Tonghai, là où j’ étais prof d’ anglais !

Rigolez pas, c’ est vrai, et apparemment,  je m’ en suis pas mal sorti… L occasion d’ avoir mon second accident de la route, impressionnant mais sans gravité. Prof d anglais et alibi pour adultère seront les fonctions et l’ occasion de vraiment découvrir la culture de la classe moyenne chinoise.
Albert, 40 ans, a créé il y a 12 ans son école d’ anglais. Il y est l’ unique professeur et enseigne à des enfants de 4 a 17 ans. Il aime accueillir des étrangers  pour l’ assister dans cette besogne. C’ est Daniella, une slovaque rencontrée en chemin qui m’ a refilé le tuyau. Je suis donc allé passer une semaine chez lui à Tonghai, dans le sud du Yunnan.
Venu me chercher à la gare routière, ou mon bus …
avait 2 heures de retard en raison d’ un accident dont nous avons été victimes.

A l’ arrêt à la sortie de l’ autoroute, soudain un choc violent a propulsé notre bus de plusieurs mètres en avant, le chauffeur pris de panique a alors appuyé sur le champignon et s’ est mis à slalomer à travers le trafic , défonce la barrière de péage , jusqu’ à ce qu’ un passager aille tirer le frein à main pour stopper sa course folle. Panique à bord,  au milieu de la fumée provoquée par l’ explosion du radiateur, tout le monde se bouscule pour s’ échapper du bus que nous croyons en flammes, tous,  sauf une vielle femme,  coincée a l’ arrière, les jambes bloquées par les sièges écrasés. Elle gémit et saigne. Les secours mettront presque une demie heure à venir la désincarcérer. Plus de peur que de mal, elle n est que légèrement blessée.
Mais aucune trace de ce qui nous est rentré dedans, et qui a du rester sur place alors que nous avons volé plusieurs centaines de mètres  plus loin.
Mais vu l’ampleur du choc et l’ état de notre bus…..
C’ est mon deuxième accident en 6 semaines, le premier était un choc frontal dans les montagnes du Sichuan, encore une fois sans plus de gravité qu un retard de quelques heures.
Donc après ces péripéties je pars déjeuner avec Albert. Une jeune femme nous rejoint, sa maitresse…
Nous faisons connaissance, mangeons un délicieux repas avant d’ aller visiter le temple de la ville. Le plus beau que j’ ai eu l’ occasion de voir et pourtant inconnu des touristes.

La petite ville de Tonghai a un petit gout de midi de la France,  avec ses anciens qui jouent aux cartes , aux échecs ou fument leur gigantesque pipe à eau sur les places publiques.
Grâce à Albert, j’ aurai l’ occasion de me perfectionner aux échecs, si bien qu’ après quelques jours, plus personne ne voudra jouer avec moi de peur que je gagne, ce qui serait un grand déshonneur.
Perdre aux échecs chinois contre un étranger, dans la culture chinoise est quelque chose de terrible, car perdre la face est la pire chose qui puisse arriver.

Le soir, repas avec la femme, le fils et des amis d Albert. Puis je dois donner un cours de conversation à une jeune et charmante étudiante.
Sympa le job.
Le soir je campe dans la salle de classe, où débarqueront 40 gosses le lendemain à 8 heures, me surprenant presque en train de dormir. C’ est avec ma tente dans la salle que l’on commencera le cours. Mémorable.
Quel plaisir d’ enseigner à ces mômes, vraiment je m’ y éclate et eux aussi. Je renouvellerai, pour sûr, l’expérience.
Les cours ont lieu la journée le week end et le soir en semaine, entre temps sous prétexte de me faire visiter le coin, on part en balade avec Albert et Anna, couple illégal…
Anna est une femme de 32 ans, mariée et mère d Alice qui elle, a 6 ans et est l’ élève d’Albert.
La situation, plutôt cocasse, sera l’occasion pour moi de passer une semaine au cœur de la culture familiale et extra conjugale chinoise.
Ils me feront gouter et découvrir plus de cuisine que dans tout le reste de mon voyage. On ira même jusqu’à manger chez les parents d’ Anna, prétextant me faire découvrir leur village et style de vie. Gonflés quand même…

En novembre, en France c’ est la saison des châtaignes , ici celle du chien. C’est la meilleure pour en manger.
Au marché, vous pouvez alors voir  des cyclo pousse auxquels sont attachés nos meilleurs amis qui suivent gaiement en remuant la queue leur maitre vendeur ou acheteur.
J’ avoue que de voir ça m’ a déchiré le cœur, mais pourquoi accepter de manger plus de vache, ou de cochon élevés dans des conditions lamentables que ces chiens élevés en liberté  ????
Par contre,  les parents d Anna sont les propriétaires de chiens « d’ornement’. 2 molosses retenus en captivité dans 2 cages minuscules à l’ entrée de la maison. Ils ne voient jamais le jour ni ne sortent et aboient, de leur voix usée et fatiguée ,à longueur de journée.
Pourquoi ? Quel est l’ intérêt ?
A ces questions ,on me répond :
« for fun »
Alors tranquillement,  j’ essaie de comprendre et de poser des questions afin de mettre en évidence la stupidité du fait, mais bien sûr je sais que c ‘est inutile.
Lors d’ un trajet en stop, j’ai été pris par 2 types qui transportaient 2 gros chiens, genre bouvier Bernois.
Gisants à l’ arrière du van, leurs yeux étaient injectés de sang et il m’ a fallu une demi heure pour m’ apercevoir de leur présence,  tellement ils étaient amorphes. Je m’interrogeais alors. Mais personne ne parlait anglais. Je pensais que ces chiens étaient destinés à la vente et qu’ ils étaient la raison de ce voyage qui dura pour eux 40 heures.
Durant les 20 heures que je passais dans cette bagnole, on ne sortit qu’ une seule fois les pauvres bêtes, qui devaient se trainer plutôt que marcher pour aller faire leurs besoins et absorber la soupe qu’ on leur a servie.
Pourquoi ? Sûrement juste for fun.

Albert me fera rencontrer des tas de gens super, on passera une soirée avec des membres du parti a boire de la bière et débattre sur l’ avenir de la Chine,  du conflit sino-japonais… . L’ un d’ eux me remettra de manière très cérémoniale  un billet de 1 yuan, pour Sarkozy pour qui il a beaucoup de pitié. Grand moment.
J’ aurais également l’ occasion de consulter un médecin traditionnel chinois pour des problèmes intestinaux liés à l’opulence de la nourriture, sa première question étant destinée à me proposer une cigarette… Je suis ressorti avec 2 gros sacs d’ herbes et autres médecines que je devais absorber en tisane, et ça pour pas un rond.
Je n’ ai bu qu’ une fois l’ affreux breuvage et ça fait maintenant 3 jours que j’ emmagasine la nourriture sans la « redistribuer ».
Bref,  entre partie de volley, badminton, échec, bière, resto et cours d’ anglais, je me serais vraiment éclaté avec Albert.
Merci.
J’ ai donc repris la route sous la pluie,  direction le sud,  pour gagner la Thaïlande ou le Laos et continuer ce périple. Mais je dois gagner rapidement l’ Australie car le ding ding de mes poches se fait de plus en plus lointain et silencieux.
Il parait que les soucis de voyageurs font rêver les sédentaires, si les miens qui sont financiers vous font rêver, sachez qu’ ils sont à vendre.
A bientôt pour de nouvelles aventures.

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.521758834503598.126829.334038009942349&type=1&l=3eba7c7c80ImageImage

Alors , on en parle ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s