Darwin

Image

A une cinquantaine de kilomètres  au nord d’ Alice Springs, on passe le tropique du Capricorne et à environ 200 kms  au sud de Catherine,  la végétation verdit  et grandit jusqu’ à  devenir de la forêt tropicale .L’  humidité dans l’ air augmente  et la chaleur devient étouffante, heureusement de nombreux “hot springs” arrosent la région offrant de véritables oasis naturels où  se baigner et admirer les couleurs de la végétation et la faune locale. L eau, d’  un bleu cristallin jailli a 34C, parfait pour se remettre des kilomètres avalés  dans la poussière. L’ effet psychique d’ un tel endroit lorsque l’ on a passe les dernières semaines dans des lieux secs et hostiles à  la survie est indescriptible. Mais c’ est ici que commence l’habitat des crocodiles. Il en existe 2 sortes. L’  un le Freshwater, n’ est pas dangereux pour l homme, il ne faut évidemment pas le taquiner , mais il choisira la fuite à la confrontation. L’  autre,  c’ est le Salt water crocodile,  ou Estuarina, celui là est vraiment dangereux. Si vous en voyez de près, c’ est parce que lui ‘l a choisi et c’ est pas pour vous souhaiter la bienvenue. Vous êtes une proie, et si il a déjà mange,  il vous tue et vous garde pour plus tard. Bref il faut à  tout prix ne pas les croiser,  mais difficile de savoir où  ils se cachent. Les rangers survolent les zones à risques,  placent des piges, des leurres. Mais des accident arrivent  régulièrement. Comme son nom l’ indique,  il vit en mer, mais s’ avance dans les estuaires de plusieurs centaines de kilomètres. Il peut mesurer jusqu’ à  6 mètres et peser une tonne, rapide comme l’ éclair , ses assauts ne laissent aucune chance à son diner. Protégé, il prolifère,  mais les autorités tentent de le contrôler  . Quand il y en  a trop,  il sont prélevés et amenés  dans une ferme à crocodile où  ils seront transformés en sac a main. Ou alors,  ils les rendent méfiants à l’ humain , les harponnent et les relâchent. Je resterai  3 jours à  Mataranka,  cet oasis surnaturel et envoûtant , je postulerai  même, en vain, a un job. Arrivé à Catherine, je retrouve mes 2 petits japonnais qui travaillent ici.  On passe la journée a se promener et je rencontre en quelques heures seulement, plein de Francais et d’ Italiens à la recherche de boulot…. Je retombe dans l’ ambiance Shepparton du début… Le même soir, mes amis de la Coco”s troup me retrouvent , nous filons voir Erika dans sa ferme de pastèques. On tentera en vain de se faire embaucher. On passera 2 jours ici à profiter des sources et du farniente. Puis la route nous rappelle,  direction Darwin… Coco, Lili et Kim veulent y rester et trouver du boulot , à l instar de milliers de “Backapackers” allemands, francais, norvegiens… Darwin est sur la route du flux migratoire de tous… Certes il y a du boulot, mais pas pour tout le monde. La municipalité de Darwin et l’ état ont l’ ambition de faire de Darwin une mégalopole de plus d’ 1 million et demi d’ habitants dans les prochaines décennies. Des chantiers sont en cours partout. Darwin city est en fait un gros village, entouré d’ autres petites localités,  les travaux en cours ont pour but de faire une seule et unique ville. Ce qui a pris des décennies, voire des siècles pour les grandes villes européennes, ici ils veulent le faire en 20 ans. L’ Australie a la folie des grandeurs et en a les moyens . Mais ici , la  recherche de travail est un  business en soi. De nombreux “backpackers” sont attirés par une impression d’ Eldorado économique, qui est certes justifiée, mais qui ne peut combler les demandes de ces milliers de jeunes sans expérience qui déboulent chaque semaine.  Alors des agences, des hôtels se spécialisent dans “emplyment industry” Donne moi 50 dol et je te donne du travail. Alors ils vous donnent  du boulot pour 1 , 2 ou 3 jours dans des entreprises avec lesquelles ils travaillent qui ont  besoin de main d’œuvre pas cher, et ensuite plus rien, en vous disant que vous auriez dû  mieux travailler pour garder le job qu’ ils vous ont donné. Mais si vous voulez encore essayer…. c’ est facile…c est 100 dollars. Mon souhait n’ est pas de rester a Darwin,  je compte me rendre a Broome , où  j’ ai un contact avec une compagnie de pêche de perles d’ huitres. A suivre. Mais quant à passer quelques jours ici et découvrir…  Pourquoi pas. Une semaine dans un hôtel basique , en dortoir coûte  180 dollars. Mais j’ ai rencontre grâce au site Gum tree, (le bon coin australien), Julius. Julius, en échange de quelques heures de travail quotidien, met à disposition sa voiture,  son scooter,  sa moto,  son zodiac et ses 2 bateaux…. Je le rencontre des mon arrivée, le courant passe très bien très vite, mais je dois dire que c est un personnage le Julius. Le bateau sur lequel je suis censé vivre est en pleine mer,  il faut jongler avec les marées pour sortir ou rentrer du port avec le petit zodiac qui prend l’ eau. Les derniers gars, qu il a accueilli  se sont plantés dans le sable a 3 heures du matin. Ils ont appelé Julius à la rescousse,  mais impuissant,  iI n’ a pu que constater la situation depuis la jetée en attendant que la marée monte , libérant ainsi les 2 terrifiés .Ils sont restes 2 heures ainsi à bord de la coquille de noix. Je vous ai parlé  des crocodiles ??? Ici, c’  est contrôlé,  mais le risque est grand et personne ne va à l’eau, lorsque  vous naviguez, attention à ne pas laisser une main par dessus bord,  attention à ne pas accoster , débarquer ou embarquer à  des heures régulières au même endroit. Ce sont des chasseurs et vous êtes une proie, même si vous n’ êtes pas supposé en voir,  il faut toujours garder çà  à l’ esprit.  Voilà les règles de base.  De plus, ici, c est infesté  de “sting box” méduse boite, dont la  brûlure  provoque un arrêt cardiaque et si vous échappez a ça , alors peut être aurez vous la chance de rencontrer un requin. Mais nous, en une semaine on a eu la chance de ne voir que 2 superbes dauphins, vraiment très près du bateau. Spectacle magique !! Nous, oui car j ai embarqué  la Coco’s team avec moi. Et comme le bateau est un peu petit,  il ma fallu poser la tente sur son toit, c est la première fois que je campe en pleine mer…. Tout ça c est bien cool !!! Pour quelques jours, car sur le bateau il n’ y a aucun confort et les moustiques font les 3 /8 et ils sont super agressifs. De plus au moment du coucher du soleil, les « sands flies’s »  s’en mêlent, et là ça devient l enfer. Ces petites bestioles presque invisibles vous urinent dessus et provoquent de terribles démangeaisons. Si vous ajoutez à ça  l’ humidité de l air,  la chaleur et le fait de pas avoir de douche…..c est vraiment , mais vraiment la galère. En plus, au lieu de bosser sur l’ un des bateaux et d’ apprendre des choses intéressantes,  Julius nous demande de l’ aider à nettoyer un gymnase le soir. Sympa mais inintéressant.  Mais ce monsieur , super gentil, a besoin de nous alors on veut pas le laisser tomber…mais pffffff y en a marre. Coco et moi, on a trouve un boulot , on est débroussailleurs de bush. Sûrement le travail le plus dur de ma vie. L’ effort physique additionné à la chaleur rendent exténuante  une journée de 7 heures de travail durant laquelle  on absorbe 6 litres d eau chacun.  Heureusement c’ est bien payé,  25 dol par heure,(20 euros). Mais en même temps, on prend vraiment des risques, Coco a , à 2 reprises mis un coup de tête par accident dans 2 nids  de guêpes. Piqué une vingtaine  de fois. Heureusement il est costaud et  elles pas puissantes. Mais on tombe toujours nez a nez avec des araignées de toutes tailles, couleurs et formes. Puis il y des fourmis, pas agressives mais tellement belles. Enfin il y a les serpents, et là  par contre faut pas déconner ! Ici habitent  des pythons sans danger ,mais aussi les plus venimeux du monde. Du fait que l’on travaille vêtus des pieds à la tête, et que les crochets des serpents australiens sont petits, en théorie, on est safe…..mais il faut garder tout ça à l’ esprit… Mais on le vit bien… Samedi on déménage chez le jardinier qui nous loge  sur place pour bosser avec lui et donner un coup de main à sa femme. Je voulais rester que quelques jours, apparemment ce sera plus long…..

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.601184756561005.1073741842.334038009942349&type=1&l=2b2987810fImageImage

Alors , on en parle ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s