Irkustk, cœur de la Sibérie!!

Comme vous le voyez, le voyage nous aura permis de trouver notre voie. La vie a besoin d’un but et le nôtre sera de défendre le droit des sardines. Il parait qu’il y a des émanations de gaz hilarants autour du Baïkal. Je vous avais laissés sur le quai de la gare d’Irkutsk la dernière fois et c’est dans cette même ville que je vous écris aujourd’hui. Bien que sans grand intérêt, pour nous elle est un carrefour. La vie nocturne est inexistante et on ne peut pas dire que ce soit vraiment une belle ville. On aura passé 2 jours avec Rutch à errer dans ses rues. Le lundi en short claquettes sous trente degrés et le lendemain sous la neige. Incroyable! Le premier jour on a marché environ 15 kilomètres le long de la rivière Angara pour arriver au plus gros barrage de la région. Malgré l’attrait que ce lieu pourrait avoir, aucun soin n’est pris, ni par les habitants ni par les autorités pour essayer de le rendre agréable. Aucun arbre, de la terre battue séchée et jonchée de seringues. Irkutsk est la ville la plus touchée par la drogue. Du gasoil mélangé à du phosphore liquide directement injecté dans les veines. Le soir on rentre à l’hôtel, qui est en fait un appartement aménagé pour accueillir une dizaine de personnes. C’est souvent comme ça en Russie. C’est super sympa, on a l’impression d’être en coloc avec des gens du monde entier pour quelques jours. La cuisine est très bien équipée et c’est toujours agréable en voyage d’avoir l’impression de se retrouver un chez soi. Donc on part en piste avec 2 allemandes rencontrées ici. Malheureusement on écumera plusieurs bar sans trouver aucune ambiance. Ce ne sera que dans le parc de la ville que l’on rencontrera une bande de jeunes assez sympa avec qui on rigolera bien. Le lendemain départ pour l’île d’Olkhone en stop. L’aventure continue! Plusieurs voitures s’arrêtent mais demandent beaucoup d’argent. Finalement, un camion noir s’arrête. Il discute au téléphone, nous braille quelque chose en russe que nous ne comprenons pas. Nous croyons alors qu’il ne s’est pas arrêté pour nous, mais pour téléphoner. Jusqu’à ce qu’il braille encore… Nous sautons alors dans le camion qui démarre sans nous demander où nous voulons aller. Il nous emmène chez lui, nous invite à manger et à boire, il se saoule devant nous à grand coup de bière. Si bien que nous nous demandons comment nous allons repartir. Il me demande de prendre des photos de ses enfants et de sa maison en me bousculant à l’intérieur. Un peu bourrin mais très gentil. C’est une famille bouriate. La bouriatie est une partie de la Russie qui était mongole il y a encore quelques siècles. Les gens sont typés asiatiques et des traditions particulières caractérisent ces régions. Après nous avoir nourris et saoulés, il décide enfin de nous remettre sur la route, mais avant séance shopping et « c’est nous qu’on raque », ça parait normal, mais la façon est brutale. On n’avait pas le choix. Et avant de nous laisser partir, on passe encore chez un de ses amis pour boire une bière. Les bières sont vendues en grande bouteille de 2,5 litres.

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.445411002138382.110060.334038009942349&type=1&l=991d758282Image

Image

Alors , on en parle ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s