Nelson lakes !

ImageImage

Triture entre l’envie de prendre la route direction nulle part ou aller grimper dans le coin. C’est dubitatif que je divague devant cette carte gigantesque en expo au centre d’information de St Arnaud, au cœur du parc national des “nelson lakes “. Je ne sais pas combien de temps j’ai du rester planter là, bêtement, à me gratter la moustache avant de remarquer, qu’à ma juste droite, bigoudinant avec ses doigts sa blonde tignasse, se tenait une jeune fille plongée dans la même sorte de rêverie que moi même ..

___ Hi !

___ ……

___hello !!!

___ Ah sorry, I was dreaming….

Son lourd accent ne permettait pas le doute quant à sa provenance….

___GERMAN???

____YES, FRENCH???

Démasqué aussi….

Donc comme moi, elle n’était pas sûre de sa destinée prochaine.

Puis après quelques minutes de palabres et vérification de la météo, qui s’annonçait exécrable aujourd’hui mais bien meilleur demain, on décide de partir à l’assaut de la montagne et de passer la nuit dans un refuge là-haut perché.

On établi notre itinéraire d’après les conseils d’un ranger présent.

Aujourd’hui 6 heures de marches en grande partie en zone protégée par la végétation, juste le dernier tronçon sera exposé aux vents et à la pluie, par contre le lendemain une longue arête exposée aux intempéries nous fera digérer le petit déj, mais la météo devrait alors être clémente.

Judith a une voiture , et me donne un lift jusqu au parking de depart d ou elle me dit qu elle prefere marcher seulle et qu elle me retrouvera au refuge…Ca me va et part en tete….

Comme prevue , la premiere partie est certes humide mais bien protegee….Mais arrive a la sortie du bush et au debut de la partie alpine Ca se corse, le vent puissant et glacial me freeze sur place..A ce moment je suis deja mouille et encore en tee shirt , mes avants bras et mes mains sont engourdis par le foid, j ai l impression d avoir 2 bouts de bois a leur place , il me faudra plusieurs minutes de lutte frigorifiante pour enfiler mon blouson .

Puis en raison de la pluie , les quelques ruiseaux que l on doit traverser se sont transformes en passages a gue plutot challenging….

J espere que ca va pour Judith , mais malheuresement je ne peus pas me permettre de l attendre sans risquer tomber de froid. Alors je continue…et apres une bonne heure de calvaire , j arrive au refuge ou le poele ronronne deja….ouf…

3 longues heures inquietantes plus tard , Judith , epuisee arrive dans le vestibule ,m annoincant qu elle a traine en chemin ….

 

Une platree de pate et un the brulant plus tard , tout va bien et nous faisons connaissance l un l autre , avec les compagnons de galere et la gradinne du refuge ,autour du poele qui a du mal a faire secher ces tones d eau que nous avons fait penetrer a l ineterieur de ce cocon vitale .

Nous sommes 8 rejouis lurons a nous feliciter de l amelioration climatique prevue pour le lendemain.

Vers 20h , nous nous souhaitant tous une bonne nuit .

L aube nous reservera cependant une bien mauvaise surprise, .En effet , le ciel a envellope de tres pres la petite cahute , le vent n est pas tombe et meme si il ne pleut pas , l humidite penetrante rend l atmosphere glaciale .

Oups!! !

On se resout tous a attendre 8h30 , heure a laquelle , la gardienne, recevra le dernier bulletin meteo…

Durant ces minutes d attente, le ciel semble s eclaircir et le vent reduire.

Les previsons que Janyce nous apporte , ne sont pas bonnes , le meilleur moment pour partir, c eait il y a 2 heures , de fortes pluies et du vent en rafale sont attendues pour le debut d apres midi.

Alors 2 options s ouvrent a nous, Partir maintenant et passer le sommet de la crete au plus vite ou alors passer la journee et une autre nuit ici….alors que la meteo semble pire pour demain .

Tous sans hesiter ,optons pour la premiere.

Tous partent dans les minutes qui suivent…tous sauf Judith et moi…parceque cette fois on aconvenu de marcher ensemble…seulement , Judith n est pas prete et il lui faudra 1 longue heure precieuse pour le devenir . Malgre , mes supplications pour qu elle se depeche et aille a l essentiel , judith est du genre de personnes qui ne savent pas se depecher et prendre conscience d une urgence.

Malgre tout je tente de garder mon calme et de l aider au mieux a se preparer….

Bref il est 9h30 quand nous nous mettons en marche , nous partons sous une belle eclaircie que nous ferait presque oublier l enfer suppose dont cet endroit sera le drame dans quelques heures .

Alors que nous marchons bon train , sur le plat relatif de cette vallee pierrerre , les cumulus gentiment pousses par un vent doux apportent un cote dramatique au tableau qui se depeint autour de nous, nous offrant des vues magnifiques sur les lacs et la vallee . Ceci plus l euphorie provoquee par leffort de la marche rend le debut de cette randonnee fantastique .

Pusi arrive la premiere ascenscion de notre promenade , Et la Judith n avance plus que pas par pas .

___ca va??

____oui oui..

Alors que je sius presque a mi hauteur de la pente, Judith ne semble pas l avoir amorcee.

Je redecends alors vers elle , inquiet .

Je la trouve haletante et sembalnt s asphyxier dans une respiration sifflotante.

Elle a une crise d asthsme….

Oups !!!

Elle me dit que ca lui arrive quand elle pousse sa respiration trop fort en altitude .

Elle na pas de ventoline et moi non plus .

A ce moment je me demande vraiment ce qu on doit faire , car meme si le temps doux semble stable , et que l on pourrait croire a une belle journe devant nous….la meteo nous disait le contraire et on doit absolument trouve refuge avant 13h .

Elle me dit que si elle recupere et gere son souffle , ca devrait aller.

En effet, quelques minutes plus tard , ca va mieux et est prete a repartir .Ensemble nous arpentons la montagne au rythme de sa respiration.

Mais pourquoi , elle ne me l a pas dit avant? , pourquoi on est la ? Alors que la raison voudrait que l on fasse demi tour et trouve refuge aupres du poele , nous contiuons, ignorant le danger auquel nous nous exposons en progressant a cette allure sur une scene qui va tourner a l enfer d ici peu .

Je lui en veus de me mettre dans cette situation, mais n ayant pas envie de faire demi tour , je me tais et l accompagne dans son effort .

Je ne sais combien de temps il nous faudra pour atteindre l arrete de la crete, mais certains diraient une eternite . Au sommet le vent souffle fort mais est regulier , la marche sur cette arete est magnifique et offrent des vues epoustouflantes. Nous allons bon train , le temps se maintient….la bonne humeur et l espoir de de boire un cafe chaud dans quelques heures raniment nos sourires .

Judith s excuse et me remercie .

Arrive la descente , precedent la marche je descent a mon rythme habituel. Quand quelques minutes plus tard je me retourne et ne vois pas la blondinette alors que ma vue s etire sur plusieurs centaines de metres en amont de mes pas .

Je devrais alors remonter presque jusqu au debut pour la retrouver progressant a la vitesse d une huitre courant dans l herbe .

Maintenant , elle a le vertige et a peur des cailloux….

C est la saison des boulets ou quoi????

Alors pas a pas je la precederais , la rassurant et lui indiquant ou poser ses petits petons….Cette face de la montagne alors exposee aux vents , et l inaction induite par notre lenteur de progression commence serieusement a me geler les os et me faire perdre patience…

Mais je sais que si je m enerve , ca va etre pire….

Alors calmenet en serrant mes dents qui claquent , je la conseille, parle de plages ensolleillees et de bons diners….

Pendant ce temps le vent s accentue et le brouillard se forme autour de nous.

A ce monent , on doit se trouver a environ 1700 metres, et a cette altitude , on peut se retrouver dans un blizzard neigeux en un rien de temps .

Elle a peur , et moi aussi , mais a ce moment , on a plus le choix ….on doit descendre et atteindre un abri qui ne doit pas etre tres loin….

Finalement, apres un long moment de lutte silencieuse et angoissante on atteint enfin la cabane en bois qui aurait pu nous servir de refuge au cas ou.

Mais au moment ou nous l atteignons , le temps est redevenu potable et le vent ne souffle plus…

C est alors tranquillement que nous atteindrons , il est 18 h….

On a eu une chance incroyable.

Desolee et pleine de gratitude , Judith se propose de m offrir un cafe au village…

Desole et plein d amertume , je declinerais l invitation en lui demandant a l avenir de bien vouloir considerer ses aptitudes avant de s engager dans la nature .

Quelques minutes plus tard , mon sac ,mon velo et moi sommes sur la route en direction de nul part comme initialement prevu .

Je passerais alors ma premiere nuit dans une boite a lettre….

 

Je regretttrais vite d avoir ete si rude avec elle , mais si la meteo avait tourne au vinaigre comme prevu….nous serions surement encore la haut , et ce jusqu a ce que quel qu un nous trouve plusieurs jours plus tard soit au fond d un trou dans lequel on serait tombe en errant perdu dans le brouillard , soit , blotti l un contre l autre , attestant de notre lutte perdue pour tenter de preserver nos mutuels chaleurs vitales .

J aime la montagne , j aime le frisson du danger , j aime l aventure ….mais j aime pas l insouciance et la legerte de jugement dans des univers hostiles .

ImageImageImage

 

Alors , on en parle ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s