Melbourne

Après déjà précisément 2 mois aujourd’hui en Australie, c’est la première fois que je vais écrire à ce sujet. Il s’ en est passé des choses et,  afin de garder une certaine cohérence et, surtout parce que j’ ai vraiment envie que ceux qui liront ces lignes comprennent aussi bien les différents états d’esprit par lesquels je suis passé, que pourquoi j’ai pris telle ou telle décision. Je raconterai donc cet épisode sous la forme d’ un journal, jour après jour, en tâchant de n’ oublier aucune rencontre et en négligeant un minimum de détails. C’ est parti : 8 janvier. 00H10 aéroport de Melbourne. C’ était donc le cœur gros que j’ ai quitté l’ Indonésie,  17 heures auparavant. 7 heures pour en réalité parcourir 6000 kms. Mais mon vol avait une escale à Kuala Lampur, la capitale malaise située a plusieurs milliers de kilomètres au nord ouest, soit dans la direction diamétralement opposée En Indonésie je m’étais fait de nouveaux amis, rencontré des gens incroyables , vécu l’aventure ainsi qu’ une belle histoire. Du rêve pendant 1 mois… Mais maintenant une page se tourne. Interdiction vitale de regarder en arrière, alors…. EN AVANT MARCHE !!!  Le temps de vol m’a laissé  le temps de faire mes comptes financiers et mon bilan personnel: J’ ai 500 dollars  dans la poche gauche et …. rien dans la droite et comme seule compagnie, une rage de dent. . Ma première nuit en Australie je la passerais sur un banc ,a l’ aéroport. Réveillé très tôt par un courant d’air froid, je me lève en titubant comme si j’avais picole sévère, mais c’ est juste que je suis complètement épuisé, ça fait un total de 3 nuits que je ne dors presque pas, entre les changement de bus et d’ avion. Malgré ce manque de sommeil accumulé, il m’est impossible de dormir ici. Il est 5h, le service de bus commence juste, on me demande 17 dollars pour un trajet de 20 min, j’ étais habitué à traverser des continents à ce prix là. Lorsque j’ arrive en ville, j’ ai vraiment besoin de dormir, c’ est une nécessité absolue, j’ y vois rien, n’ entend rien, j’ ai vraiment du mal a marcher…. Ah un banc !! Le lit le plus confortable du monde, lui et moi devenons tout de suite potes… Je suis dans le hall de la gare de Melbourne et je tombe dans un coma profond pour me réveiller 5 heures plus tard. La foule trépidante a remplacé l’ équipe de nettoyage dont les palabres lointains m’ avaient servi d’ oraison Morphique . Je me trouve en meilleure forme mais complétement assommé et il me faudra une bonne minute qui me paraitra un siècle avant de réaliser où je suis et comment j’ y suis arrivé. Les gens n’ont pas l’ air surpris de voir un zombie frisé qui apparemment ne sait absolument pas d’où il vient. Certains me lancent même des “hi man, how are you doing ?” Évidement mon temps de réaction était nettement supérieur au temps nécessaire à ces types pour parcourir les 50 mètres qui nous séparaient de la sortie. En fait, essayez de repenser àça  quand vous vous réveillerez demain matin dans votre lit et imaginez que vous êtes dans un hall,  gare de Lyon, à 11 h du mat.. Sensation garantie. Après quelques siècles de récupération, je me sens enfin bien et prêt affronter la grande ville. Il me faut gagner de l’argent au plus vite, et pour ça j’ai l intention de travailler dans le “fruit picking” cueillette de fruits. Une des activités des plus lucratives bien connues des voyageurs. L’ Australie est célèbre pour fournir énormément de travail et de surcroit, très bien paye. Cette activité est tellement développée que le gouvernement a mis an place un numéro gratuit qui fonctionne 7 jours sur sept. Mon plan est clair et précis: Trouver un hôtel pour une nuit ou 2, acheter un téléphone, appeler la hotline ”picking”, ouvrir un compte en banque et partir bosser. Simple et efficace… Évidemment ça se passera pas comme ça….. Après quelques heures de déambulation citadine, à demander aux gens des conseils pour trouver un bon hôtel, je débarque au Old Johns Queen,  pub hostel. Le patron est sympa et le dortoir de 12 est a 17 dollars, j’en prend pour 2 nuits. Une douche rapide et c’est parti pour trouver une carte SIM, je vais dans un Seven Eleven, (sorte d’ épicerie/bureau de tabac ouvert 24h24)je demande conseil à la vendeuse , et me voila titulaire de mon premier téléphone Australien….. Youpi ,enfin ça me coute 50 dollars quand même… Ensuite il ne faut une banque, d’ après mes recherches antérieures sur internet, une bonne option sera la West Pac, je trouve une agence rapidement, et j’ ouvre un compte en 20 minutes mais il me faut encore dépenser 50 dollars…. Tout se passe comme sur des roulettes, et il est temps maintenant d’ appeler ce fameux numéro. Je suis sûr qu’ ils vont me donner des conseils, voire déjà une adresse ou aller bosser dans les prochains jours.  J’appelle. Moi—– Bonjour, je m’ appelle David, je suis Français, je viens d’ arriver en Australie, j’ ai besoin de travailler urgemment, je suis prêt à aller n’ importe où en Australie à partir de maintenant. J’ai de l’ expérience et une excellente condition physique.  Bureau—- Désolé , toute l’ Australie brûle, restez à Melbourne, ne bougez pas et rappelez dans un mois. Moi—- Attendez, vous comprenez pas, je suis prêt à aller n’ importe où en Australie ! Ce pays grand comme toute l’Europe. Il y a forcément une zone où on peut bosser. Bureau— Non, restez a Melbourne et rappellez dans un mois..  Alors là c’est le clash, je m’ attendais pas à ça. Ça me met un coup au moral et j’ angoisse même. Je rentre à l’ hôtel, sur la route je m’ arrête manger un morceau, j’ ai très faim mais resterais dessus malgré les 14 dollars que je dépense pour un schnitzel.. C’ est à 19 heures, en rentrant à l’ hôtel que je prend pleinement conscience de la situation, les autres “backpackers” ou gens comme moi (plus ou moins) sont rentres, Ils sont tous à la recherche de boulot,  comme moi, tous fauchés comme moi (plus ou moins) certains sont là  depuis plusieurs mois, et pensent rentrer à la maison, ayant déjà leur billet retour …. eux. Pour moi, cette solution est impossible. C’ est ma première journée en Australie, j’ ai déjà dépensé 200 dollars, il ne m’ en reste que 300 et pas l’ ombre d’ une perspective d’ espoir d’ apercevoir du travail dans les prochains jours et j’ ai de plus en plus mal aux dents….
9 janvier.
Lorsque j’ arrive à décoller la chape de plomb qui pèse sur mes paupières, il est déjà 11h.

Le vacarme des allées- venues et des ébats amoureux de mes compagnons de chambre n’ aura pas réussi  à enrayer
cette chute vertigineuse vers les abysses de la récupération. Et c’ est tant mieux !!!
Car bien qu’ énervé d’ avoir raté  le petit dej gratuit de l’ hôtel,  je suis maintenant en pleine forme prêt
a prendre le taureau par les cornes. Mon objectif d’ aujourd’hui est de rencontrer et parler a un
maximum de gens pour faire un état des lieux a jour et précis de la situation.
Dans ce genre de cas, il faut garder a l esprit que tout le monde connait quelqu un qui connait qui
connait quelqu un qui a …..ce que vous cherchez.
Dans le même temps, je dois passer en ce que j’ appelle , “le mode survie”
, c est a dire dépenser le minimum d argent.
Il n est donc pas question de payer une nuit de plus dans cet hôtel, ce soir estvdekja paye mais
demain…??Iil me faut alors trouver un endroit gratuit pour dormir. Et dans ce cas la, je m’ interdis le
couch surfing et toute autre proposition hospitalière.
Pourquoi???
Même si je suis adepte de l’ entraide humaine,  dans ce cas là, demander assistance a quelqu’un
reviendrait à mendier, et heureusement , j’ai encore d’ autres ressources.
Je me suis mis seul dans cette situation , je m’en sortirais seul.
Une amie de Sydney m’ a invite chez elle, j ai refusé , prétextant vouloir voyager dans l’autre sens.
Je dois faire en sorte de rester en bonne santé pour le moins cher possible. En gardant à l’ esprit que cette
situation pourra durer plusieurs semaines.
Je sais que mon corps a besoin de 2000 calories par jour,  en situation normale pour garder l’ équilibre.
Habitué à organiser des treks de plusieurs jours, je connais les valeurs nutritionnelles de certains
aliments, de plus en Australie les fast food ont l’ obligation d’afficher les valeurs énergétiques des
menus.
Je me fixe donc un objectif de 1700 calories par jour,  ce qui me permettra de tenir ainsi sans faiblir
pendant plusieurs mois.
Un repas en fast food en apporte environ la moitié..
Ensuite il me faudra veiller à manger 1 ou 2 fruits par jour pour les sels minéraux et vitamines plus
quelques centaines de calories  supplémentaires ..
Puis manger un féculent,  genre pâte chinoise ou pain (en évitant les fibres) pour caler tout ça et
apporter l’ énergie manquante.
J’ avais déjà utilisée cette méthode un hiver en Norvège , certes pas très excitante, elle permet un
certain équilibre à moindre coût, dans ce cas ,elle me permettra de manger pour moins de 10 dollars
par jour.
Le problème qui m’ inquiète le plus, a ce moment, et qui a failli me faire craquer plus d’ une fois, c’
est ma dent de sagesse cassée.
Alors ça, c est la galère… prévisible mais pas prévu et maintenant impossible !! Mais pourquoi j’
ai pas réglé ça avant… ça c’ est ma boulette de l’ année…
Ma chance, c’ est qu’ elle est cassée,  je peux donc contrôler l’ infection.
Attention aux gens sensibles et à ceux qui ont déjà eu mal aux dents pour les lignes qui suivent.
L’ impossibilité de me faire soigner par un professionnel devant  peut être attendre plusieurs mois,  je
dois donc contrôler et limiter la prise d’ anti- inflammatoires et de médicaments
Pour calmer la douleur et empêcher l’ infection des dents il existe le clou de girofle, d’ ailleurs la
plupart des produits qu’ utilisent les dentistes en sont à base.
J’ achète alors tout simplement un flacon de cet épice, que je mâche quelques minutes,  jusque qu’à  ce qu’
il ramollisse et alors je le rentre délicatement à l’ intérieur de la dent , en essayant de ne pas toucher
de zones sensibles, mais c’ est impossible,  et alors à chaque fois….. j en pleure de douleur. Mais
après quelques minutes, la douleur passe, l’anesthesie locale agit et je suis tranquille pour quelques heures
…jusqu à la prochaine crise, ou il faudra changer le pansement, alors la, je vais dans n’ importe quelles
toilettes, me lave les dents, enlève le vieux , fait saigner la gencive autour, désinfecte à l’ aide d’ un
coton tige imbibé d’ alcool, pleure, mâche un clou et l’ enfonce,  pleure , respire et retourne vaquer à
mes occupations.
Ça durera 5 maudites semaines.
Bref aujourd’hui,  malgré le fait  que je voudrais m’ enfouir sous une couette avec une gentille
infirmière, ne penser à rien et attendre que ça passe, il me faut arpenter les rues de cette ville, parler
avec un maximum de gens,  sourire et rigoler….
Ce que je ferai donc.
A la fin de la journée,  je me suis fait une idée claire de la situation, rencontré des tas de gens, mais
surtout Kevin, un architecte Français,  passionné de franc maçonnerie, avec qui, dès nos premières
conversation,  des atomes crochus sont apparus.
On passera la soirée à profiter de la vie artistique des rues de Melbourne. Guitaristes,
jongleurs, clowns, théâtres, magie, acrobatie,  humour et sensations….Bref les rues de cette ville sont
emplies de gens merveilleux venues de tous continents et qui offrent de façon spontanée leur art.
Une ville qui permet ça est une ville qui a compris comment rester vivante et ne pas devenir qu’ un
musée triste et ennuyeux. (Message pour bon nombre de villes Françaises)
Melbourne est la capitale sportive et culturelle de l’ Australie, avec ses 4 millions d habitants elle en
est la 2eme plus grande et, c’ est aussi la première au classement mondiale des villes ou vivre. Les
premières places de ce classement sont occupées par des cités Australiennes et Canadiennes, Sydney
en 3 ème  position, le Mans et Nevers loin(s) derrières.
Un centre ville coloré et spacieux, des architectures de tous types qui se rencontrent, se
chevauchent parfois, une population dynamique et “easy going” ,une vie culturelle intense, la plage
en Tramway, des parcs, une cuisine internationale riche et pas chère….
Moi j’ ai adoré…. surtout les parcs….
Ce soir j’ ai encore une nuit déjà payée à l’ hôtel,  je rentre de bonne heure, me gave de pâtes
chinoises et écoute les péripéties  de mes partenaires de galère…
Demain  est un autre jour….

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.575957625750385.1073741830.334038009942349&type=1&l=15449092edImageImageImage

Alors , on en parle ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s