Grande terre !!

Manger!!

Me crierent tous 3 dans un elan aussi autoritaire que spontane , ces 3 loustiques , que je reconnus aussitot pour etre ceux qui , quelques minutes auparavant , arrives a ma hauteur a bord de leur camionette dans l acenscion de ce col , avait alors violemment freine s adaptant a ma vitesse le temps de me lancer quelques encouragements avant de renfoncer le champignon autant que le klaxon dont le bruit fut etouffe par le brouha du moteur .

Aussi saouls que je suis essoufle , je n ai pas le coeur a accepter leur invitation ,mais il va me falloir etre diplomate et avale le pate propose .

Il y a 2 raisons au fait que je n ai pas envie d honorer leur spontaneite hospitaliere ,

La premiere , comme susdit, ils sont crames , et j ai jamais trouve agreable de supporter les gens dans des etats pareils .

La 2 eme , je me retrouve pour la premiere fois seul depuis des mois , et dans ma tete un bilan se dresse

Comme a mon habitude , je ferais donc un leger flash back pour recontextualiser tout ca .

Arrive sur le territoire en Avril dernier , j y avais trouve un emploi instantanement en tant que manoeuvre en charpente . Job ,que j occuperais jusqu en aout, et qui m avait permis de me balader a travers tout le territoire en m initiant a la complexite historicoculturel du pays .

Apres quoi , je m etais offert 2 semaines de sinecure bien payees en tant qu aprenti electricien, pour finalement me retrouver embrigader a travailler comme agent recenseur sur Noumea .

Emploi que je trouvais passionnant de par l engagement avec lequel je m y etais corps et ames jetes .Si bien que cela me vaudra d exploser les records de foyers recenses (550 a mon actif contre une moyenne de 150) ….prouesse bien modeste mais qui me vaudra un joli cheque , en plus de devoir frapper par hasard a la porte de l appartement de Marion ,une amie rencontree en Corse 5 ans auparavant…..

Quand je vous dis que le monde est petit .

Aussitot le recensement fini , c est une odysse qui commence .

D abord ce sera en Canoe kayak , le long de la Cote Oubliee , 4 jours de pagaie en pleine mer dans un environement isole et sauvage .

Marion sera de la partie tout comme Maud ,qui vit ici mais rencontree en Nouvelle Zelande , des amis a elle completeront l equipe .

Pagaie , sortie palmee ,feux de camps ,bivouacs ,un peu de frissons et pas mal d emotions .

Un court week end sur Noumea , puis Maud , Brunelle et moi allons alors gaiement parcourir les 4 jours de randonnee que composent le Gr nord de Nouvelle Caledonie . Le soir nous mangeons dans les tribus etapes qui nous accueillent , des plats delicieusement concoctes avec les produits du terroir local et dormons en case traditionnelle. Le denivele et les kilometres s enchainent , mais le chants des oiseaux ( on a meme ete juste desous un notou ) ,les panoramas et les baignades en riviere quotidienne suffisent a compenser des douleurs qui seront bien vite oubliees .

Cela ne faisaitt que quelques minutes que nos chemins s etaient separes quand cette belle bande alcoolisee avait alors decide dans un elan de me heler.

Dans la tourmente appropiee , je n avais pas le coeur a manger et encore moins a discuter .D autant qu au vu de leur etat d ebriete , leur discours si passione , n avait aucun interet .

Par crainte de les vexer, alors j acceptais meme la biere qu il m offrait ce qui eu pour effet de me decontracte et d apprecie ce moment , ou d ailleurs j appris :

–12 fois qu Alfonse qui me faisait face etait le beau-frere a David qui etait a ma droite

—47 fois (dont 28 en m etreignant fortement les epaules et 12 en me serrant violemment la main ) qu ils etaient comme des freres et que moi aussi j etais le leur .

—34 fois , qu ici c etait Kanaky .mais que moi je etais le bienvenu en tant que frere .

…………

Tous 3 sont de Tendo , c est justement la tribu minuscule ou je pensais passer la nuit le lendemain .

Au bout d une heure d une jaune rigolade , je m extirpe du groupe en promettant de les visiter a mon arrivee a Tendo .

J entame la descente . Je suis alors au sommet du premier col d un parcours que je me suis concocte au travers de la chaine et qui devra me faire ,au gre de quelques centaines de kilometres ,parcourir les pistes les plus recules du territoire . Mais le moment n est pas a l enthousiasme .

En a peine ½ heure , j arrive dans une superbe cocoteraie donnant directement sur la plage paradisiaque , je suis a ma destination du jour ….

Les premiers temps d une nouvelle solitude sont pour moi toujours tres difficile , il me faut a chaque fois quelques jours pour reapprendre a profiter seul .C est donc avec amertume que je contemplerais ce soir , les lumieres du soleil couchant qui sont pourtant superbes. Je donnerais cher pour partager ce moment .

Dans ma tete des rires resonnent …mais c est juste dans ma tete .

J hesite a raconter ici , l installation de mon hamac , qui , lui ,ne m a pas fait regretter d etre seul tant

je fis ridicule .

C etait la premiere fois que je m en servais , il faisait deja sombre et j avais probablement inverse quelques cordes et ficelles , si bien que lorsque, je dus faire ce grand pas , que chaque utilisateur de hamac connait bien , a savoir , la premiere fois on l on doit faire confiance a cette nouvelle monture , qui nous parait toujours trop fragile mais qui devra soutenir tout a coups tout notre poids . Eh bien lorsque apres une serie de fausses tentatives faites pour me rassurer quand a ce fait , je m engageais pour de bon a m y allonger et remettre mon sort entre sa toile …

Les cordes , virevolterent se tendirent et renverserent le hamac ….. et donc , son contenu , a savoir ….moi .

Non content de sa perfomance , en toute complicite avec la moustiquaire , que je croyais inoffensive et sous laquelle je m etais naivement introduit, ils me retinrent prisonnier a l interieur… c est a ce moment precis que , malgre l aide qu un semblable aurait pu m apporter, je me senatais heureux de ma condition de solitaire .

Il est , me semble t il , inutile de preciser quelles contorsions, ni meme quelles injonctions qui les accompagnerent me fallu t il pour sortir de ce mauvais pas ….

De toute facon j ai toujours aime dormir par terre….

Lever en meme temps que le soleil ,le coeur en convalescence …je me met rapidement en route pour cette tribu dont on m a fait l eloge ….Tendo .

Je parcourerais avec surprise les 27 km tres rapidement et y serait de bonne heure . J aurais donc plein de temps pour m y balader et revoir David …de la veille .

Cette fois il n est pas saoul , et il me sera tres agreable de passe cette journee en sa compagnie .

David , a 67 ans , une courte barbe blanche entoure son visage ride , sa casquette visse sur la tete laisse devine la calvitie qu elle cache . Malgre les 30 degre environant il ne quittera pas son epaisse veste militaire .Son regard qui jette sa generosite a la figure lui donne un air si touchant que l on ecouterait sa voix si calme des heures durant .. Sa femme decedee , il vit seul dans sa petite maison de tole. A l interieur , pas de fioriture , Thermos, theiere , boite de the , sucre ,quelques cuilleres sales , vieux journaux jaunis , baguettes de pain… envahissent la lourde table en bois que 2 bancs branlants couronnent reposant sur le sol en terre battue . Un fauteuil enplastique , qui semblant etre d un age avance , paraissant n avoir jamais servi trone dans le fond de la piece . Le fourneau a bois qui fume encore diffuse son atmosphere . Sur le mur derriere moi , accroches a une planche en carton sont diposes des dessins , que je crus realises de la main d un enfant….Mais David , fierement m apprendra qu il en est l auteur . Certains jours , m avouera t il , il passe des heures assis sur le banc leur faisant face , a les regarder , puis souvent il se leve pour en prendre un , qu il ameliorera de quelques touches improvisees .

David me parlera longuement , des traditions de sa culture ,de son histoire . Il me confiera qu il est inquiet quant a l avenir en pensant cette independance qui approche , et l insouciance de la jeunesse . Il m expliquera , que pour lui , l independance passe par une construction interieure du pays , la transformation des friches en terres agricoles , mais que les jeunes ne sont pas prets ,d apres lui ,a se mettre au travail…..il a vraiment l air touche quand il me parle de ca .

Le soir , je mange en famille , dans un petit gite juste a cote . Ce qui me frappa d abord , c est l enorme pied de Marijuana qui pousse a l entree de la cuisine …Julie , la gitiere , explosera de rire quant voir ma tete d ahuri et s amusera de plus lorsque le lendemain nous irons au champs ensemble , transportant sous le rire des vielles croisees ,une bouture de cette plante aux vertues mysterieuses . Nous la planterons a la tete du champs d igname…..sont fous ces kanaks , mais font marrer .

Apres le labeur , le reconfort , c est en cueillant et degustant un somptueux Jack que nous nous reconfortant en echangeant des histoires …..
Puis , il est temps pour moi de reprendre la route ….mais pas avant que Julie m est emballe mon dejeuner .

Pour situe geographiquement , je me trouve au nord de la grande terre , a 27 km de Hienghene et j envisage d emprunter la piste de la Ouayaguette . Cette piste construite il y a 10 ans seulement , a permis le desenclavement de cette region , qui n etait alors accessible ,qu a cheval ou a pied .

90 km de piste tres tres cabossee au denivele parfois impressionant .

Je serais contraint de souvent pousser le velo dans les cotes , et parfois meme le porter , ce sera debout sur les freins , la concentration a son maximum que les descentes se negocieront .

J y traverserais , vous imaginez , des endroits sauvages et des gens au mode de vie ou l autonomie est de mise .

Il me faudra toute la journee pour arriver epuiser a la tribu du haut coulna .Tres peu frequentee par les touristes , les blancs qui rodent dans ce coin , sont pour la plupart des scientifiques naturalistes.

En effet nous sommes sur les pentes du Mt Panie , le point culminant de l ile (environ1700m) .Cette zone est en grande partie interdite au public , pour des raisons difficiles a connaitre . Certains diront qu il est trop dangereux de s y aventurer ,d autres invoqueront des raisons coutunieres ou encore , de protection de la nature.

En effet , dans ce magnifique massif , on y trouve de nombreuses especes de plantes , d oiseaux , de reptiles etc qui y sont endemiques . On parle alors de microendemisme.

C est donc en veritable Pedalajones , la fierte entre les dents que je m immisce sans invitation dans cet univers ou personne ne m attend .

Je pose mon velo , contre le petit Fare, qui d apres les bancs installes faisant face a ce petit etre enchriste , me font devine qu il doit s agir de la chapelle .

—-Y a quelqu un , lancais je timidement ….

Le silence me repondis , je m engageais alors dans la petite allee , qu un alignement anarchique de miniscules petites cases dessinaient entre elles . Toutes mignonnes ,leurs entrees souvent ornees de jolies fleurs rouges , l herbe aussi rase que verte , et ce ciel d un bleu limpide , me donne l impression de vister un village hobbit apres que Gargamel y soit passe . Je m attend a apercevoir des petits etres m epiant derriere leur fenetre .

Je decendis , cette allee serpentante , tout en badigeonnant l air de ma voie rauque de formules de courtoisie , auxquelles personne ne repondit ….

Au bout de ce chemin , sans meme avoir croise quelqu un , un panneau m indique le gite chez Juliette , je contournerais le batiment a la recherche d une autre respiration . C est alors, a ce moment ,que la mienne s arreta nette .

Je venais de m avancais sur la terasse …..la vue y est a coupe le souffle.

Elle domine un canyon enserre , dans le fond duquel s ecoule une riviere que je devine etre la Ouaienne .

Un cheval y buvait tranquillement , tandis que des ballets d hirondelles jouaient dans cette profondeur qui leur etaient offertes .Les couleurs chaudes du soleil qui se couche apporterent la petite touche achevant de dessiner ce tableau de conte fee .

Puis j apercu la bas au loin un groupe d individu , semblant s atteler a une tache quelconque au bord de l eau qui paraissait si tranquille.

Je decidais de trouver le chemin qui conduisait a ces personnes , chemin qui me fit passer devant une case ou des enceintes crachaient un des morceaux vedettes de …..ABBA…

.—–dancing queen , you’re a dancing queen….

Atterissage direct …. moi qui croyais arriver chez des etres fantastiques , j ai maintenant peur de me retrouver face a une bande de Hippies suedois nus qui …..qui…..oh mon dieu …

Je continue neanmoins mon chemin , et lorsque je fus assez pret , je distinguais que les Suedois n en etaient pas , il s agissait en fait d une bande de femme et enfants qui faisaient la lessive . Je me sentis alors mal a l aise quant a mon intrusion spontanee . J e m arretais et fis en sorte qu elle s remarquerent ma presence….Quand ce fut chose faite , j esperais que l une d entre elles vinsse a moi …mais il n en fut rien , elles ne semblaient ni interessees ni incommodees par ma presence.

J allais alors vers elles me presenter ….on me dit de m installer au gite , qu il y a du cafe dans le placard et qu on se verra plus tard …

Je passerais la soiree au gite a discuter avec la jeune Laetitia , 19 ans ,qui a une energie et une ambition qui l honore . Elle envisage de partir en Australie bientot ,pour aller apprendre l anglais afin de pouvoir emmener les touristes du monde entier a la decouverte de sa terre et sa culture . David aurait ete ravie de la rencontrer .

Elle me mettra en garde contre les hordes de chiens , revenus a l etat sauvage qui vivent en meute tel des loups, meme si ils n attaquent jamais l homme , peuvent etre agressifs .Je n en croiserais heureusement aucun .

L aurore me surprendra deja en selle en direction de Ouayaguette . Apres une etape aussi difficile que belle , j atteindrais ce petit village de bout du monde dans l apres midi …juste avant qu un deluge qui durera 36 heures non-stop ne s abbatte sur ces montagnes …j y suis donc coince , le temps pour les creeks de se vider de leur eau et de liberer le passage .

J aurais alors le temps d aller a la rencontre du peuple qui a cette aventure pour routine.

Hostile , on est en droit de se demander pourquoi des gens sont venus s installer ici , alors que la vie cotiere y est tellement plus paisible ….la reponse tiens en un mot : colonisation .

En effet , les colons , a leur arrivee s approprierent les terres les plus fertiles et/ou les plus accessibles , chassant de fait de facon violentes les habitants originels . Les survivants resignes etaient alors contraints de s exterritorier vers dautres secteurs inhabites ….et c est a Ouayaguette par exemple qu il s installerent . Par gene , ou par pudeur , ce ne sera pas de la bouche de ces gens que j apprendrais cette histoire , malgre mes questions directes .

Les vieux me raconteront , l epoque ou ,pour aller a Hienghene ou se trouvait l ecole et toutes autres facilites . Il leur fallait 2 jours de marche . Maintenant c est a 2h de piste.

Un medecin vient une fois par mois visiter ses patients , entre autre la doyenne , qui a 104 ans et vit encore chez elle .

Gisele , ma logeuse , m apprendra que je suis le 2eme en 10 ans a passer en velo par chez eux.

La pluie cessee , la route sechee ,alors j en repris ses lacets.

Le soir j arriverais a Oueholle , apres une etape tres escarpee , mais je me rend vite compte que deja je suis sorti de l isolement et qu augment le peuplement .

Le lendemain ne se sera que bonheur , les gens interpelle par ma venue , n hesiteront pas a me stopper , me questionner , et souvent m offrir a manger . Je passerais ,comme promis ,rendre viste a la Mamie d Emilie , qui habite ici , je la surprendrais au champs a sarcler la terre , son fils me cueillera une papaye que j emporterais .

Papaye , mangue , pasteque , banane seront les menus providenciels qui me fissent rendre le sourire avec lequel il m avaient ete donne .

J arrivais a Ouegoa , lorque une voiture me fit une queue de poisson plutot serree pour m immobiliser . A peine eus je le temps de realiser , qu une femme que je reconnus par ses traits etre kanak , avait pourtant la peau blanche et les cheveux blonds…elle etait albinos (Non, elle n avait pas les yeux rouges )

____tu campes ou ?

____ah ben ca , repondis je , j en sais rien. Pourquoi?

Sans prendre la peine de me repondre , elle fouilla dans son coffre une glaciere, d ou elle sortit une barquette et des couverts qu elle me tendit .

___Tiens il me reste une salade de poisson .

Mes bras se tendirent pendant que mon esprit tentait d analyser la situation…

__C est combien? Demandais-je?

___ahaha, je vous ais passer tout a l heure , votre tete m a donne envie de vous aider, me lanca t elle en remonta dans sa voiture qu elle demarra aussitot…

Je ne savais comment prendre son interpretation de “ma tete” , mais ca tombait bien j avais grand faim .

Je me remis en selle afin de trouver un coin pour savourer ma pitance….

La meme voiture , a son bord la meme femme , arriva en sens inverse . Appel de phare et klaxon ,l accompagnerent , elle s arreta au mileiu de la route a ma hauteur .

—-j ai oublie de vous donne du pain , dit elle en me tendant 2 bouts de baguettes

—-ah ben oui , j allais quand meme pas manger sans pain , me surpris-je a prononcer seul sur la chaussee , regardant la Subaru s eloignait.

J explosais de rire alors que une larme aux origines inexpliquees coulait le long de mon nez ….sans doute une allergie .

Bien que delicieux je ne degustais pas son plat , je l incorporais a moi tel une offrande chamanique, en pensant a la beaute de tels gestes . Ce n est pas elle que je remercie , mais dans son ensemble l humanite ,qui bien souvent par raison decriee ,n est pas coupable de tout les faits reproches .

Le meme soir , toujours a Ouegoa ,je m apercus d un jeu dans mon pedallier , il me faudrait une cle.Je demande a la station service…ils n en ont pas , mais les tous les gens presents semblent disposes a vouloir m aider , mon aventure les impressione et les touche .

Un blanc qui s aventure ainsi au sein de leur culture , ne les laissent pas indifferents . Je suis fier de ca .

Bref , tous s interroge , a savoir ou pourrions nous trouver cette Bloody cle..

On va voir dans les garages , on telephone , on m offre un verre d eau , on revient avec la cle ,….c est repare .

L on invite alors au nakamal….

Le Nakamal est un endroit on l on sert du Kava . Le kava est est une boisson issue de l extraction du jus de racines de certaines plantes . Originaire du Vanuatu , elle est la bas bu lors de ceremonies destinees a entrer en communication avec les ancetres , les dieux , la nature ….

Ici , elle est devenue une sorte de boisson populaire , mais on aime ou on deteste . Les buveurs de kavas ont parfois la meme reputation que les fumeurs de Marijuana en France .

On reconnait un nakamal a la petite lanterne rouge qui s allume des le coucher du soleil indiquant tant son emplacement que son ouverture .

J adore l ambiance tres posee de ces endroits , on y parle lentement et doucement , dans une atmosphere souvent legererement enfumee tres peu eclairee. Pour “lever une selle” on doit aller a une sorte de comptoir , ou le tolier vous servira un “100” , un “200” ou meme un “300” si vous etes gourmand . Ce nombre correspondant au prix et au nombre de louche qui vous sera servie .

100 une louche ,200 2 louches …etc .

Vous vous retrouvez alors avec une demi noix de coco remplis d un liquide , jaunatre ou brunatre , que l on pourrait comparer a de la boue liquide . Pour boire on doit s eloigner rejoindre souvent un lavabo , parfois un simple robinet . “maloya” est le terme utiliser avant de lever . Vous avalez cul sec le contenu , qui vous surprendra par son amertume et son gout …..douteux .

Vous pouvez alors cracher , et vous rincer la bouche avant de rapporter la selle au comptoir et manger une cacahuete , un bout de fruit ou ce qu il y a a disposition .

Puis vous retourner vous asseoir laisser le produit faire son leger effet qui vous engourdira d abord les levres et les muscles de la machoires

Alors quelqu un vous dira , on leve? Vous recomencerez l operation autant de fois que desire , en general un debutant aura assez de 3 ou 4 selles , mais les grands buveurs ne les comptent pas .

L effet est une sorte de legere euphorie , un apaisement general de l esprit .

La soiree passee , je realise que je ne sais pas ou dormir , alors naturellement , Michou ,le tolier , m invitera a rester avec eux , nous dormirons, Michou , sa copine et d autres turbillons dans un container place a cet effet a l arriere de la paillotte.

En route pour Koumac , ou je retrouverais Emilie dans sa famille .

Emilie , c est celle a qui je dedie ces pages.

Nous nous sommes rencontres en Corse , en 2009 , a l occasion d une formation a la construction d une eolienne , que Solaria avait organise www.facebook.com/solaria . C est elle qui sera venue me cherchez a l aeroport a mon arrivee en Avril , depuis elle aura joue un role tres important dans mon epopee caledonienne.

De Ouegoa a Koumac , de la cote est a la cote ouest . En seulement une 40aine de km changement radical de décor et d ambiance. D une vegetation verte et luxuriante , on passe a des paysages qui rappellent l aridite du bush australien , de la tribu et ses champs on passe aux grandes exploitations d elevages bovines de plusieurs centaines d hectares .

40 km mais pas moins de 3 cols a franchir …..

Heureusement , le soir ce sera avec grand plaisir que je serais accueilli dans la chaleur familale du foyer d Emilie.

Joachim , son papa est originaire de Ouegoa . Parti en metropole pour ses etudes , il y rencontrera Evelyne qu il embarquera au pays quelques annees apres . Non sans avoir donne naissance a notre petite metisse preferee auparavant .

Tous 2 sont profs au college de Poum , le grand nord caledonien .

C est chez eux , dans leur belle maison que je passerais ce bon week end requinquant a savourer leur delicieuse cuisine , avant de prendre un bus pour le centre ouest afin de continuer mon aventure cycliste.

Je pris un bus , car je m interdis de circuler sur la RT1 , la route qui longe la cote ouest ou le traffic y est dense , les limites de vitesse pas respectees et les accidents nombreux.

Visualisons , la grande terre . Imaginer une longue bande de 400 km de long et de 40 km de large , une chaine de montagne la traversant en son milieu .Un denileve lent et regulier sur la cote ouest mais qui plonge a pic dans locean sur la cote est .

Une route fait le tour de ce caillou en en longeant la cote ,infernal a l ouest , elle est plus paisible a l est , puis a certains endroits , des transversales, c est a dire des routes qui relie l est a l ouest en coupant a travers la chaine .Il en existe 4 qui soient faites d asphaltes et qui sont frequentees . Pour les avoir parcouru maintes fois en stop , je me refuserait de les emprunter en velo .

Mais l ile est aussi traversee en plusieurs endroit par des pistes en terre , ce sont par ces chemins que je .traverserais . Le bus me conduira a Poya , au centre ouest , d ou je retraverserais du cote est , par une autre piste ausi belle que chaotique. Pour le dodo quotidien , je me contenterais de me presenter dans les tribus traversees ou le mement ou le soleil se couchait , et souvent l on m autorisait a poser le hamac( qui est maintenant bien dresse)dans les fares communs , sorte de grand preau ou des toilettes et parfois des douches sont installes a proximite .

Arrive de nouveau sur la cote est , je remonterais de nouveau vers le nord …mais cette fois par la petite route . Terrain plat , les alizees me soufflent dans le dos , souvent je croise un etal de mangues ou de fruits divers en libre service, les prix marque a meme le fruit , un bocal pose acote pour recevoir la monnnaie. Parfois une femme , joliment vetue de sa robe mission coloree , se tiens a proximite , nous permetteant quelques peu d echanger .

Je dors de maison commune en camping , je mande des sandwich , des fruits ou d excellent repas inopinement trouves au hasard de la route , souvent avales sur de superbes plages ou je me jetterais a l eau en guise de nage digestive .

Puis un jour , je devrais m arreter , pour rejoindre Noumea ou je sauterais sur le bateau qui me conduira vers les iles loyautes…..mais ca c est une autres histoire ….

Alors , on en parle ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s