Australie, le bilan !

DSCN1036

Lorsqu’il y a 359 jours j’ai débarqué à l’aéroport de Melbourne, je venais en Australie sans grande excitation. L’ idée de fouler ce pays qui débordait de packagers tout neufs ne m’enthousiasmait pas plus que ça. Je me disais que ce serait juste un bon endroit pour renflouer mon porte feuille. Puis petit à petit, sans m’en rendre compte, grâce à la providence et aux infinies opportunités que cachent cette terre d’aventure, je me suis laissé séduire.

DSCN0659 DSCN1245

Jamais un territoire ne m’avait autant ému que ces grands déserts qui se cachent en son centre, je me rappelle cette euphorie indescriptible que provoquaien t en moi cette solitude et cet isolement, alors que je traversais seul en stop ces contrées hostiles. De l’eau, un peu de nourriture, de la musique, le ciel infini et une tente suffisaient à me combler d’un bonheur incompréhensible. Beaux, je ne dirais pas ça des ces paysages. Simples et inquiétants seraient plus juste, ayant le pouvoir de remettre ma condition d’humain à sa place, une leçon d’humilité. Je me rappelle de ces nuits, seul, dans le bush, avec les dingos comme compagnie, hurlant tels des loups au loin. Je me rappelle cette émotion en voyant une rivière, un lagon, après des semaines de sécheresse, cette prise de conscience de la valeur de l’eau, ce respect pour les natifs qui avaient su s’adapter à cet environnement, une certaine admiration pour les pionniers, qui avaient quitté ou fui leur pays pour par exemple s’expatrier à Coober Peddy et y chercher de l’opale. Je me souviens aussi de cette sensation étrange un soir, après avoir roulé plusieurs heures à travers une zone aride, j’arrivais à Broken hill et y trouvais la ville de Lucky luke, pleine de saloons et de casinos, avec des gens, des magasins, des écoles, des maisons de retraite, des parcs verdoyants…..mais rien à des centaines de kilomètres, une ville dont il n’est pas possible de s’échapper, la seule issue étant l’avion ou des heures interminables de route pour rejoindre un autre village, une autre ville qui seront tout autant isolés…. Une ville comme tant d’autres dans ce pays, qui a jailli du néant et a existé seulement pour ce que son sous sol contenait..
C’est en souriant que je repense à cette équipe de galériens que nous formions à Shepparton, Coco, Kim, Lili, Lory, Ben, Erika, Frankie, Mickael et Capu, de la cueillette d’aubergines et de courgettes pour 30 dollars la journée, puis vint le tour des pêches, des pommes et des poires, nettement plus lucratives… mais touchés par la grâce que fournit l’audace, certains d’entre nous auront la chance d’être sélectionnés pour bosser dans l’usine du coin pendant quelques semaines…. c’est le moment où j’ai pu me faire arracher cette dent qui me faisait tant souffrir depuis des semaines.
Je me rappelle cet émerveillement en arrivant à Mataranka, bourgade qui marque le début de la zone tropicale, devant les fleurs, les oiseaux, ces arbres gigantesques…. de la verdure et de l’eau en abondance… quel bonheur, quelle émotion …. quelle chance!!! Quelle surprise de tomber sur Kim, Lili et Coco au milieu du désert alors que je faisais du stop en solo, puis quelle galère de tomber en panne 12 kilomètres plus loin.
Puis je me rappelle, à Darwin quand nous devions respecter tout un tas de règles pour rentrer a la maison, à bord de ce zodiac pas étanche alors que nous habitions sur un bateau à flot, dans une baie où grouille le crocodile de mer.
Je me souviens ces 24 heures d’attente avec Tom, sur le bord de la route, le pouce tendu à Halls creek, pas très loin où se sont passés les événements qui ont inspiré le film d’horreur culte australien “Wolf creek”
Je me souviens ces semaines passées à cuisiner pour les cowboys dans ce ranch gigantesque des kimberleys, mes seuls amis une émeu Watson, une labrador Peggy, et 2 jeunes cochons, Brown and Shwartz, avec qui j’allais me promener lors de mes pauses d’après-midi.
Puis, il y a eu Derby, j’y ai travaillé 7 semaines comme cuisto avec Maëlle, avant de m’apercevoir que je me faisais arnaquer et de les planter brutalement pour rejoindre l’équipage de Folly D, un sloop de 13m40 que j’ai aidé avec Job, a convoyer le long de la côte ouest jusque Fremantle. Accompagné par les baleines et les dauphins, j’y aurais admiré tout un tas d’animaux marins dont un superbe requin. En cours de route, j’ai rencontré Pascalle, une française paraplégique …. et qui fait du surf.
http://www.youtube.com/watch?v=PkLgSPbWVIw
Après ce trip incroyable j’entamerais une procédure prud’homale contre les escrocs de Derby qui se terminera 2 mois plus tard au téléphone sur la plage de Bondi Beach.
Après 16 mois d’été enfin arrive le printemps, qui dit printemps dit apéro et c’est alors que me vient l’idée de rencontrer les auditeurs d’Allo la planète qui seront sur ma route, et c’est alors que j’aurais le privilège de rencontrer Aude, Amine et Chloé pour un bingo torride. Durant mes 3 semaines passées à Perth j’ai bossé comme poissonnier, cuisinier, plongeur, serveur….. Puis intervient une folie personnelle qui m’a envoyé vers le Japon et les États unis pour une période de 3 semaines, un voyage incroyable à surfer sur la vague du temps. En plus cette aventure m’aura permis de faire la rencontre de Marc Gregor et Laura a Ann Arbor du chat photographe et Toufik à Tokyo, oui oui grâce a ALP.
A mon retour à Melbourne, j’y retrouve 3 vieux amis Pierrot, Jérôme et Sophie, rencontre encore de nouvelles têtes, Ilanit et Marie. Puis un fabuleux road trip m’aura conduit jusqu’à Sydney où j’ai eu la chance incroyable de bosser tout décembre en cuisinier freelance sur Sydney et dans les blue mountains pour finir en apothéose le soir du réveillon.

En arrivant à Melbourne, après 1 an de pérégrinations aventureuses entre l’Europe et l’Asie, inutile de préciser, que j’étais à sec, mon compte affichait 500 euros, 1 an plus tard, après avoir vécu toutes ces aventures et bien d’autres…… mon compte et moi sommes prêts pour de nouveaux challenges….
L’  Australie, oui c’est fini, oui ça me fait quelque chose,  mais je me tourne vers une autre partie du monde….. et ça s’annonce explosif !!!!
Merci à tous, thank you so much!!!!

DSCN3536 DSCN3579 DSCN3685 969083_604912086188272_2109986069_n RSCN2976

Alors , on en parle ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s