Mais sachez qu ici , cotoyer les requins est monnaie courante . Neanmoins, ne voulant pas passer pour ce que je ne suis pas , je preciserais que les quelques mois passes ici a m initier au contact de l ocean , n auront pas ete suffisant pour annihiler completement la peur artificielle que j ai de ces merveilleux animaux . Mais j aurais appris a en reconnaitre certaines especes et a ne nager que dans les endroits ou j ai de faibles chances d en rencontrer des plus agressifs . Le requin pointe blanche, que l on reconnait facilement grace a la tache qui orne le sommet de son aileron , fait partie des “compagnons “de ceux qui sortent regulierement en mer . Meme si il y a bien sur quelques regles de bases a respecter , ce type de requin n est pas considere comme dangereux .

Bien que le frisson soit ma premiere reaction , son observation declenche chez moi tres vite une grande admiration pour ce bel animal . J ai l impression d etre en presence d une star . Tout 2 sommes curieux l un de l autre .Il doit faire entre 1,5 et 2 metres mais suffit a etre impressionant ,et chaque fois qu il nage dans ma direction je retiens mon souffle en esperant qu il ne vienne pas trop pres , puis qu and il s eloigne je voudrais qu il revienne .

Une espece d amour vache en quelque sorte .

Lorsque je decide de m eloigner , je jette a plusieurs reprises des coups d oeil derriere moi , pour m assurer qu il ne vienne pas par derriere.

Sur l ile , vivent environ 150 personnes , mais seulement quelques un travaillent.

—Il y a wales Bien qu infirmier , c est lui qui gere seul le microdispensaire et doit faire face a tout , il a la possibilite d etre en contact 24/24 avec un medecin de Noumea . Il possede ce qu il appelle “le robot” , une machine permettant la videoconference avec les medecins , les chirurgiens …. L appareil est dote d une camera de haure technologie pour l observation des plaies. Et quand il ne peut pas assumer , un medecin vient en avion et/ou le patient peut etre “evasanne”.

—il y a un couple de “kamaja” des blancs ,qui sont les instituteurs .

__il y a 2 techniciens enercal (EDF)

__ un agent au sol pour Air caledonie

__un agent administratif communal.

__Un epicier

Beaucoups sont a la retraite , d autres vivent de la peche , le champs , la chasse ,consomment troquent et/ou vendent leur recolte pour subvenir a leurs besoins….

La pasteque et le melon sont les productions principales .

Sur l ile l ecole est assuree jusqu au CM2 , apres quoi les gosses devront aller etudier a Noumea ou a Lifou ou ils ont tous de la famille.

Un agent de l OPT (la poste ) vient une fois par semaine quelques heures pour assurer le service de courrier , de distribution d argent ….

L electricie est a 100 pour cent solaire.

L eau a 100 pour cent provient de la captation des eaux de pluies .

L ile est desservie 2 fois par semaine par un bateau , appele le “Ienic” qui vient de Lifou mais qui ne circule que par temps calme , puis 2 fois par semaine des avions viennent de Noumea , le traffic est souvent pertube pour cause de greve .

Vous l aurez compris , l approvisionement est question d organisation et coute cher.

Pour toute importation et exportation de produits lourds et/ou volumineux ( dechets ,voiture , machine a laver ,tondeuse etc etc ) , Les tiganais doivent attendre la venue d une barge qui vient en general a l occasion de grands travaux …la derniere est venue il ya 2 ans…on ne sait pas quand viendra la prochaine .

En raison, des greves chez Aircal , Noel fut compromis a tiga . Heureusement le “Ienic “ a , au dernier moment annonce une rotation speciale sur Lifou pour permettre aux gens d aller s approvisionner . Il y aura du pain et du vin pour les fetes .

Photo0107 Photo0109

21 decembre , c est le solstice d ete , en plus de nous faire jouire des jours les plus longs de l annee (de 5 a 19h) , ce positionement astral a pour autre consequence d entrainer de grandes marees. Cette nuit , a 1 heure du matin ,elle sera basse , tres basse . Une super occase pour aller ramasser quelques langoustes , trocas , araignees etc

Ce sera au radar , mais le baume au coeur , sous une chape etoilee d une beaute rarement egalee que nous irons crapahuter , la torche a la main sur les platiers coraliens a la recherche de cette delicieuse pitance…2h de randonnee aquatique …..seul hic …on s est trompe d horaire , et la maree n est pas basse du tout, on se retrouve avec de l eau jusqu aux epaules , balayes par les rouleaux …

Pas pratique du tout ….

On n en sera quitte pour une bonne partie de rigolade…

On rentre a 3 h….pas le temps de pinailler ,je vais vite me coucher car j ai rendez vous dans 2 heures pour aller a la chasse a la chevre ….

Epuise mais pas degonfle , je me rend au rendez vous , rejoindre Kemej et Sichom,

Je pars n emportant ni eau ni nourriture , mes compagnons en feront de meme . Je dois dire que je pensais partir pour 2 h maxi …et je me voyais me prelasser le reste de la journee sur la plage .

Ca ne se passera pas comme ca…

Une premiere boucle , nous fera marcher sur les falaises calcaires du nord de l ile , le parcours bien que degage fut tres accidente et certains passages difficiles a negocier .

Lorsque nous regagnons la zone des champs , alors que la soif m assaille , nous croisons une vieille qui nous offre gracieusement une pasteque a cueillir dans son champs…nous la degustons sur place sans tarder …ce sera la meilleure du monde.

Puis c est reparti pour un tour…cette fois dans une foret dense , la chaleur seche du soleil qui violemment cogne la canopee sous laquelle nous evoluons, transforme le sous bois en veritable etuve . Alors que nous ne progressons qu au rythme des coups de nos sabres d abatti ,je me rejouis du fait que dans cette region du monde il n y ait ni serpents venimeux ,ni araignees agressives , bien que nous en croisions de gigantesques . Nous pourrions neanmoins rencontrer quelques Boas des iles , roussettes et des myriades d oiseaux …mais notre plus grand danger…c est les guepes , qui sont en nombre considerables .Heurter un nid pourrait avoir de facheuses consequences , et je manquerais de peu d en faire l experience , mais une de leur sentinelle me prevint a temps en me piquant le haut de la cuisse attirant mon attention sur le reste de la colonie, je pris alors soin de les esquiver en detournant mon chemin de quelques centaines de metres .

La chaleur qui nous etouffe n est pas notre desagrement le plus important…ce qui rend l atmosphere parfois infernal , ce sont les fourmis electriques ….aussi miniscule qu urticantes, elles tombent des hautes vegetations que notre passage secouent. Sandales , shorts et tee shirts est la tenue dans laquelle cette jungle nous a vu penetrer et qui n est pour pas la plus adaptee .

Malgre ca , j avoue prendre un plaisir monstre a progresser dans cette densite , j ai l impression d etre dans un bac a sable pour Indiana Jones en Herbe .

Enfin nous atteignons une petite clairiere ventilee ou un oranger bien fourni ,qui en plus de ses fruits divins, nous offrent une ombre bien fraiche .La pause est exquise. Il est presque midi …et on a pas vu une chevre . Je suis mort , mais mes partenaires ont l air a peine emoustilles par cette dure randonnee .

Leur enthousiasme quant a surtout ne pas rentrer bredouilles , cumule a mon orgueil de ne pas avouer ma fatigue , suffiront a me remettre en selle, les jambes en coton mais avec une motivation de fer .

Encore 2 longues et extenuantes heures de progression difficile ..et pas une chevre ….

Nous regagnons enfin le chemin de la maison , ou nous attendent de nombreux cocotiers .

Comme l arriere grand mere de Kemej etait la soeur de l arriere grand pere de Silom ( ou quelquechose comme ca ) c est Silom qui doit monter attraper les cocos dont on fera une orgie de leur eau sucree et de leur chair gluante .

En arrivant chez Kemej , ils nous offre un the accompagne de “Wapom” , une sorte de fruit de la passion tres dur delicieusement local.

Il est pas loin de 16 heures lorsque l on se quitte , et tout au long de la journee , nous avons bu et manger seulement ce que la nature nous avait offert. Quelle jouissance !

De retour a la tribu , je trouve Danu et compagnie qui s affairent a la construction d un Tadec , sorte de cabane en bois qui servira a accueillir le point restauration pour les semaines de festivites a venir .

Assis sur un baril a l ombre d un palmier , a quelques metres du chantier , je m amuse de l impressionante anarchie choregraphique qui se deroule sous mes yeux .

En guise de soutenement , 3 rangees de 4 poteaux plantes dans la terre sableuse . Les poteaux , sont des arbrisseaux fraichement debites de la foret toute proche.

En guise de charpente , des poutres de recuperation attachees avec des bouts de tissus , des cordes et quelques clous rouilles trouves par ci par la . La fondation terminee ,il faut trouver des toles pour faire le toit . Les 2 pickup presents sur le site partent chacun d un cote en mission recuperation de vieilles toles… Une par ci , 2 par la ….et voila qu en a peine 30 min , ils en ont reuni presque suffisament ..

Les jeunes grimpes sur les toits des voitures garees sous la construction , attrapent et placent les toles , qui seront calees avec des parpaings , des briques , des troncs …..il manque des toles….on verra demain…la y a le soleil qui se couche ..

En a peine quelques heures , ils ont mis sur pied une cabane de 40 metres carres ….avec pour seul outil …des sabres d abatti.

Meme si il est certain qu il est a souhaiter que le vent ne souffle pas dans ces prochaines semaines, moi je dis chapeau….

Le lendemain , a peine le temps de fignoler avec la bande la construction du Tadec , qu il me faudra embarquer a bord du Ienic pour rentrer a Lifou .

Photo0111