Tiga!

Photo0003

il est encore tres tot , lorsque nous debarquons .Il nous aura fallu 3 heures d une traversee essorante ,pour enfin toucher cette terre somptueuse ,3 heures durant lesquelles les 4 lignes de traines n auront rien donnees .Le point de debarquement n etant pas tres clair , on jetera l encre a plusieurs dizaines de metres du rivage , nous forcant tous les 4 a un bain matinal dans une eau dont la temperature aussi douce que les nuances de bleus qui la parsement ,nous a offert un vrai regal , malgre le fait que nous ayons tous les bras charge de mon barda 

. Photo0005Joel , Paul , Jeremy et moi sommes tous aussi curieux qu excites a l idee d aborder pour la premiere fois , sur ce petit caillou miniscule , nomme Tiga ou seul 150 ames resident .

Joel est un pecheur de Lifou , c est le proprietaire du bateau ,un petit Stabicraft rouge de 6 metres propulse par un moteur de 240 chevaux . Paul et Jeremy ,des amis a lui , respectivement prof de sport et surveillant de college , en vacance , ils ne rechignent jamais a donner la main pour aller faire un coup de peche .

Ce matin ,j aurais ete a l origine d une diversion de plan , Joel m aillant propose de me deposer sur ce paradis, offre que j acceptais sans delai .

Seulement on n arrive pas comme ca , la bouche en coeur, a Tiga . L ile ne comptant aucune infrastructure touristique , pas un gite , pas un camping , pas un restaurant et est regit dans son integralite par la loi coutumiere . Ce qui signifie que chaque centimetre carre de l ile est en quelque sorte prive….il faut donc pour y sejourner …se faire inviter par un autochtone.

C est je pense la raison , pour laquelle , la veille , Joel m avait si legerement propose l aventure , croyant que je ne parviendrais pas a tisser les toiles necessaires a pareille entreprise .

Avant de pousser plus loin dans les details de cette epopee , afin que tous en comprennent le contexte , je me dois de revenir quelque peu en arriere .

Nous sommes le 18 avril 2009 , a Perpignan .Sous un soleil matinal radieux , nous pofinons le chargement du C25 , avec lequel , l expedition Solaria s enroutera vers le Burkina faso dans quelques minutes pour une mission de plusieurs mois .Le but sera de faire connaitre et tenter de developper les energies solaires thermiques , la concentration parabolique en particulier. .

Je ne suis au courant de ma participation a ce projet depuis seulement quelques jours , juste le temps pour moi de me rapatrier de Norvege ou je travaillais alors , d echanger mes skis contre mes shorts et sauter dans l aventure Solarienne.

Nous sommes 6 missiones sur le terrain , j ai rencontre mes compagnons 3 jours auparavant via Skype . Delphine fait partie de l equipe , elle en sera meme le chef . Ces quelques mois d aventure et de dur labeur en etroite collaboration , auront fait naitre une grande amitie entre nous .

A notre retour , nous continuerons la mission, du cote de la Corse . Delphine y rencontrera Joel qui la ramenera peu de temps apres, sur son ile natale …..Lifou.

Je savais depuis ce moment , que ma route passerait par cette ile ,la principale des loyautes ,un archipel Caledonien situe a 100 km a l est de la Grande Terre .

 Photo0081Photo0083

5 annees plus tard , m y voila.

Chaleureusement accueilli partout dans le pays depuis mon arrivee , a Lifou , l emotion assaisonnera cette hospitalite . Delphine et Joel , habitent une bien belle propriete. Une petite maison loge la cuisine , 2 chambres , et une salle de bain , un peu plus loin une grande case traditionelle kanak et son imposant toit de chaume se dressent , c est ici qu on dort , sur des matelas a meme le sol , tandis qu un leger feu somnole en quasi permanence afin d entretenir le vegetal qui compose son ensemble , puis un petit bloc sanitaire et un batiment/atelier faient de beton qu un toit en tole bleues chapeaute elegament completent les constructions .

Au fond 4 serres servent a faire pousser les salades , alors que le champs est en complete jachere , en raison des longues absences dernieres de Delf . Un parc a cochon et un poulailler accueillent une 20aine de poules et 9 cochons. Puis enfin , la vanilleraie , qui aura besoin encore d une annee ou 2 avant de pouvoir etre recoltee . Voila la recette d une vie paisible .

C est la que je reste en grande partie , mais ma bougeotte m invite a souvent a partir en vadrouille, et quand je suis chez eux , j essaie de donner un coup de main aux differentes taches.

*

Entre les averses trop frequentes , je m occupe d attirer le regard des passants de ce petit marche de brousse de Noel ou j aide Delphine a vendre ses porcelets vivants et les poissons de la peche de Joel . Malheuresement le mauvais temps aura raison de l affluence de l evenement .

Je comprend tout de suite , a la moue qui se dessine sur les levres d Elsa en regardant son telephone ,que notre vol est encore une fois annule .Elsa est une amie rencontree a Lifou , il y a quelques temps. Aujour d hui elle tient le stand voisin de l association pour laquelle elle travaille.

Il y a 2 semaines , elle devait se rendre pour son travail sur l ile d Ouvea , la plus septentrionale des iles loyautes . Connaissant mon envie d y aller , elle m avait proposee de me joindre a elle .

Mais notre vol avait ete annule a cause d une greve du personel de la compagnie aerienne. Nous avions alors reporte notre voyageet etions censes decolles demain , mais nous venons d etre informes d une nouvelle annulation , pour les memes raisons.

Le soir venu , sirotant une biere ,je ne cache pas ma blasitude . Joel pour me remonter le moral , me fit l eloge de Tiga et me proposa de m y amener .

Mais comme susdit , avoir un moyen de transport ne suffit pas pour aller a Tiga .

Le lendemain matin, j appelais les personnes suceptibles de pouvoir m aider dans cette requete , a savoir , comment me faire inviter pour quelques jours sur cette ile mysterieuse .

Je telephonais donc directement au chef de la tribu , qui habite Noumea…les negocaitions furent delicates , mais tres vite il me donna le numero d un de ses sujets , que j appelais sans tarder….j avais l invitation …on me demanda d amener juste des cigarettes et du pain , mais j emporterais tout un sac de victuailles … surtout de la biere et du vin.

Alors que nous croyions etre seuls , notre debarquement a sucite l etonnement de quelques curieux qui nous epient a travers la rangee de faux tabac et de pandanus qui forment une sorte de barriere naturelle entre l interieur de l ile et la plage de sable blanc qui ne mesure qu a peine plus de 5 metres de large mais s etend sur 2 kilometres . A peine en sommes nous remontes , que nous marchons sur l artere principale de l ile .Une route parallele a la mer , dont la jetee a cote de laquelle nous avons aborde en est le commencement , elle sillone jusqu au microdispensaire qui se situe au bout de la plage , 2 kilometres plus loin.

Nous nous engageons tous 4 , sur cette route , mais il nous faudra seulement quelques secondes pour nous faire interpeler.

Ce sont les habitants de la premiere maison qui nous helent…

___un coup de cafe??

on se regarde , hesitant ….

___ok , repondons nous , en nous engageant dans l allee .

Nous sommes accueillis , par un homme chauve , d une 50aine d annees a la brioche debordante . Joel se charge de nous presenter ,et d expliquer la raison de notre venue .

Notre hote ,Waijeme , en signe d approbation a notre intrusion , va s aseoir , nous faisant face sur un banc situe a l interieur de son preau . C est le signe qu il attend de nous “la coutume “ ,c est Jeremy qui s y colle .Il sort un billet de 1000 francs , qu il garde dans sa main pendant qu il prononce quelques mots de gratitude pour l accueil qui nous ait fait , gardant le regard bas et la voix cachee .Ce mini discours termine , il pose le billet sur la table et vient nous rejoindre .

Waijeme saisit le billet , c est le signe , que nous pouvons nous asseoir , ce que nous faisons dans le plus grand calme .

A son tour , il entame un discours nous rappelant que cette tradition leur vient des vieux , qu il est important de la respecter , car elle rappelle l humilite et le respect hierarchise suivant les regles coutumieres , il nous rappelle egalement que si l entree des cases est si basses , c est pour forcer celui qui s y introduit a s abaisser en signe de respect pour celui qui l habite.

Tous , durant ces palabres nous veillons a ne pas lever les yeux et a arborer une mine approbative .

___Oletti , qui signifie merci est le mot qui cloture sa coutume .

Les 3 garcons , a ma grande surprise , repondent alors en choeur en guturant ce mot dans une sorte de long rale plutot qu ils ne le prononcerent .

Ces paroles terminees sa femme, superbe dans sa robe mission jaune , une fleur de frangipanier coincee dans les cheveux apporta un thermos et une boite de nescafe . Le sucre etant deja sur la table .

Et la commenca une discussion a moitie en Francais a moitie en Langue , j ai du mal a suivre mais je sais qu ils font plus amples connaissances en parlant de leur famille .

Il est facile de comprendre que dans cette partie du monde , tout le monde est un peu famille avec tout le monde , et les liens familiaux etant tres importants , c est toujours avec plaisir qu ils aiment a decouvrir quels liens les unient . C est chose courante que lors d une rencontre avec plusieurs personnes, on vous retrace a plusieurs reprises la genealogie qui les soude , d autant plus importantes qu elle definit la position hierarchique de chacun face aux autres .

Car il y a des clans plus puissants que d autres , des familles plus influentes , des grands chefs et des petits chefs avec qui avoir un lien de parente quelconque offrent des facilites . Mais l age entre egalement en ligne de compte dans la position hierarchique .

Ici une personne appelee “vieux “ peut etre plus jeune qu une autre integree a la bande des jeunes .

Et chacun prend bien garde d occuper la place qu il doit dans le groupe ou il evolue .

Le leader d un groupe peut se retrouver arpette dans un autre , et il est parfois deconseille voire interdit a 2 personnes de pratiquer ensemble certaines acitivites.

La plupart des sites et des endroits appartiennent ,de facon coutumiere, a des gens donc a des clans , et il est parfois interdit pour les personnes d autres clans d acceder a ces sites …

J ouvre une parenthese dans ces guillemets , pour preciser que:

Lifou est divisee en 3 district , le Wetr au nord , Gaica au centre et Lossi au sud ….Tiga est rattachee au district de Lossi et depend de la Mairie de Lifou (qui est une commune )meme si la langue de Mare y est plus communnement parle.

Chaque district a un grand chef ,

Chaque district est divise en tribu , qui ont chacune un petit chef ,

Chaque tribu est divisee en clan , qui ont un chef de clan,

Chaque clan est divisee en famille , qui ont chacun un chef de famille ,

Tous ces role se transmettent de pere en fils .

Joel , est le cousin germain du grand chef de Gaica a lifou , et de ce fait il est en general respecte et le fait d arriver accompagne de lui , me mettra dans une position symbolique que me vaudra beaucoups d honneur .

Vous n avez rien compris ?…… moi non plus .

Bref , moi je bois un cafe , tranquille ….

Pendant ce temps la femme de Waijeme , a prevenu Danu de notre arrivee.

Danu , c est la personne qui va m accueillir chez lui .

La 60 aine , instituteur divorce a la retraite , les vestiges de ses cheveux blancs qui entourent l aureole de peau noire de son crane , paraissent etre les seuls temoins de son age . L oeil vif , le sourire eblouisant , il deborde d energie , et parait tres enthousiaste quand a mon arrivee.

Danu , possede une des rares voitures de l ile . Un pick up Isuzu blanc , contrairement a son proprietaire il parait vieux et fatigue ,mais tous 2 fument tout autant .

Le temps de charger les sacs et de sauter dans la beine du bulime et nous voila parti chez Danu ….a 300 metres de la .

Et la rebelotte , Danu va s asseoir sur son banc et nous fait face ….un leger regard vers mes compagnons me fait comprendre , que cette fois c est moi qui m y colle….seulement , je commettrais 2 erreurs….

le premiere sera de chercher dans mon sac l objet de ma coutume , ne l ayant pas prepare avant .

La deuxieme est de ne pas avoir pris de Manou ….Le manou est une piece de tissu qui s echange traditionnellement lors des coutumes . Mon statut d etranger me sauvera de l embarras mais provoquera quelques instants de genes pour mes acolytes .

Puis n ayant pas l habitude de ce genre de discours je bredouillerais quelques remerciements avant que lui , Danu , ne m offre un discours de bienvenue plus que touchant .

A ce moment je suis fier et heureux de pouvoir etre la .

Il est 9h00 , le soleil tape , la chaleur envahit l air….une biere fraiche serait un nectar divin declara Danu dans un rire qui en disait long ..

Je lui tend alors mon sac a dos en lui lancant un clin d oeil….hesitant , il tendit la main attrapant la besace , aussitot le poids dans ses mains , la fraicheur qui traversa la toile , lui fit comprendre que sa priere etait exhaucee… il se met alors a danser secouant le haut de son corps en chantonnant quelque air du pacifique ….

Je suis heureux de lui faire plaisir .

Ici a Tiga , il n y a qu une petite echoppe qui ne vend pas d alcool et n a pas de rayon frais . Alors meme si ils arrivent a garder quelques bouteilles de vins et d alcools quelconques …c est pas tous les jours qu on y boit une biere frappee…

C est pourquoi j avais pris soin de la conserver dans la glace a bord de “la passione” , le bateau a Joel .

Heureux de mon effet , c est dans une euphorie justifiee , que je brandis au dessus de nos tetes ce nectar divin en lancant un toast a mon arrivee a Tiga .

La biere bue , il est temps de raccompagner les camarades au bateau , une longue journee de peche les attend.

De retour chez Danu , je lui presente les petits cadeaux rapportes ,du vin , du jambon , du Cantal , du tabac , de la biere et du pain .

Tout content , il se lance dans la cuisne en me disant qu il va nous preparer un super repas pour midi. Lorsqu on se met a table , a 10h30, la bouteille et moi sommes a moitie plein .

Il nous a cuisine un perroquet bleu et un riz au coco ….Pour ceux qui se demanderaient si je suis encore saoul en ecrivant ces lignes , surement , mais je tiens a preciser que le perroquet est un poisson particulierement abondant dans les eaux du coin. Malgre sa couleur bleu flashie , qui permettrait de douter de sa comestibilite, c est un poisson delicieux .

Malgre la fatigue , le vin et la chaleur qui m accabblent , Danu et moi discutons beaucoups , et a mon grand plaisir , il ne me pose pratiquement pas de question ….pas besoin de ressacer mon histoire de saltimbanque une enieme fois.

Lui , a et a eu une vie vraiment passionante, j aime a ecouter ces voyages en metrople , sa rencontre avec le froid et la neige , l histoire de sa carriere , la vision qu il a de son pays , de la colonisation . et decette independence prochaine …

Photo0087 Photo0100

Tout a coup , un gros pick up rouge surgit dans la cour… C est Loue qui vient chercher Danu , pour monter au bingo du plateau ….

On me demande si je veux venir….

___je ne rate jamais , mais alors jamais , le bingo du plateau , dis je en en ouvrant la porte du vehicule pour aller m installer sur la banquette arriere .

Quelques secondes plus tard , nous sommes en route pour je ne sais ou ….mais je me disais que ca devait pas etre trop loin ,

On reprend alors le chemin emprunte le matin ,puis une route sur la gauche ,celle ci monte tres raide et Danu m apprit que sa voiture n etait plus capable de la grimper et c est pourquoi Loue etait venu nous chercher.

En haut de la cote , un vieux se traine , on s arrete pour le faire monter …..il est crame complet …

tiens une bouteille de JB dans ses mains qu il me tend en me bavant ses salutations .

On me fait savoir qu on est arrive sur le plateau , au sommet de l ile …on est a 32 metres .

Nous bifurquons sur une petite route sur la gauche pendant quelques secondes avant d arriver a son extremite .Loue est un des voisins des plus eloigne de Danu….ils habitent a 1 kilometre l un de l autre .

Je me rappelle alors , lorsque je vivais dans le bush Australien , et qu il fallait faire 80 km de piste ensablee pour rencontrer le voisinage , cette pensee me fit sourire .

Une maison , une case , un preau et un atelier forment l ensemble immobilier de l endroit . Sous le preau , une trentaine de femmes sont assisses par terre sur des nattes et jouent au bingo . Sur les tables , une serie de cocottes forme le buffet qui a du etre servi il y a peu.

A notre arrivee , Danu , n hesitant pas a interrompre la partie en cours , (et dieu sait qu ici on plaisante pas avec le Bingo ), presenta une coutume pour m introduire au sein de cette communaute . En langue , il me presenta pendant quelques minutes , apres quoi , une femme , qui me dira t on plus tard ,etre la mere du chef , me souhaita la bienvenue et me remercia pour mon geste au nom de toute la tribu . Emu de nouveau , c est en regardant mes pieds , que j invoquais toutes les formules de gratitudes que mon esprit ramolli me permettait, puis fondis en excuse d avoir interrompu la partie .

A peine avais je , prononce le mot “oletti” qu en reponse un veritable gazouillis venu de toute part repondit a mes paroles .

Danu et Loue , qui se tenaient a l ecart me firent signe de les rejoindre . On installa une natte a l ombre des cocotiers , puis tous saisirent une guitare ou un ukulele…et s ensuivit un apres midi musical agremente de whisky coupe a l eau de coco.

Incroyable , de voir que tous les hommes presents jouent de ces instruments a merveille et les accompagnent de chants magnifiques. Quelques jours plus tard j aurais l explication .

Une legende raconte qu il y a longtemps ,( chez les melanesiens , le temps ne defile pas de la meme maniere que chez les occidentaux , il y a longtemps , signifie un ordre temporel different et on ne doit donc pas forcement penser plusieurs siecles en arriere, mais simplement anterieurement ) , les vieux de l ile , confrontes a une terrible secheresse avait du faire le choix entre l eau et la musique ….ils choisisserent la musique… alors l eau disparue definitivement de Tiga , et les habitants eurents la pluie comme seulle ressource . Ce qui est toujours le cas aujour d hui ,l ile n ayant pas de nappe phreatique , chaque habitation est alors equipee d un systeme de captation des eaux de pluie raccordee a une citerne…..

Et si la pluie cesse de tomber …alors il le restera la musique …

De toute facon, depuis que j ai mis le pied sur l ile ….de l eau ….je n en ai pas bu une goutte!!!

Photo0102 Photo0103

Avant l eradication totale de mes neurones , je decide de descendre sur la plage voir le coucher de soleil qui s annonce magnifique ….Il est presque 19 h quand il nous aura quitter pour venir rechauffer votre hiver , a vous qui vivaient de l autre cote du monde .

A peine rentre a la maison qu a mis danu a ma disposition , je m effondre sur le lit pour ne rouvrir les yeux qu a la pointe du jour… il doit etre environ 4h30… en pleine forme j ai soif d aventure et de decouverte , l on m a vente les beautes du lagon qui entoure l ile , alors a peine mon cafe avale , je suis en route, mes palmes , mon masque et mon tuba dans mon sac .

Dans l aurore naissante , j apercois une femme qui etend son linge , a proximite du feu allume qui servira sans doute a faire chauffer le cafe , un leger signe de main dans sa direction me vaudra un grand et respectueux

____Bonjour David , tu bois cafe ??

Je vais a elle, tailler un bout de gras quelques minutes .

Puis quand je regagne la route , un velo me depasse

____bonjour david , Tu vas Baigner???

on discute quelques instants .

Plus loin une maison , Bob Marley y est deja invite .

____eh david , fumer?

Etc >>>>>

Car meme si je n ai pas rencontrer tout le monde , ils savent qu un blanc , un “kamajah” rode sur l ile et ils connaissent tous mon prenom .

Charmante , la marche pour aller a la plage aura ete bien plus longue que prevue …

Je decide de nager en longeant la jetee. A seulement quelques metres du bord , le corail prend la place du sable et offre deja une palette de couleur magnifique ou quelques poisons semblent s egayer de ma presence . La profondeur varie entre 50 cm et 2 m , j ai l impression de voler au dessus de ce décor sublime . Puis au niveau du bout de la jetee ,… le tombant ….

Tout a coup le platier s arrete net , et je me retrouve flottant a une 20 aine de metres au dessus du sable .

L eau d un bleu marine profond offre une visibilte extraordinaire . Je zigzague entre les piliers qui maintiennent la jetee . Je ne suis pas seul ,de nombreuses aiguillettes stagnent a la surface en un banc dense et compact . Dessous elles , evolue tranquillement un Fugu assez mastoque .

Puis quelques perroquets , une carangue et d autres especes offrent un ballet radieux dans ce décor somptueux . Je quitte la jetee pour longer le tombant qui se separe en plusieurs endroits creant de nombreuses failles et cavites d ou jaillit, ou se terre une faune multicolore .Les coraux sont de toute beaute et la vue a 360 degre offre un spectacle qui comble mon manque de montagne . Tout a coup , une tortue , elle , avait du me voir avant car je n aurais le loisirs que de l observais decamper a toute allure . Souvent moins farouches , il est parfois possible de nager quelques instants en leur compagnie , ce ne sera pas le cas cette fois , mais ma deception sera de courte duree , car c est a ce moment precis que je l apercois , instantanement j ai le souffle coupe , et c est avec gratitude que le regarde s eloigner…devant moi , vient de passer un requin pointe blanche .

D ici , je sens la crispation , de certains qui en lisant ceci , crieront une fois de plus au fou .Mais sachez qu ici , cotoyer les requins est monnaie courante . Neanmoins, ne voulant pas passer pour ce que je ne suis pas , je preciserais que les quelques mois passes ici a m initier au contact de l ocean , n auront pas ete suffisant pour annihiler completement la peur artificielle que j ai de ces merveilleux animaux . Mais j aurais appris a en reconnaitre certaines especes et a ne nager que dans les endroits ou j ai de faibles chances d en rencontrer des plus agressifs . Le requin pointe blanche, que l on reconnait facilement grace a la tache qui orne le sommet de son aileron , fait partie des “compagnons “de ceux qui sortent regulierement en mer . Meme si il y a bien sur quelques regles de bases a respecter , ce type de requin n est pas considere comme dangereux .

Bien que le frisson soit ma premiere reaction , son observation declenche chez moi tres vite une grande admiration pour ce bel animal . J ai l impression d etre en presence d une star . Tout 2 sommes curieux l un de l autre .Il doit faire entre 1,5 et 2 metres mais suffit a etre impressionant ,et chaque fois qu il nage dans ma direction je retiens mon souffle en esperant qu il ne vienne pas trop pres , puis qu and il s eloigne je voudrais qu il revienne .

Une espece d amour vache en quelque sorte .

Lorsque je decide de m eloigner , je jette a plusieurs reprises des coups d oeil derriere moi , pour m assurer qu il ne vienne pas par derriere.

Sur l ile , vivent environ 150 personnes , mais seulement quelques un travaillent.

—Il y a wales Bien qu infirmier , c est lui qui gere seul le microdispensaire et doit faire face a tout , il a la possibilite d etre en contact 24/24 avec un medecin de Noumea . Il possede ce qu il appelle “le robot” , une machine permettant la videoconference avec les medecins , les chirurgiens …. L appareil est dote d une camera de haure technologie pour l observation des plaies. Et quand il ne peut pas assumer , un medecin vient en avion et/ou le patient peut etre “evasanne”.

—il y a un couple de “kamaja” des blancs ,qui sont les instituteurs .

__il y a 2 techniciens enercal (EDF)

__ un agent au sol pour Air caledonie

__un agent administratif communal.

__Un epicier

Beaucoups sont a la retraite , d autres vivent de la peche , le champs , la chasse ,consomment troquent et/ou vendent leur recolte pour subvenir a leurs besoins….

La pasteque et le melon sont les productions principales .

Sur l ile l ecole est assuree jusqu au CM2 , apres quoi les gosses devront aller etudier a Noumea ou a Lifou ou ils ont tous de la famille.

Un agent de l OPT (la poste ) vient une fois par semaine quelques heures pour assurer le service de courrier , de distribution d argent ….

L electricie est a 100 pour cent solaire.

L eau a 100 pour cent provient de la captation des eaux de pluies .

L ile est desservie 2 fois par semaine par un bateau , appele le “Ienic” qui vient de Lifou mais qui ne circule que par temps calme , puis 2 fois par semaine des avions viennent de Noumea , le traffic est souvent pertube pour cause de greve .

Vous l aurez compris , l approvisionement est question d organisation et coute cher.

Pour toute importation et exportation de produits lourds et/ou volumineux ( dechets ,voiture , machine a laver ,tondeuse etc etc ) , Les tiganais doivent attendre la venue d une barge qui vient en general a l occasion de grands travaux …la derniere est venue il ya 2 ans…on ne sait pas quand viendra la prochaine .

En raison, des greves chez Aircal , Noel fut compromis a tiga . Heureusement le “Ienic “ a , au dernier moment annonce une rotation speciale sur Lifou pour permettre aux gens d aller s approvisionner . Il y aura du pain et du vin pour les fetes .

Photo0107 Photo0109

21 decembre , c est le solstice d ete , en plus de nous faire jouire des jours les plus longs de l annee (de 5 a 19h) , ce positionement astral a pour autre consequence d entrainer de grandes marees. Cette nuit , a 1 heure du matin ,elle sera basse , tres basse . Une super occase pour aller ramasser quelques langoustes , trocas , araignees etc

Ce sera au radar , mais le baume au coeur , sous une chape etoilee d une beaute rarement egalee que nous irons crapahuter , la torche a la main sur les platiers coraliens a la recherche de cette delicieuse pitance…2h de randonnee aquatique …..seul hic …on s est trompe d horaire , et la maree n est pas basse du tout, on se retrouve avec de l eau jusqu aux epaules , balayes par les rouleaux …

Pas pratique du tout ….

On n en sera quitte pour une bonne partie de rigolade…

On rentre a 3 h….pas le temps de pinailler ,je vais vite me coucher car j ai rendez vous dans 2 heures pour aller a la chasse a la chevre ….

Epuise mais pas degonfle , je me rend au rendez vous , rejoindre Kemej et Sichom,

Je pars n emportant ni eau ni nourriture , mes compagnons en feront de meme . Je dois dire que je pensais partir pour 2 h maxi …et je me voyais me prelasser le reste de la journee sur la plage .

Ca ne se passera pas comme ca…

Une premiere boucle , nous fera marcher sur les falaises calcaires du nord de l ile , le parcours bien que degage fut tres accidente et certains passages difficiles a negocier .

Lorsque nous regagnons la zone des champs , alors que la soif m assaille , nous croisons une vieille qui nous offre gracieusement une pasteque a cueillir dans son champs…nous la degustons sur place sans tarder …ce sera la meilleure du monde.

Puis c est reparti pour un tour…cette fois dans une foret dense , la chaleur seche du soleil qui violemment cogne la canopee sous laquelle nous evoluons, transforme le sous bois en veritable etuve . Alors que nous ne progressons qu au rythme des coups de nos sabres d abatti ,je me rejouis du fait que dans cette region du monde il n y ait ni serpents venimeux ,ni araignees agressives , bien que nous en croisions de gigantesques . Nous pourrions neanmoins rencontrer quelques Boas des iles , roussettes et des myriades d oiseaux …mais notre plus grand danger…c est les guepes , qui sont en nombre considerables .Heurter un nid pourrait avoir de facheuses consequences , et je manquerais de peu d en faire l experience , mais une de leur sentinelle me prevint a temps en me piquant le haut de la cuisse attirant mon attention sur le reste de la colonie, je pris alors soin de les esquiver en detournant mon chemin de quelques centaines de metres .

La chaleur qui nous etouffe n est pas notre desagrement le plus important…ce qui rend l atmosphere parfois infernal , ce sont les fourmis electriques ….aussi miniscule qu urticantes, elles tombent des hautes vegetations que notre passage secouent. Sandales , shorts et tee shirts est la tenue dans laquelle cette jungle nous a vu penetrer et qui n est pour pas la plus adaptee .

Malgre ca , j avoue prendre un plaisir monstre a progresser dans cette densite , j ai l impression d etre dans un bac a sable pour Indiana Jones en Herbe .

Enfin nous atteignons une petite clairiere ventilee ou un oranger bien fourni ,qui en plus de ses fruits divins, nous offrent une ombre bien fraiche .La pause est exquise. Il est presque midi …et on a pas vu une chevre . Je suis mort , mais mes partenaires ont l air a peine emoustilles par cette dure randonnee .

Leur enthousiasme quant a surtout ne pas rentrer bredouilles , cumule a mon orgueil de ne pas avouer ma fatigue , suffiront a me remettre en selle, les jambes en coton mais avec une motivation de fer .

Encore 2 longues et extenuantes heures de progression difficile ..et pas une chevre ….

Nous regagnons enfin le chemin de la maison , ou nous attendent de nombreux cocotiers .

Comme l arriere grand mere de Kemej etait la soeur de l arriere grand pere de Silom ( ou quelquechose comme ca ) c est Silom qui doit monter attraper les cocos dont on fera une orgie de leur eau sucree et de leur chair gluante .

En arrivant chez Kemej , ils nous offre un the accompagne de “Wapom” , une sorte de fruit de la passion tres dur delicieusement local.

Il est pas loin de 16 heures lorsque l on se quitte , et tout au long de la journee , nous avons bu et manger seulement ce que la nature nous avait offert. Quelle jouissance !

De retour a la tribu , je trouve Danu et compagnie qui s affairent a la construction d un Tadec , sorte de cabane en bois qui servira a accueillir le point restauration pour les semaines de festivites a venir .

Assis sur un baril a l ombre d un palmier , a quelques metres du chantier , je m amuse de l impressionante anarchie choregraphique qui se deroule sous mes yeux .

En guise de soutenement , 3 rangees de 4 poteaux plantes dans la terre sableuse . Les poteaux , sont des arbrisseaux fraichement debites de la foret toute proche.

En guise de charpente , des poutres de recuperation attachees avec des bouts de tissus , des cordes et quelques clous rouilles trouves par ci par la . La fondation terminee ,il faut trouver des toles pour faire le toit . Les 2 pickup presents sur le site partent chacun d un cote en mission recuperation de vieilles toles… Une par ci , 2 par la ….et voila qu en a peine 30 min , ils en ont reuni presque suffisament ..

Les jeunes grimpes sur les toits des voitures garees sous la construction , attrapent et placent les toles , qui seront calees avec des parpaings , des briques , des troncs …..il manque des toles….on verra demain…la y a le soleil qui se couche ..

En a peine quelques heures , ils ont mis sur pied une cabane de 40 metres carres ….avec pour seul outil …des sabres d abatti.

Meme si il est certain qu il est a souhaiter que le vent ne souffle pas dans ces prochaines semaines, moi je dis chapeau….

Le lendemain , a peine le temps de fignoler avec la bande la construction du Tadec , qu il me faudra embarquer a bord du Ienic pour rentrer a Lifou .

Photo0111

2 réflexions sur « Tiga! »

  1. joyeux noel mon neveu
    effectivement ça fait du bien d avoir de tes nouvelles
    j’ai lu avec passion ta vie. quel pied
    je sens que vais économiser pour venir te voir et oublier notre petite vie d ici (encore 90 amende ce matin et 3 points en moins)
    vive les fêtes
    gros bisous à te relire
    tantineflo33

Alors , on en parle ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s