Konohana Family

Après avoir passé 2 mois sur les routes de la tumultueuse Chine, je savoure pleinement le calme et la propreté du Laos, je savoure mais malheureusement je dois accélérer le mouvement car je n’ai plus beaucoup d’argent. Je dois donc gagner l’Australie au plus vite afin de m’y refaire une santé financière.
C’est donc avec regret que je me mets sur la route à Luang pra bang direction Bangkok, 1500km plus au sud.
La chance sera avec moi encore une fois car à peine le pouce posté, un énorme 4×4 se gare. Un petit bonhomme chevelu d’une 50aine d’années en sort, il s’appelle “Shon”, il va à Bangkok. Alors que je suis en sa compagnie depuis peu, Shon sort de sa poche une chose que je reconnait être une dent de tigre, il me dit qu’il en a plein le coffre….
oups!!!!
Il me dit, de but en blanc,  qu’il est antiquaire et qu’il est allé au Laos pour acheter ça: des oreilles et des pénis d’éléphants ainsi que des bois exotiques rares. Il me met au courant à peine suis je monté dans son camion voiture.
Au delà des risques encourus à traverser une frontière avec ce genre de chargement, cela me pose un énorme cas de conscience.
Les risques une fois mesurés s’avèrent vraiment minimes me concernant, quant à ma conscience je l’apaise en me disant que je ne suis pas acheteur et que ce n’est pas parce que je ne serais pas là que ça changera quelque chose et puis, vous en conviendrez, c’est l’ occasion de découvrir un milieu mystifié par nos médias.
Ma décision est prise instantanément, je reste à bord. Du coup c’est parti avec « Shon » pour 2 jours de route à travers le nord du Laos et de la Thaïlande.
2 jours où il paiera pour tout, bouffe, hôtel, cigarettes etc… Ce serait une insulte à son égard si j’essayais de refuser ou de payer, c’est la loi du supérieur et du soumis, je suis le soumis.
Dans ces régions, le plus vieux, le plus expérimenté, le plus riche ou le local a l’amont sur l’autre.
Ce pouvoir s’exprime par un grand respect de la part du soumis envers le « gradé » et par le fait que le « gradé » doit partager ses richesses et connaissances. La philosophie confucéenne qui a façonné en partie la mentalité environnante, qui dit que toute société fonctionnera tant que chacun gardera sa place en son sein, aide beaucoup la mise en pratique de cette tradition.
Bref je serai traité comme un roi mais considéré comme un rat.
J’exagére bien sûr, mais c’est l’idée.
En tous cas il sera ravi de me faire découvrir les particularités de son métier et de son pays et j’en serai enchanté.
Le premier jour nous ferons étape à Vang vieng. Haut-lieu de la débauche occidentale, connue pour son activité phare « le tubing ».
Le tubing consiste à louer une chambre à air de tracteur et descendre la rivière avec.
Youpi! ça à l’air super!
Oui, mais…..
La descente de 3 km est parsemée de bars, il suffit de héler un serveur, qui vous jettera une bouée, pour vous tirer vous et vos amis jusqu’à lui. De là vous pouvez commander des jus de fruits ou un coca, mais aussi de la bière, des cocktails boostés au champi, à l’opium ou aux amphet… et après quand vous êtes bien défoncés, vous retournez à l’eau.
On parle de 20 morts par jour….
Évidemment je ne crois pas en ce chiffre, mais il y a énormément d’accidents et beaucoup y restent. Le gouvernement, sous la pression des ambassades occidentales, avait interdit cette pratique, mais c’est tellement lucratif qu’elle perdure quand même.
Bref dans ce petit village, on y vient pour s’éclater la tronche.
Toutes les activités sont proposées, rafting, conoing, quading, blairing (action qui consiste à faire le blaireau sur un bateau à moteur, affublé d’un gilet de sauvetage alors que les gosses du coin jouent à poil à côté). Je sais pas qui a le plus de fun, entre les gens sur le bateau et les gens qui regardent ça.
Après une journée d’aventure soft » comme ils disent, vous allez vous relaxer dans les Tv bars, qui diffusent Friends ou les Simpson en boucle en vous servant des « happy shake ».
Je ne sais pas si les gens qui viennent en vacances ici savent réellement où ils sont. Aucun respect ni même le moindre intérêt pour les populations locales et l’environnement qu’il viennent contribuer à détruire.
Les gens qui sont nés ici, ont vu débarquer il y a une 10aine d’années, ces zombies drogués et torses poils, venus avec leurs dollars les pervertir et les assouvir à l’argent, dont ils n’avaient pas besoin jusque là. Aujourd’hui complétement dépendants économiques du tourisme, ils sont prêts à tout pour gratter quelques miettes. Ce qui rend cet endroit nauséabond, à mes yeux.
Bref on ne sera que de passage ici, le lendemain matin, direction Bangkok, à 700 km, mais avant il y a la frontière.
Je demande à « Shon » si il est inquiet, il me répond:
_Do you know , what corruption means?
-unfortunately , I had to experience it before
– so, wait and see.
On arrive à la douane, il doit remplir tout un tas de papiers pour la voiture et moi, je dois juste obtenir 2 tampons. Un pour la sortie du Laos, l’autre pour l’entrée en Thaïlande.
En tant qu’Européen, on a droit à 15 jours gratuits si on rentre par la route et 60 jours si on arrive en avion.
Je n’aurais aucun problème et les douaniers seront extras des 2 côtés.
Pour mon ami, ce sera un peu plus épique.
Il cherche la petite bête sur tout, la voiture trop longue, le passeport froissé, l’heure tardive, la raie du mauvais côté…..
A chaque étape, une remarque qui devra entraîner une inspection plus approfondie du véhicule et des papiers disent-ils. Pas de problème, une main se glisse dans une poche et vient serrer celle du fonctionnaire, sans aucune discrétion ni émotion particulière et soudainement tout s’arrange.
Et voilà comment nous passons le pont de la liberté où dès l’autre côté, nous devrons rouler à gauche.
Nous arriverons à Bangkok le soir à minuit, il m’invitera à dormir chez lui.
Tout au long de ces 2 jours, à chaque fois que je lui disais que quelque chose avait l’air bon ou était beau, il s’arrêtait l’acheter pour me l’offrir. Je n’ai donc pas osé lui dire que sa femme était superbe mais pourtant elle l’était.
Shon et sa femme Ni, ont tous les deux 48 ans et ont 2 garçons de 20 et 24 ans.
Ils avaient une fabrique de vêtements avant, mais ont du fermer en 1998, après l’adoption de la constitution de 97 qui légifère le travail des enfants de moins 16 ans….
Ensuite « Shon » a commencé son business. Vous allez me dire que je n’aurais pas du rester avec eux, qui exploitaient des gosses et maintenant participent à l’extinction d’espèces protégées.
Mais encore une fois, c’était l’occasion pour moi, de voir de l’intérieur et avec mes propres yeux les acteurs de ces choses dont on entend parler depuis toujours sans savoir vraiment ce qu’il y a derrière.
« Shon » m’assure qu’il ne se fournit que sur des animaux morts naturellement, comment peut il le savoir?? à cette question, il me répond: « la confiance »
Avec son allure de hippie des 60’s, on est loin du cliché stéréotype que l’on a de ce genre de personnage.
Ils vivent dans un quartier résidentiel de Bangkok où la classe moyenne y est le plus représenté.
Il me fait visiter son atelier et son grenier où des têtes d’animaux en tout genre sont exposées, ainsi qu’un pénis d’éléphant, qu’il fait sécher pour vendre ensuite aux Chinois qui en sont friands.
Bref, ces 3 jours en sa compagnie auront été riches en aventures, en nouvelles connaissances et expériences.
Mais il est temps pour moi de continuer mon chemin.

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.521768467835968.126833.334038009942349&type=1&l=6b045cdaae

ImageImageImageImageImage

Alors , on en parle ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s